Santé



EN CE MOMENT


Cameroun-choléra : 10 décès enregistrés dans l’Extrême-Nord

Les autorités de la région camerounaise de l’Extrême-Nord ont déclaré mardi qu’au moins 10 décès dus à l’épidémie de choléra…

Les autorités de la région camerounaise de l’Extrême-Nord ont déclaré mardi qu’au moins 10 décès dus à l’épidémie de choléra ont été enregistrés selon Xinhua.

Le gouverneur de la région Midjiyawa Bakari, cité par le média officiel CRTV, a fait savoir qu’un total de 113 cas suspects de choléra avait été enregistrés lundi lors d’une réunion de crise tenue mardi à Maroua, chef-lieu de la région.

Trois districts sanitaires de la région, dont Mokolo où se trouve le plus grand camp de réfugiés du pays, ont été touchés par l’épidémie, selon les responsables de la santé de la région.  L’autorité a attribué la résurgence de l’épidémie au mauvais assainissement local.

« Les maires, les chefs traditionnels, les chefs religieux et tout le monde doivent continuer à sensibiliser la population, mais ceux qui continuent à ne pas observer les mesures d’hygiène seront confrontés à des moments difficiles« .

Situation nationale

Le Premier ministre chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute a présidé jeudi 29 septembre dernier à Yaoundé, les travaux du conseil de cabinet du mois de septembre 2022. De ces travaux, l’on a appris que les statistiques consolidées depuis l’apparition du choléra au mois d’octobre 2021, font état au 20 septembre 2022, d’un total de 11 993 cas notifiés dont 243 décès, soit un taux de létalité de 2% selon le ministre de la Santé Publique (Minsante), Dr Malachie Manaouda.

Au plan national, trois régions sont actives. Il s’agit de la région du Centre, du Littoral et de l’Ouest. La réponse visant à enrayer cette maladie repose sur les investigations approfondies, la désinfection des ménages et les activités communautaires de sensibilisation. Le ministre de la Santé publique a expliqué que dans le même temps, la prise en charge gratuite des malades se poursuit ainsi que la vaccination dans certains districts de santé.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des vaccins anticholériques sûrs, administrés par voie orale, doivent être utilisés conjointement à l’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement pour limiter les flambées de choléra et favoriser la prévention dans les zones connues pour être à haut risque. « Depuis le début de l’épidémie de choléra fin octobre 2021, 200 personnes sont mortes sur un total de 10.322 cas » avait annoncé dans un tweet le ministre camerounais de la Santé publique.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne