Une tentative de coup d’Etat déjouée à Madagascar

Selon le colonel René Lilison de la Force d'intervention spéciale (FIS), des militaires et civils projetant d'attaquer la Primature ont…

Selon le colonel René Lilison de la Force d’intervention spéciale (FIS), des militaires et civils projetant d’attaquer la Primature ont été arrêtés dimanche 18 avril

Seize militaires et civils ont été arrêtés dimanche après-midi. Leur projet était d’attaquer la Primature dans la nuit de dimanche à lundi, vers 01H00 du matin, a dit à la presse le colonel René Lilison, premier responsable de la FIS auprès de la présidence malgache. Les appréhendés – ex-militaires, réservistes, civils – ont été montrés aux journalistes avant d’être transférés à la brigade de la gendarmerie à Betongolo, près du ministère de la Défense. Cinq officiers auraient été impliqués dans le complot, mais le colonel Lilison s’est abstenu de dire leurs noms. Selon lui, des tenues de combats militaires et des armes ont été saisies. Les armes proviendraient des militaires en fonction, a précisé le colonel Lilison.

Le chef d’état-major de l’armée malgache (Cemgam), le général André Ndriarijaona, a déclaré pour sa part que les forces armées malgaches sont encore unies. Il a argumenté que le fait que les suspects aient recruté des ex-militaires et des réservistes ou soldats pacificateurs prouvent qu’ils n’ont pas pu gagner les forces armées en fonction, qui restent unies. Le président de la commission sécurité de la Haute Autorité de Transition (HAT), Alain Ramaroson, a révélé que la tentative de coup d’Etat a pu être déjouée grâce aux renseignements fournis par la police communautaire, qui est composée des civils. Sans les renseignements fournis, ce coup d’état aurait pu se réaliser, a déclaré M. Ramaroson. Selon le colonel Lilison, d’autres personnes impliquées dans ce complot seront arrêtées.

Et la rencontre de Johannesburg
Les chefs de file des quatre mouvances malgaches dont Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka, Zafy Albert et Andry Rajoelina devraient se rencontrer à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 25 avril prochain pour signer la résolution de sortie de crise. Prévue seulement entre Ravalomanana et Rajoelina au départ, un rendez-vous a été donné pour la venue des deux autres anciens présidents. Didier Ratsiraka et Zafy Albert seront présent à Johannesburg afin de signer un nouvel accord de sortie de crise, selon la presse locale. Une discussion au préalable serait, avant toute chose, maintenue entre Ravalomanana et Rajoelina. Elle portera sur le contenu de ce qui va être signé ce 25 avril 2010.

D’ailleurs, on ne sait pas encore si les quatre personnalités vont se mettre d’accord sur ce qui va sortir de cette rencontre. Car de son côté, Andry Rajoelina, persiste à maintenir le général Camille Vital à son poste de premier ministre de transition ainsi qu’à la préparation des élections avec la mise en place de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui va organiser ces élections d’ici peu. De l’autre côté, les autres trois mouvances réclament toujours l’application des Accords de Maputo et de l’Acte additionnel d’Addis-Abeba.

Le pouvoir de Andry Rajoelina menacé
agoravox.com)/n