Société




Cameroun : Camwater lance une opération de recouvrement de 33 milliards de F

Un communiqué du Directeur général de l’entreprise annonce «une campagne spéciale de recouvrement des impayés des factures d’eau». Opération qui…

Camwater met deux numéros à la disposition du public

Un communiqué du Directeur général de l’entreprise annonce «une campagne spéciale de recouvrement des impayés des factures d’eau».

Opération qui sera lancée le 1er novembre 2022, sur toute l’étendue du territoire. C’est exactement la somme de 32 815 946 818 FCFA (trente-deux milliards huit cent quinze millions neuf cent quarante-six mille huit cent dix-huit mille francs) qui sont enregistrés comme factures impayées. Toutes les catégories sont coupables : particuliers, gros consommateurs (industriels), organismes à budget autonome, collectivités territoriales décentralisées, répertorie-t-on à la Camwater.

Dans son communiqué, Blaise Moussa manie le bâton et la carotte. Le gestionnaire de l’entreprise d’eau potable du Cameroun »…invite donc les abonnés défaillants à s’acquitter spontanément du paiement de leur solde avant le 1er novembre 2022 auprès de leur agence de rattachement pour éviter les désagréments relatifs au dépôt des compteurs et/ou des poursuites judiciaires », sensibilise-t-il. Insistant sur  » le paiement de bonne volonté «  à défaut duquel la coercition sera utilisée.

Non sans expliquer que « si l’acte de paiement de sa facture d’eau est une obligation contractuelle, celui-ci est davantage une contribution citoyenne au développement en partage du service public d’eau potable «  . A l’occasion, le DG de Camwater rappelle que jusqu’ici l’Etat supporte le gros de cet effort. Et les consommateurs qui crient sa misère face à la a pénurie et à la qualité de l’eau, flatté les consommateurs à apporter sa contribution pour accompagner la Camwater à lui servir régulièrement une eau de qualité.

Il s’avère donc que l’État n’est pas le seul débiteur de la Camwater. En août dernier, l’ancien Directeur général Gervais Bolenga faisait état d’une ardoise de 33milliards de francs que l’Etat devait à l’entreprise. L’opinion n’avait pas été sensibilisée sur sa part de responsabilité dans le marasme que vit la Camwater. Le peuple qui réclame son droit à l’eau potable est désormais rappelé à son devoir. Les usines de traitement d’eau manquent de produits pour leur activité.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne