Cameroun: au Minesup on estime que Felix Nkongho Agbor Balla confondait “science” et “propagande”

Le contrat de l’avocat a été résilié à Buea pour non respect de l’éthique et de la déontologies universitaires, dans…

Le contrat de l’avocat a été résilié à Buea pour non respect de l’éthique et de la déontologies universitaires, dans “les règles”, estime le chef de la cellule de Communication au ministère de l’Enseignement supérieur

 

L’avocat anglophone Felix Nkongho Agbor Balla, viré de l’université de Buea le 06 mai, l’a été pour “entorse à l’éthique et à la déontologie” universitaires; dans “les règles”, commente le chef de la cellule de la Communication au ministère de l’Enseignement supérieur, Jean-Paul Mbia, dans un communiqué publié ce 12 mai.

“Me Félix Nkongho Agbor Balla “instructor” (moniteur) à l’université de Buea, licencié en droit privé, avec une bonification professionnelle puisqu’il est avocat, doit savoir (s’il ne le sait pas) que l’université est un lieu clos et apolitique. Nul n’a le droit de confondre science et propagande. Enseigner la science, oui. Intoxiquer les étudiants par la propagande politique, non”, tempête Jean-Paul Mbia.

Felix Nkongo Agbor Balla, à l’origine de la création du Consortium de la société civile anglophone – qui avait initié les villes mortes dans les région anglophones du Cameroun fin 2016 – a été sanctionné “unanimement” par un conseil de discipline de l’université de Buea pour avoir proposé un sujet relatif à la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans le cadre d’un sujet d’examen de fin de premier semestre donné en lien avec le cours “Histoire politique et constitutionnelle du Cameroun”, Felix Nkongho Agbor Balla avait demandé à ses étudiants de déterminer la véracité de l’affirmation selon laquelle la crise anglophone a été déclenchée depuis 2016 par les avocats et les enseignants.

De nombreuses personnes, dont des universitaires établis hors du Cameroun, se sont indignées suite à la décision du conseil de discipline de Buea, qui s’était réuni à la demande du ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo.

“Le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, en sa qualité de chancelier des ordres académiques, Chancellor of the University of Buea, comme de celle de Bamenda qui sont de type anglo-saxon, a l’obligation de veiller au respect des lois et règlements de la République ainsi que de l’éthique et de la déontologie universitaires”, défend le chef de la cellule de Communication du Minesup.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne