OpinionsNon classé, Opinions, Tribune




La Comicodi dénonce une institution de «traitement négrier» à Douala

Par Shanda Tonme, président de la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (Comicodi) Monsieur Le Ministre du Travail…

Par Shanda Tonme, président de la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (Comicodi)

Monsieur Le Ministre du Travail et de la prévoyance sociale. Nous nous faisons un devoir social et humanitaire impérieux, de soumettre à votre intelligence et votre ultime attention, la requête annexée du citoyen Guifo Benjamin, victime d’un de ces nombreux hors la loi qui chaque jour travaillent à foutre le bordel dans notre pays.

Nos propres enquêtes sur le terrain nous ont conduit, à nous rendre compte de ce que le promoteur et les dirigeants de cette institution, ne respectent rien, traitent leurs employés et collaborateurs comme de pauvres ânes sans défense, et pire que des esclaves dans tous les cas. Ils n’ont jamais répondu aux convocations de l’inspecteur de travail, licencient sans régler les droits, agissent en vrais seigneurs dans la jungle. Plusieurs employés sont concernés.

Nous faisons confiance à votre diligente réaction pour mettre fin cette impunité hautement dommageable pour l’image du pays et la crédibilité des pouvoirs publics. La logique de ces négriers criminels, c’est de dire que le dossier doit aller au Tribunal, où ils espèrent corrompre les juges. Ce sont les nouveaux bandits en col blanc du privé éducatif. Leur éradication urgente est dorénavant indispensable pour notre santé, notre équilibre morale, le destin de nos enfants, et la stabilité des familles.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de notre haute considération.


Droits réservés)/n

Suivez l'information en direct sur notre chaîne