PolitiqueJudiciaire




Mutinerie de Kondengui: des détenus déférés devant le tribunal

Des suspects identifiés comme étant des leaders lors des manifestations survenues dans le pénitencier le 22 juillet dernier ont vu…

Des suspects identifiés comme étant des leaders lors des manifestations survenues dans le pénitencier le 22 juillet dernier ont vu leur procès ouvert le 06 août au tribunal de première instance d’Ekounou. D’autres suspects interpellés dans le cadre de ces évènements sont toujours détenus dans des lieux méconnus de leurs proches et avocats.

Des meneurs identifiés à la suite des enquêtes menées par les officiers de police judiciaire, passent devant le tribunal le 06 août. Un procès qui se déroule dans une atmosphère de confusion. En effet, d’autres détenus interpellés suite aux manifestations organisées à la prison centrale de Kondengui, ont regagné le pénitencier hier. Alors même que certains restent introuvables.

«L’administration camerounaise ne nous donne aucune information. Depuis deux semaines, on se plaint et personne ne nous renseigne. Nous n’avons aucune information. On nous a dit qu’on a exfiltré certaines personnes sans avoir un seul nom. Il y a d’autres personnes qu’on a encore exfiltré hier (05 août 2019 ndlr), quatre clients qui ont été encore sortis de la prison centrale de Kondengui pour une destination inconnue. Et c’est ce matin que j’entends qu’il serait en cours de déferrement au tribunal d’Ekounou. Il y a quelques-uns qu’on a ramené à la prison et d’autres ont encore été reconduits au Sed», déplore Me Emmanuel Simh.

Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, qui indique attendre de faire le point sur la situation des détenus du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) exfiltrés après les événements du 22 juillet, s’est réjoui hier sur sa page Facebook, du retour de certains d’entre eux «c’est donc ainsi que les prisonniers ayant fait l’objet d’un enlèvement par des hommes en tenue dès la nuit du 22 au 23 Juillet 2019 ont été reconduits comme par enchantement à la Prison Centrale de Yaoundé il y a peu de temps».

Me Simh, indique lui aussi vouloir plus d’éclaircissements sur la situation de ses clients «ce matin, nous allons essayer de voir le régisseur de la prison afin qu’il nous donne des informations claires car c’est à lui que nous devons demander des comptes.»

Lors d’une conférence de presse donnée le 02 août, le ministre de la Communication faisait le point sur l’interpellation des détenus «les détenus identifiés comme les meneurs de cette insurrection, à savoir : 177 le jour des faits et 67 par la suite, pour un total de 244 insurgés interpellés, et placés sous exploitation auprès des services de la police et de la gendarmerie, ont déjà tous été entendus, et les diverses enquêtes pratiquement bouclées. En ce moment, les dernières vérifications des formalités procédurales sont en cours d’achèvement.»

Pour mémoire, le 22 juillet, des détenus dans le cadre de la crise anglophone, toujours en attente de jugement, ont entamé une manifestation au sein de la prison centrale de Kondengui. Ils ont été rejoints dans leur mouvement par d’autres prisonniers. Des violences et saccages ont suivi, des tirs de sommation vont d’ailleurs se faire entendre dans ce pénitencier. Les détenus de la prison de Buea, dans un élan de solidarité vont rejoindre les revendications de leurs compères de Kondengui.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne