PersonnalitésJeunes talents




Cameroun : comment Patricia Toko va en guerre contre la pauvreté

La  jeune développeuse web, a mis au point une application pour aider les consommateurs à faire de petites économies. Ce…

La  jeune développeuse web, a mis au point une application pour aider les consommateurs à faire de petites économies.

Ce lundi 17 octobre marquait la Journée mondiale pour l’élimination de la pauvreté. Cette année, l’événement a pour thème : « la dignité en action ». « Au Cameroun, on ne s’en sort plus, tout est cher », fustige Patricia De Tiolemo Toko, interrogée à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination de la pauvreté. « C’est vraiment une journée importante parce que nous avons la possibilité de proposer des solutions pour lutter contre la vie chère ».

Pour faire face à la pauvreté, cette étudiante à l’Institut national de formation des formateurs et du développement des programmes (INFDP) à Yaoundé a développé une application qui référence les promotions dans les supermarchés. « On s’est rendu compte que les denrées alimentaires ne faisaient qu’augmenter », poursuit-elle, pointant du doigt la crise du Covid-19 et la guerre en Ukraine.

Des prix alimentaires en temps réel

Elle explique la genèse du projet : « On s’est dit qu’il y avait des promotions dans les supermarchés, mais que les personnes n’étaient pas au courant ». « On », c’est Patricia Toko et quatre autres filles, toutes boursières d’un programme d’autonomisation de la femme par le numérique, piloté par l’entrepreneure Arielle Kitio. Il y a quelques mois, elles ont mis au point une plateforme qui permet d’avoir des informations en temps réel sur les prix des produits disponibles. « Aujourd’hui, il y a des personnes qui ne font plus la cuisine avec de l’huile parce qu’elle est devenue tellement chère. Donc nous pouvons les informer quand l’huile est en promotion dans les supermarchés », indique-t-elle.

L’initiative a fait mouche. La semaine dernière, Patricia Toko et ses camarades ont été invitées par la Banque mondiale dans ses locaux à Yaoundé pour présenter leur projet. « C’était une expérience vraiment enrichissante, raconte la jeune femme. Ça m’a permis de comprendre comment la Banque mondiale est capable d’allouer des prêts à des particuliers comme nous pour pouvoir financer notre projet. »

Un financement de la banque est-il à l’ordre du jour ? Pas pour le moment, répond Patricia Toko, qui annonce que l’application sera disponible dans les semaines à venir, après sa phase de programmation. « Nous savons que nous ne pouvons pas éradiquer la pauvreté, mais les petites actions que nous menons, comme permettre à la population d’avoir des produits moins chers, pourraient aider beaucoup de ménages », conclut-elle, humble.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne