SportFootball , Sport



Le président de la Fédération camerounaise de football a été reconnu coupable de violations de l’éthique.

Samuel Eto’o reste président de la Fédération camerounaise de football. Mais il devra payer la somme de 200 000 dollars, soit environ 121 millions de francs CFA. C’est le résultat de procédure judiciaire engagée contre lui auprès la Confédération africaine de football.

Il a été reconnu coupable d’avoir violé l’article 2, alinéa 3 des statuts de la CAF en ne respectant pas les principes d’éthique, d’intégrité et de sportivité. En effet, il avait signé un contrat faisant de lui l’ambassadeur d’une société de paris sportifs.

Samuel Eto’o lors de la signature de partenariat l’entreprise de pari sportif

Le communiqué de presse publié par la CAF indique « la signature de ce contrat par M. Samuel Eto’o, sous le couvert de la Fécafoot et moyennant rémunération, constitue un manquement grave aux principes d’éthique… ». Elle stipule que l’amende doit être payée en dollars dans un délai de soixante jours à compter de la notification de la décision. Ils disposent toutefois d’un délai de trois jours pour faire appel de la décision.

Pour ce qui concerne les autres poursuites, notamment les accusations de matches truqués portées contre lui et Valentin Nkwaim, le président de Victoria United, la Commission de discipline de la CAF a déclaré que les preuves ne sont pas suffisantes « reçoit les exceptions d’incompétence et d’irrecevabilité des moyens de preuve (enregistrements audio et vidéo, transcriptions, courriels) et les rejete comme étant infondées ».

Samuel Eto’o et Valentin Nkwaim sont donc acquittés. L’ancien international peut désormais se préparer à se présenter aux élections à la tête de la Fécafoot de l’année prochaine.

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP