Santé




Cameroun : le ministère de la Santé va en guerre contre le paludisme

Le ministère de la Santé publique se prépare activement à organiser une campagne de distribution gratuite de 109 860 traitements…

Le ministère de la Santé publique se prépare activement à organiser une campagne de distribution gratuite de 109 860 traitements de la présentation Artemether Lumefantrine.

Il ne s’agit nullement d’une campagne ordinaire de distribution de médicaments. Elle est sous-tendue par une volonté manifeste d’évacuer ce stock de médicaments contre le paludisme destiné aux adolescents, dont la date d’expiration est fixée au 31 décembre 2022.

«Le suivi du stock au 31/08/2022 du Programme national de lutte contre le paludisme révèle un risque de péremption (31/12/2022) de 109 860 traitements de la présentation Artemether Lumefantrine destiné aux adolescents à la Cename et dans certains Fonds régionaux pour la promotion de la santé», peut-on lire dans un communiqué daté du 10 octobre 2022, adressé aux délégués régionaux de la Santé publique, aux coordonnateurs régionaux du Programme national de lutte contre le paludisme, responsables des formations sanitaires et Organisations de la société civile de district.

Pour éviter la perte de ce médicament, Malachie Manaouda, le ministre de la Santé publique, a ordonné la mise en œuvre de mesures urgentes afin de prévenir cet éventuel désastre. Il s’agit notamment de «l’établissement des plans de répartition et push en cascade de ce médicament avec pour cible principale les aides de santé communautaire, la dispense gratuite du stock Artemether Lumefantrine. 20/120mg 6*3 comprimés dispersibles subventionnés avec date de péremption du 31/12/2022, le remplissage systématique des outils de traçabilité, ainsi que le suivi rigoureux des stocks des intrants antipaludiques à tous les nouveaux».

Selon Ecomatin, la péremption imminente des médicaments sus-évoqués est en partie imputable aux lenteurs inhérentes au processus d’acheminement des médicaments des centrales d’approvisionnement vers les formations hospitalières. Les procédures sont généralement longues et les commandes mettent parfois six mois avant d’être traitées, puis acheminées vers les destinataires. Pour mémoire, le paludisme a tué 3782 personnes au Cameroun en 2021 dont 2603 enfants de moins de cinq ans.

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne