Cameroun: Deux nouveaux vice-présidents au Gicam

Charles Metouck du Syndustricam et Pascal Rebillard de l'Apeccam ont été élus le 5 janvier 2012 pour seconder le président…

Charles Metouck du Syndustricam et Pascal Rebillard de l’Apeccam ont été élus le 5 janvier 2012 pour seconder le président André Fotso

Première réunion du comité exécutif
Contrairement au président qui a été élu par les membres de l’assemblée générale le 21 décembre 2011, les deux vice-présidents ont été élus par les 12 membres du comité exécutif, qui, depuis le dernier amendement des statuts du Gicam, remplace le bureau. Ce comité exécutif a donc tenu sa première rencontre, sous les auspices d’André Fotso. Consacrée traditionnellement à la mise en place des organes et à l’adoption du plan d’action du semestre, la première session de cet organe n’a pas dérogé à la règle. C’est dans cette logique que Charles Metouck et Pascal Rebillard sont élus à l’unanimité, après une proposition du président du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam). Pétris d’expérience, dans la gestion des hommes, les deux magnats de l’économie camerounaise vont apporter leur expertise à André Fotso. Ce n’est donc pas par hasard que le président de la holding Taf investment group a jeté son dévolu sur ce duo. Ce n’est pas tout. En dehors de l’élection des vice-présidents, la rencontre du 5 janvier 2012 a aussi permis de mettre en place les comités et les instances opérationnelles. Ainsi, Marème Malong, Henri Fosso et Charles Kooh II ont respectivement la charge des comités d’adhésion, de nomination et de rémunération et d’audit et des comptes. Bien plus, les instances opérationnelles ont été mises sur pieds. Armel François et Henri Fosso sont les conseillers en charge du secteur primaire, Charles Metouck et Gérard Bouteloup s’occupent du secteur secondaire, Amadou Gueye gère le secteur tertiaire I, tandis que Pascal Rebillard, Martin Foncha et Oumarou Maloum sont les conseillers en charge du secteur tertiaire II.

Deux catégories de commissions
A la faveur de cette réorganisation, apprend-on, les commissions seront réaménagées en deux catégories. Quatre commissions sectorielles telles que rappelées plus haut, et quatre commissions transversales. La commission «Juridique et fiscale», celles d’«Accompagnement des Pme», «Sociale, éducation et renforcement des capacités des ressources humaines» et «Ethique, gouvernance et responsabilité sociale de l’entreprise». Au menu également des échanges de cette session, il y a eu l’adoption du plan d’action pour le premier semestre 2012, l’analyse sommaire de la loi des finances de 2012, la validation du recrutements de sept cadres au Gicam, la rencontre avec le gouvernement et les autorités de la ville de Douala. En marge du comité exécutif, André Fotso a aussi présidé les travaux du Conseil supérieur du Centre d’arbitrage du Gicam (Cag). Le temps fort de cette réunion est la nomination des nouveaux membres. Il y en a cinq au total. Charles Kooh II, Paul Gérard Pougoué, Marie Andrée Ngwé, Henri Désiré Modi Koko et le magistrat Georges Tati du Gabon. La nouvelle configuration du Gicam rentre en droite ligne avec les nouveaux textes organiques.

En 2011, le Gicam, le premier regroupement patronal du pays, avait tenu une assemblée générale mixte qui a permis aux adhérents présents de se prononcer majoritairement en faveur du projet d’amendement monté par Olivier Behlé, le président en exercice (d’alors) du groupement. Les membres, dans la majorité, avaient adhéré au projet. Ainsi, les nouveaux statuts étaient entrés immédiatement en vigueur. Mais, concernant certaines dispositions clés, comme la transformation du bureau de 24 membres en conseil exécutif de 12 membres, il avait été voté une résolution qui autorisait le bureau actuel à se conformer progressivement aux nouvelles dispositions avant l’échéance du 31 décembre 2011.

André Fotso, le noveau patron du Gicam
Journalducameroun.com)/n

Recherche d’un secrétaire exécutif adjoint
Concrètement, le principe de supprimer 12 postes a été accepté, et est déjà entré en vigueur. Dans l’ensemble, la principale et remarquable modification porte sur l’article 6, du chapitre 2, qui traite de l’organisation institutionnelle. L’alinéa 1er dudit article stipule que le bureau est composé de 24 membres élus par l’Assemblée générale. Il s’agit d’un président, un 1er vice-président, un 2e vice-président, 4 vice-présidents et 17 autres membres. Sur les 24 membres, 8 le sont au titre des organisations professionnelles. Outre les vingt-quatre membres élus, d’autres personnes peuvent faire partie du bureau à titre de président honoraire, de membre honoraire ou de membre d’honneur, aux conditions définies à l’article 8 ci-dessous, décrit ledit alinéa. Cette disposition a été modifiée. Bref c’est un Gicam newlook que l’industriel André Fotso va gérer pendant les trois prochaines années. Concernant spécifiquement les recrutements, sept cadres sont recherchés vivement par le premier patronat pour accompagner les 22 employés actuels. Soit trois économistes, deux juristes, un responsable des services marchands, et le secrétaire général adjoint. En rappel, depuis que Christian Pout a été licencié, ce dernier poste est vacant. Résultat, le Gicam n’est pas fortement représenté dans la capitale politique. Ce recrutement massif répond surtout à un besoin identifié et posé par le président sorti dans son rapport moral lu quelques minutes avant le démarrage des votes.

La façade du Gicam à Douala
Journalducameroun.com)/n

Suivez l'information en direct sur notre chaîne