Africa Investment Forum : ce que pense la BAD

Dans son allocution d’ouverture,  Akinwumi A. Adesina, président du groupe de la Banque africaine de développement, a souligné les perspectives…

Dans son allocution d’ouverture,  Akinwumi A. Adesina, président du groupe de la Banque africaine de développement, a souligné les perspectives de l’Afrique comme destination privilégiée pour les investissements.

Les Market Days, une initiative de la Banque africaine de développement et de sept autres partenaires, se tiennent à Marrakech, au Maroc, pendant les trois prochains jours. La plateforme de l’Africa Investment Forum fait progresser les projets vers la bancabilité, lève des capitaux et accélère les transactions vers la clôture financière.

S’exprimant à cette occasion, le président de la BAD a, en plus de remercier le roi du Maroc, posé plusieurs doléances. « La présence de dirigeants d’institutions financières multilatérales et régionales, de présidents-directeurs généraux/directeurs généraux et de chefs d’entreprise, de promoteurs de projets, d’investisseurs et de plusieurs ministres, soit plus de 1 000 délégués au total, témoigne du pouvoir de rassemblement mondial pour l’investissement de l’Africa Investment Forum. Nous nous réunissons à un moment où les tensions géopolitiques et les conflits s’intensifient dans le monde entier, entraînant de plus grandes incertitudes et risquant d’affaiblir la croissance économique mondiale », a-t-il souligné.

Selon Adesina, « les économies africaines ont enregistré une croissance du PIB réel de 3,8 % en 2022, supérieure à la moyenne mondiale de 3,5 %. Cinq des six pays africains les plus performants avant la pandémie devraient revenir dans le classement des dix économies à la croissance la plus rapide au monde en 2023-2024. Les économies africaines offrent certaines des meilleures opportunités d’investissement au monde« .

« La population africaine atteindra 2,5 milliards d’habitants d’ici à 2050, lorsque le continent représentera 25 % de la population mondiale. Le New York Times a récemment affirmé en gros titre de sa rubrique « What we know » que le monde devient de plus en plus africain. Avec 477 millions de jeunes âgés de 15 à 25 ans, l’Afrique sera la clé de l’approvisionnement en main-d’œuvre mondiale. La taille du marché de l’alimentation et de l’agriculture en Afrique atteindra 1 000 milliards de dollars d’ici à 2030, dans moins de sept ans« , a-t-ajouté.

Avant de préciser que, la Zone de libre-échange continentale africaine représente un marché consolidé de 3 400 milliards de dollars. L’avenir des véhicules électriques dans le monde dépend de l’Afrique. « On estime que la taille de la chaîne de valeur des véhicules électriques passera de 7 000 milliards de dollars actuellement à 57 000 milliards de dollars d’ici à 2050. Cet avenir dépend de l’Afrique. Cela s’explique par le fait que l’Afrique représente la plus grande source de métaux verts pour le développement des véhicules électriques, notamment le platine (70 %), le cobalt (52 %), le manganèse (46 %), la bauxite (25 %) et le graphite (21 %) ».

Moody’s Analytics a analysé les taux de défaut de paiement sur les financements d’infrastructures à l’échelle mondiale au cours des 14 dernières années. « Devinez ce qu’ils ont trouvé » : le taux de défaillance de l’Afrique est le plus bas du monde : 2,1 %, comparé à celui de l’Europe de l’Est, qui dépasse largement 10 %, et à celui de l’Asie, qui est bien au-dessus de 8 %.

Depuis son lancement en 2018, l’Africa Investment Forum a attiré plus de 16 500 participants et généré près de 143 milliards de dollars d’intérêts d’investissement. Lors des Market Days 2022 de l’Africa Investment Forum, le corridor autoroutier Abidjan-Lagos a suscité 15,5 milliards de dollars d’intérêts d’investissement. Ce corridor transformera toute la région de l’Afrique de l’Ouest et accélèra l’intégration régionale et le commerce. L’année dernière également, le corridor ferroviaire de l’Afrique de l’Est, qui relie la Tanzanie, la République démocratique du Congo et le Burundi, a suscité 3,6 milliards de dollars d’intérêt d’investissement.

Nous sommes ravis de voir que l’Africa Investment Forum a, jusqu’à présent, comblé des déficits d’investissement d’une valeur de 11 milliards de dollars, dans les domaines du gaz naturel liquéfié, des énergies renouvelables, de l’agro-industrie, de la fabrication industrielle, de l’industrie créative, du logement et des transports.

Plusieurs chefs d’État et plus de 1000 participants, dont des PDG, des responsables d’institutions financières multilatérales et régionales, des chefs d’entreprise, des promoteurs de projets et des ministres, assistent aux Market Days 2023. Les chefs d’État et de gouvernement ont profité de l’occasion pour plaider en faveur de l’investissement dans leur pays en participant à des boardrooms axées sur les transactions et à des plénières thématiques. Parmi eux figurent Azali Assoumani, président de l’Union des Comores et président en exercice de l’Union africaine, Samia Suluhu Hassan, présidente de la Tanzanie, Julius Maada Bio, président de la Sierra Leone, Eduardo Girente, Premier ministre du Rwanda, et Mia Mottley, Première ministre de la Barbade.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne