Tchad: la journée de la colère

La date du mardi 11 novembre 2014 restera inoubliable pour beaucoup de Tchadiens des villes de N'Djaména, Sarh et Moundou.…

La date du mardi 11 novembre 2014 restera inoubliable pour beaucoup de Tchadiens des villes de N’Djaména, Sarh et Moundou. Personne ne s’attendait à ces différentes manifestations

Si à N’Djaména, les élèves des lycées et collèges ont pris d’assaut les rues pour soutenir leurs enseignants en grève pour réclamer leur salaire, cela n’a pas le cas à Moundou et à Sarh.

A Moundou, le retard dans le paiement des primes des examens a été à l’origine du mécontentement des enseignants qui ont descendu dans la rue. Quelques heures après ce mouvement, le Gouvernement a décidé de payer ces primes et les enseignants ont appelé à une reprise des activités pour ce matin du mercredi.

A Sarh, les habitants de la ville verte ont frappé sur des casseroles pour dénoncer à grand bruit la pénurie de carburant. «Depuis plusieurs semaines, la ville est sans carburant. Nous avons garé nos motos à la maison, alors que c’est avec cette moto que nous faisons le clando pour joindre les deux bouts. Les autorités disent que deux citernes arrivent et nous ne voyons rien dès lors, c’est pourquoi nous manifestons», a déclaré un manifestant joint au téléphone.

Le Gouvernement calme les manifestants
Dans un point de presse animé à la mi-journée par le ministre des Finances, Bedoumra Kordje, qui avait à ses côtes les deux chefs de départements en charge de l’éducation, dont celui du supérieur Makaye Hassan Taïsso et celui de l’éducation nationale Ahmat Mahamat Acyl, il a été souligné que les syndicats restent les partenaires du gouvernement dans le dialogue.

Il a ensuite expliqué que les salaires impayés de certains fonctionnaires sont dûs à un décalage d’une semaine lié au recensement. Le ministre Kordjé a déploré que certains fonctionnaires émargent à plusieurs reprises faisant perdre une vingtaine de milliards de F CFA par an à l’Etat. «Cet argent pouvait servir à faire autre chose. Nous pouvons construire des écoles, faire des forages d’eau potable et bien d’autres services à la population», a indiqué le ministre des Finances.

Des manifestants au Tchad
DR)/n