500 soldats européens pour renforcer Sangaris

Les ministres des Affaires Etrangères de l'Union Européenne ont décidé ce lundi d'autoriser le déploiement en Centrafrique de soladts pour…

Les ministres des Affaires Etrangères de l’Union Européenne ont décidé ce lundi d’autoriser le déploiement en Centrafrique de soladts pour appuyer la mission française

La décision ce lundi de soutenir l’opération Sangaris par l’envoi d’un contingent européen est une marque de solidarité envers la France dont les 1600 hommes sont en difficulté depuis presque 6 semaines en République Centrafricaine. Le Président François Hollande avait en effet lancé un appel en décembre dernier à l’UE pour demander de l’aide. Un détachement de 35 militaires belges a d’ores et déjà été envoyé en Centrafrique afin d’assurer un transport aérien avec un C-130 entre Libreville, au Gabon, et Bangui. L’appareil est utilisé pour transporter du matériel et des militaires français et africains.

Arrivée en février en Centrafrique
C’est à «l’unanimité» que les ministres européens des Affaires étrangères ont pris la décision ce lundi d’envoyer un contingent de 500 soldats en République centrafricaine, en appui aux forces françaises.Le nombre de militaires européens pourrait aller jusqu’à un millier. Ils auront pour mission la stabilisation du pays. Cet important contingent arrive en soutien aux 1600 soldats français et 4400 africains de la MISCA. Ils seront déployés dans le pays pour une durée de six mois. La force sera placée sous mandat de l’ONU.

Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, s’est exprimé à l’issue du Conseil des Affaires étrangères à Bruxelles. Selon lui, la troupe européenne n’arrivera pas à Bangui, la capitale centrafricaine, avant fin février. « Il faut encore une coordination avec l’ONU et l’Union africaine », a-t-il ajouté. L’opération Sangaris, lancée en décembre 2013, vise à mettre un terme aux tueries entre chrétiens et musulmans et arrêter les violences entre le camp de l’ex-Président de la transition Michel Djotodia et celui du Président destitué François Bozizé. Le conflit a contraint plus d’un million de personnes à fuir, dont 250 000 d’entre eux sont actuellement réfugiés dans les pays frontaliers.


aficatime.com)/n