PersonnalitésDiaspora , Personnalités




KOKO Effa, artiste musicienne camerounaise férue du bikutsi

Ambitieuse, battante et courageuse, elle récolte aujourd'hui les fruits de la patience, de la hardiesse et de l'intrépidité De son…

Ambitieuse, battante et courageuse, elle récolte aujourd’hui les fruits de la patience, de la hardiesse et de l’intrépidité

De son vrai nom, Nga Foe Effa Scholastique, celle qui était jusqu’à une époque récente la belle s ur du chanteur Petit Pays est une artiste musicienne confirmée, férue du bikutsi avec à son actif deux albums. Au regard de son parcours social et scolaire, rien ne prédestinait Koko Effa à une carrière dans le monde de la musique. Et pourtant, elle a le bonheur aujourd’hui de résider en France dans une banlieue très chic, proche de Paris dans la ville de Louis XIV où réside le Président Sarkosy. «Je suis née d’une famille très pauvre de huit frères et s urs. J’ai passé une enfance très dure, mais parce que je suis très ambitieuse et battante compte tenu du fait qu’il fallait absolument soutenir ma famille dans cette pauvreté, j’ai visé très loin dans les études comme dans la vie courante». Une façon de dire que tout vient à point pour celui qui sait attendre.

De son enfance, elle se souvient encore comme si c’était hier. Pourtant, 35 années se sont déjà écoulées. «Concernant mon enfance, elle n’a pas été très difficile car malgré la pauvreté, mes parents se sont beaucoup battus pour m’envoyer dans des très bonnes écoles surtout que j’étais très intelligente. Pendant les vacances, j’aidais ma maman à faire du commerce pour payer ma scolarité. J’ai grandi entre trois garçons et pour moi, c’était une formation militaire entre me bagarrer avec eux tous les jours, jouer au ballon, aux billes, aller à la chasse des oiseaux, grimper sur des arbres fruitiers… une éducation très masculine, et aujourd’hui je me sens mieux en compagnie d’hommes que des femmes».

La musique est un autre souffle
Née à Mbalmayo le 20 août 1975, Nga Foe Effa Scholastique qui est de l’ethnie Ewondo a fait ses études primaires à l’école publique d’Obeck à Mbalmayo. Après l’obtention de son CEPE, elle fait le 1er cycle de l’enseignement secondaire au CTIF NINA de Mbalmayo où elle a obtenu son Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) en Economie Sociale et Familiale (ESF). Son amour pour le savoir va la conduire ensuite au lycée technique de Yaoundé où elle a obtenu son baccalauréat en économie sociale et familiale (ESF). «C est comme ça que je m’envole en aventure, et de mes propres ailles pour l’Europe après mes études secondaires» avoue-t-elle. Dès son arrivée en Europe, elle s’inscrit au Lycée Hôtelier de St Quentin en France où elle obtient un BTS  » Réceptionniste Bilingue ».
Pour ce qui est de sa carrière musicale, Nga Foe Effa Scholastique commence dans l’équipe des jeunes talents du renouveau dirigée par Elvis Kemayo. Elle collabore ensuite avec lui dans la production de l’émission Télépodium où elle jouait alors un rôle d’accompagnement et de renseignement sur les artistes. Plus tard, elle collabore aussi avec Charles Loïc dans l’émission Top stars qui passait sur la CRTV entre 1997 et 1999, une émission qui lui a permis d’être en contact avec des artistes internationaux de renom tels que Black Box et bien d’autres.

Brusquement c’est le virage à 180 degrés dans le monde de la musique une fois au pays de Molière en l’an 2000. «Je fais de l’autoproduction, je suis auteur compositeur de mes chansons avec parfois quelques reprises telles que  » ESAMSSECK-LE » qui est le titre phare de mon premier album», affirme-t-elle. En réalité, elle enregistre son premier album en 2004 intitulé  » coureur de jupons », un album bikutsi soft de 8 titres avec le soutien total de l’artiste Belmond de Bovil et de son parrain Elvis Kemayo.

A 35 ans, l’artiste Koko Effa a réussi à faire une incursion remarquable dans le monde de la musique grâce à sa persévérance. Cerbère du bon bikutsi, les thèmes qu’elle développe dans ses chansons sont assez évocateurs. En ce jour, Koko est en pleine promotion de son deuxième album de 6 titres intitulé « TOMA-UK », avec comme titre phare, « mon beau frère »-et l’on se demande s’il ne s’agit pas d’une chanson que lui aurait inspirée son ex beau-frère Petit Pays-. Grâce à la renommée qu’elle a pu s’établir en si peu de temps, l’artiste Koko Effa vit entre deux avions pour des spectacles à travers le monde. Comme elle l’affirme elle-même, «Je vis de ma musique pour l’instant et je prépare activement le troisième album». Une manière de dire que le métier nourrit son  »homme ». Ses projets, persévérer dans sa carrière d’artiste et «être un jour au top si Dieu le veut,car je suis très croyante. Je compte aussi un jour rentrer au pays et investir dans l’hôtellerie restauration si Dieu le veut et pouvoir donner de un peu d’emploi aux jeunes en chômage»

La pochette de son second album « Toma-Uk »
Journalducameroun.com)/n