PolitiqueInstitutionnel, Politique




Sommet Afrique-Union Européenne : Paul Biya en déplacement à Tripoli

Le président camerounais prend part à cette troisième rencontre du genre, qui est accueillie par la Lybie Une nouvelle occasion…

Le président camerounais prend part à cette troisième rencontre du genre, qui est accueillie par la Lybie

Une nouvelle occasion de rappeler la nécessité de l’aide à l’Afrique
Le président Paul Biya du Cameroun est en Lybie depuis ce dimanche 28 novembre 2010, où il prend part, aux travaux de la troisième rencontre Afrique-Union Européenne. Le thème choisi cette année est « Investissement, croissance économique et création d’emploi ». L’objectif selon des sources proches de l’organisation sera d’examiner les moyens permettant de stimuler la croissance, créer des opportunités d’emploi et consolider la relance de l’économie après la crise financière et économique mondiale qui a touché le continent. L’évènement semble important pour le président camerounais, qui a repoussé la célébration du cinquantenaire des armées qui devait se tenir ces jours ci. La discrétion qui a entouré cette présence camerounaise à Tripoli jusqu’au départ effectif du chef de l’Etat à l’aéroport de Nsimalen ne permet pas d’indiquer clairement les attentes du président Biya à l’occasion de cette participation. La composition de sa délégation pourrait néanmoins servir d’indicateur. Les discussions autour des partenariats économiques et les discussions sur les questions liées à l’environnement devraient constituer les axes majeurs des discussions et interventions du président camerounais. Lors de ses récentes sorties internationales, Paul Biya a à chaque fois plaidé pour le renforcement du soutien des pays industrialisés aux pays pauvres d’Afrique, qui subissent le revers du changement climatique et d’une crise économique mondiale dont elle est à plusieurs niveaux victime. Le président Biya pourrait aussi profiter de l’occasion pour proposer les conclusions de la conférence Africa 21 de Yaoundé. La plateforme Libyenne est la première sur le continent à laquelle prend part le chef d’Etat camerounais personnellement, depuis la tenue de la rencontre de yaoundé.

De nombreux sujets de retour sur la table des débats
A Tripoli, l’Union africaine devrait justement annoncer le lancement de projets dans le domaine des infrastructures, un pour chacune des cinq régions d’Afrique. Seront présents dans ce domaine lors de cette rencontre à Tripoli, des représentants du Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures, créé conjointement par la Commission européenne, les Etats membres de l’UE et la Banque européenne d’investissement (BEI). Opérationnel depuis 2007. La Banque africaine de développement (BAD) et la Commission de l’Union africaine en sont des partenaires essentiels. En ce qui concerne le thème du changement climatique, des responsables de la Commission européenne s’attendent à ce que des engagements en faveur de son financement en Afrique soient pris en prévision de la conférence sur le changement climatique qui s’ouvre en même temps à Cancun au Mexique. Un sujet délicat de ce sommet porte sur un partenariat sur les migrations, la mobilité et l’emploi afin de mettre de l’ordre et freiner l’immigration clandestine. Il concerne aussi bien les Africains et notamment la Libye, lieu de passage des migrants. Un Institut africain des transferts de fonds devrait être créé. Il sera chargé de renforcer la capacité des gouvernements, des banques, des expéditeurs et des bénéficiaires de transferts internationaux, du secteur privé et d’autres acteurs du continent africain, pour faire de ces transferts un réel outil de développement au service de la réduction de la pauvreté. Dix ans après la première rencontre du genre qui s’était tenue au Caire en Egypte en 2000, le sommet Afrique-Union européenne semble avoir fait du sur place. En 2007, le sommet de Lisbonne au Portugal avait défini huit domaines d’actions prioritaires : paix et sécurité ; gouvernance démocratique et droits de l’Homme ; commerce, intégration régionale et infrastructures ; objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ; énergie ; changement climatique ; migrations, mobilité et emploi ; sciences, société de l’information. Aujourd’hui on y est encore et de nouvelles difficultés se sont ajoutées.


africa-eu-partnership)/n