Prévisions économiques pour l’Afrique : la BAD fait des révisions à la baisse

Face aux chocs régionaux et mondiaux, la Banque reste déterminée à aider les pays africains à mieux relever ces défis…

Face aux chocs régionaux et mondiaux, la Banque reste déterminée à aider les pays africains à mieux relever ces défis et à remettre la croissance économique sur les rails.

La Banque africaine de développement  a annoncé, lundi, avoir révisé à la baisse ses prévisions macroéconomiques à court et moyen termes pour l’Afrique, pour les années 2023 et 2024. L’institution table désormais sur 3,4 % cette année et 3,8 % l’an prochain, contre 4,0 % et 4,3 % précédemment anticipés. Ces données actualisées ont été publiées dans la mise à jour du rapport sur les « Performances et perspectives macroéconomiques de l’Afrique 2023 » (MEO), qui fait suite au rapport « Perspectives économiques 2023 en Afrique » du Groupe de la Banque, publiées en mai dernier.

Ces prévisions légèrement inférieures s’expliquent par les effets persistants et à long terme de la pandémie de Covid-19, des tensions et conflits géopolitiques, des chocs climatiques, un ralentissement économique mondial, ainsi que la marge de manœuvre budgétaire limitée, dont disposent les gouvernements africains pour répondre de manière adéquate aux chocs et soutenir les gains de la reprise économique après la crise sanitaire.

« L’environnement économique mondial difficile et les multiples chocs continuent de façonner la performance macroéconomique de l’Afrique. Les pressions inflationnistes persistantes menacent d’anéantir tous les gains macroéconomiques réalisés depuis l’atténuation des risques de pandémie, tandis que la dépréciation continue des monnaies nationales dans de nombreux pays a exacerbé le coût du service de la dette », a déclaré Kevin Urama, économiste en chef et vice-président du Groupe de la Banque africaine de développement.

« Face aux chocs régionaux et mondiaux, la Banque reste déterminée à aider les pays africains à mieux relever ces défis et à remettre la croissance économique sur les rails », a ajouté Urama.

À court terme, la mise à jour du MEO exhorte les pays africains à continuer de mettre en œuvre des politiques monétaires restrictives pour contenir l’inflation. Cela devrait être soutenu par des politiques budgétaires qui favorisent la diversification économique et éliminent les contraintes liées à l’offre.

À moyen et long terme, le rapport appelle les gouvernements à intensifier les investissements efficaces dans le capital humain et les infrastructures physiques afin de stimuler la productivité, de relancer la croissance économique et de créer des opportunités pour un développement plus inclusif et durable.

Alors que les pressions inflationnistes s’atténuent au niveau mondial, elles persistent en Afrique et continuent de peser lourdement sur les performances économiques à court et moyen terme des pays du continent. L’inflation en Afrique devrait désormais atteindre en moyenne 18,5 % cette année et 17,1 % en 2024.

Selon le MEO révisé, cela représente une accélération de 3,4 et 7,6 points de pourcentage, respectivement, par rapport aux projections antérieures. Les pressions inflationnistes persistantes ont été largement alimentées par les perturbations des approvisionnements dans le secteur agricole, une inflation plus forte des importations en raison de l’affaiblissement des monnaies locales, les prix relativement élevés des produits de base et la persistance de la prédominance budgétaire dans plusieurs pays d’Afrique.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne