Economie




Grève : les employés de l’Imprimerie nationale réclament 4 mois de salaire

Hier 20 avril 2022, ces employés ont eu un mouvement d’humeur devant les services du Premier ministre. Après 4 heures…

Hier 20 avril 2022, ces employés ont eu un mouvement d’humeur devant les services du Premier ministre. Après 4 heures de sitting ces derniers ont été finalement dispersés par la police.

Un mouvement de grève aux abords des services du Premier ministre. Les employés portent plusieurs motifs à leur liste d’accusation contre Paul Watter Nkomo, qui est à la tête de l’imprimerie nationale.

Selon le site d’information Ecomatin, Paul Walter Nkomo est accusé de multiplier des stratagèmes frauduleux pour «dépouiller l’entreprise de ses marchés statutaires au profit d’une sous-traitance à outrance», et ce «malgré la modernisation du plateau technique de l’imprimerie nationale». Les employés en veulent pour preuve, « la délivrance des certificats de carence systématisée par la Direction surtout lors des commandes des imprimés des concours et examens officiels».

Considérant que les revenus issus des travaux d’imprimerie réalisés pour le compte des administrations publiques constituent sa principale activité, l’IN «ne peut plus se prévaloir de sa capacité de production pour prétendre satisfaire toutes les commandes de son marché statutaire», indiquent les grévistes.

La problématique des salaires impayés a également été mise sur la table. Selon certains employés rencontrés sur place, ils n’ont pas été payés depuis le mois de janvier de l’année en cours. « Nous avons des arriérés de salaire qui remontent à 4 mois. Depuis janvier jusqu’à ce jour, nous ne sommes pas passés à la banque.

Selon certaines indiscrétions, ces employés ont été payés moins de 6 fois l’an dernier. A noter que depuis plusieurs années l’IN traverse des moments d’affaires difficiles. D’ailleurs, un rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises et établissements publics au Cameroun (CTR) publié en 2020, lui affichait un résultat négatif de plus de 800 millions de FCFA en 2018.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne