La compagnie camerounaise va ajouter dès le 15 mai 2024 une nouvelle desserte à sa liste qui va relier Yaoundé et Douala à Cotonou.

Camair-co continue son offensive sur le continent. Cette compagnie nationale camerounaise a annoncé lundi passé une nouvelle destination vers Cotonou au Bénin. Cette nouvelle desserte va s »opérer à partir des aéroports internationaux de Yaoundé et Douala et offrira quatre vols par semaine, notamment : lundi, mercredi, vendredi et samedi.

Sur le marché Bénin, Camair-co va entrer en concurrence avec plus d’une dizaine de compagnies déjà opérationnelles parmi lesquelles : Brussels Airlines, Air Sénégal, Turkish Airlines, Air Côte d’Ivoire, Royal Air Maroc, Rwandair, Air Burkina, Afrijet et même Asky.

Cette nouvelle arrive au moment où le rapport 2022 de la Commission technique de réhabilitation des entreprises publiques et parapubliques (CTR) fait état d’une situation financière « préoccupante » au sein de l’entreprise. Camair-Co cumule plusieurs exercices déficitaires ce qui a rendu négatifs ses capitaux propres. Son exploitation demeure impactée par un niveau de charges que ne parviennent pas à couvrir les ressources générées. L’entreprise traîne également une dette de globale de 74,5 milliards de Fcfa ce qui en fait une entreprise « à risque très élevé » pour l’Etat selon la CTR.

Nouvelles ressources

Il y a un mois, les sociétés Boeing et Pratt ont été condamnées  à payer une amende de 158 milliards F à Cameroon Airlines. L’amende fait suite à un accident du Boeing 737 immatriculé TJ CBD survenu le 30 août 1984 à Douala au point d’arrêt de la piste 12/30.

Selon la copie de la décision rendue par le Tribunal de grande instance du Wouri, l’accident s’est produit en plusieurs séquences. En effet, il y a eu une rupture du disque du septième étape du moteur droit à la mise en puissance au point de pénétration de la piste 13/30 de l’aéroport de Douala.

Ainsi, cette négligence de ces deux sociétés a causé des préjudices à la « société Cameroon Airlines en liquidation ». L’amende vient réparer les préjudices suscités. Elle est répartie comme suit : 27 780 000 000 FCFA pour le préjudice de perte de l’aéronef. 127 500 000 000 FCFA pour la perte d’exploitation. 3 000 000 000 FCFA pour le préjudice extrapatrimonial et 200 000 000 FCFA pour les frais de procédure.

Cette enveloppe va sans doute servir à renforcer la flotte de la compagnie afin d’adresser de nouvelles destinations.

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP