SportFootball




Coupe du monde 2022 : le Qatar soulève son trophée d’influence

Jeune État de 2,7 millions d’habitants et presqu’inconnu du grand monde il y a quelques années, le Qatar se sert…

Le Qatar affirme sa puissance à travers le sport

Jeune État de 2,7 millions d’habitants et presqu’inconnu du grand monde il y a quelques années, le Qatar se sert du sport pour se dévoiler et se faire respecter à travers le monde.

En codifiant les règles du football le 26 octobre 1863 à Londres, les représentants des 12 clubs comprennent sans doute les enjeux millénaires du jeu. Mais il était difficile d’imaginer à cette époque ce que deviendra le foot plus d’un siècle après : un vecteur de puissance. Aujourd’hui, les huit milliards d’habitants que compte la planète en 2022 le comprendront.  Le football est plus qu’un jeu, un pouvoir doux. Il peut hisser une personne physique ou morale bien au-delà des puissances militaires et économiques traditionnelles. Si certains n’en sont pas encore convaincus, l’expédition qatarienne du 20 novembre au 18 décembre 2022 finira par les convaincre.

En effet, le petit  Etat de la péninsule arabique se sert de l’organisation de l’événement le plus suivi de la planète pour augmenter sa visibilité et asseoir  son influence. Tout  part de juin 1995, lorsque l’émir Hamad, père l’actuel émir, lance le plan économique Qatar National Vision 2030. Dans la mise en œuvre de cet ambitieux programme, le pays du cheikh Tamim ben Hamad al-Thani obtient en 2010, l’organisation de la Coupe du monde 2022. Une première pour les Etats à culture islamique.

 Malgré les oppositions de ceux qui ont voulu faire de cette compétition leur chasse gardée, les résistances, appels aux boycott et obstacles climatique (40 à 50°c en été), le Qatar d’une superficie 11 600km2, a vaincu le combat. Il est prêt pour accueillir la 22è édition. C’est la plus chère jamais organisée dans l’histoire du Mondial.

La hauteur des préparatifs démontre toute l’importance que les Qatariens donnent à l’organisation de cette Coupe du monde. Cela va de  l’agrandissement de l’aéroport de Doha préparé pour accueillir plus d’un million et demi de supporters ; la construction d’un métro adapté aux grands événements pour un coût de 36 milliards de dollars, soit près de 23 milliards CFA.

Pour la construction de sept des huit stades d’une capacité de 40 000 à 80 000 places, l’émirat a consacré 6,5 milliards de dollars, soit 4 119 855 350 000 de francs CFA. La plus grande de ces infrastructures est le stade de Lusail, d’une capacité de 80 000 places. Les hôtels de luxe, les fans zone, les restaurants font partie de la liste des infrastructures du Mondial.

Le Qatar affirme sa puissance à travers le sport
Stade Lusail au Qatar, 80 000 places

 

BeIN Sport

Ces réalisations actuelles ne sont pas les seules. En 2004, le Qatar crée l’Aspire Academy avec l’objectif de former les champions qatariens et les infrastructures de haute technologie. A cela s’ajoutent la construction des centres d’entrainement, des cliniques sportives, l’investissement au PSG, dans BeIN sport.

Toutes ces stratégies contribuent au rayonnement de l’Etat du Golf.  Elles révèlent des ambitions sportives que l’Etat du Qatar, vieux de 50 ans seulement, nourrit depuis un peu plus de trois décennies. Le Qatar intègre le Comité international olympique en 1990. Depuis  lors, il travaille à se positionner parmi les pays organisateurs de grands événements sportifs mondiaux. Bien avant ce Mondial, il a organisé les jeux asiatiques, 3è événements sportif de la planète en 2006.

Ces travaux s’inscrivent dans l’engagement du Qatar d’affermir son pouvoir au-delà des Etats du Moyen Orient. Pour cela, le pays diversifie ses investissements, pour consolider sa position privilégiée de 4è exportateur mondial de gaz derrière les Etats-Unis, la Russie et l’Australie en 2021. Depuis quelque temps, le Qatar a entrepris de concurrencer ses voisins dont les Emirats Arabes Unis.

En 2008, le pays met en service le Musée d’art islamique de Doha, pour un coût de 350 millions d’euros. Le Musée national du Qatar, 400 000 m2 participe aussi de cette influence  culturelle que le pays peut vendre à travers sa chaîne de télévision Al Jazeera. Doha Film Qatar lancé en 2010 fait la fierté cinématographique du pays. Sur le plan touristique, le pays ambitionne d’enregistrer 6 millions de touristes en 2030 contre 2 millions en 2019.

Les  réalisations citées-ci-dessus viennent rappeler que le Qatar entend se positionner comme acteur diplomatique de poids dans les relations internationales. L’émirat joue la carte d’apaisement dans plusieurs conflits à travers ses bons offices offerts. Ce qui contribue à faciliter les pourparlers avec les talibans en Afghanistan, le conflit au Tchad, le conflit entre le Kenya et la Somalie, celui opposant l’Erythrée à Djibouti, le conflit israélo-palestinien.

Le Cameroun qui prend part à cette compétition pourra s’inspirer de la politique qatarienne pour améliorer sa situation politique, économique et culturelle.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne