PolitiqueSécurité




Les séparatistes du Nigeria menacent de riposter contre ceux du Cameroun

Le groupe séparatiste nigérian de Biafra est en colère contre les « Ambazoniens » du Sud-Ouest Cameroun, accusés d’avoir tué…

Les séparatistes anglophones tuent des dizaines de civils et sont menacés par les Nigerians

Le groupe séparatiste nigérian de Biafra est en colère contre les « Ambazoniens » du Sud-Ouest Cameroun, accusés d’avoir tué sept civils nigérians et une vingtaine de civils camerounais.

 

 

« Nous avons donné cinq jours aux Ambazoniens pour qu’ils présentent des excuses à nos leaders et à la communauté Bashu de l’Etat de Cross River. Sinon, nous allons fermer les frontières et attaquer les positions des combattants amazoniens ». C’est la pression que le groupe séparatiste Biafra met aux séparatistes anglophones du Sud-Ouest Cameroun dans un communiqué exploité par nos confrères de aa.com.

Cette menace fait suite à un drame qui s’est déroulé dimanche 29 mai 2022 à la frontière Cameroun-Nigeria. De la même source, un affrontement entre les terroristes séparatistes anglophones et la population civile a eu lieu à Kajifu et Obonyi situées dans l’arrondissement d’Akwaya, département de la Manyu dans la région du Sud-Ouest Cameroun.

Les assaillants « ont attaqué des habitations ainsi que des églises où des personnes étaient regroupées pour des cultes de dimanche. Ils ont voulu enlever des personnes pour les emmener avec eux, mais la population s’est opposée. Ils ont lâchement ouvert le feu sur nos populations. Entre dimanche et lundi, nous avons enterré 17 personnes. 65 autres personnes ont été blessées », explique le maire d’Akwaya, Ekwalle.

Et ce n’est pas tout. Certaines personnes ont tenté de fuir le combat en allant se réfugier dans la localité de Bashu située à l’Etat de Cross River au Nigéria. Elles ont été rattrapées à l’entrée du pays. « Les séparatistes se sont affrontés aux riverains de Bashu. Nous avons sept membres de la communauté de Bashu qui ont été tués, lundi, par les séparatistes anglophones du Cameroun », annonce un ancien parlementaire de l’Etat de Cross River Cletus Obun à nos confrères de aa.com.

Après le drame, aucune communication officielle n’a encore été faite ni au Nigéria ni du côté du Cameroun.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne