La distinction a eu lieu en marge de la 5ème conférence mondiale sur le Cacao à Bruxelles.

S.E alassane Dramane Ouattara a honoré le ministre camerounais du commerce Luc Magloire Mbarga Atangana en l’élevant au rang de Commandeur de l’Ordre national.

Cette distinction récompense le rôle du Camerounais dans le transfert du siège de l’Organisation Internationale du Cacao de Londres à Abidjan en 2017, ainsi que pour ses efforts continus en faveur des producteurs de cacao à l’échelle internationale.

« Cette décoration, remise par 𝗦.𝗘 𝗔𝗹𝗶 𝗖𝗼𝘂𝗹𝗶𝗯𝗮𝗹𝘆, Grand Chancelier de l’Ordre National, venu spécialement d’Abidjan, souligne l’engagement sans faille du Cameroun pour les causes africaines au sein des instances internationales », a expliqué le Mincommerce.

L’Organisation internationale du cacao (ICCO) est une organisation intergouvernementale créée en 1973 sous les auspices des Nations Unies et opérant dans le cadre des accords internationaux successifs sur le cacao.

L’Organisation comprend 51 pays membres, dont 22 sont des pays exportateurs de cacao et 29 sont des pays importateurs de cacao. Ces pays membres représentent ensemble 86 % des exportations mondiales de cacao et 72 % des importations mondiales de cacao.

En rappel, la 5ème édition de la Conférence mondiale sur le cacao (World Cocoa Conference-WCC). L’évènement organisé par l’Organisation internationale du cacao (ICCO) était placé sous le thème « 𝘗𝘢𝘺𝘦𝘳 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘶𝘯 𝘤𝘢𝘤𝘢𝘰 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘥𝘶𝘳𝘢𝘣𝘭𝘦 ». La rencontre rassemblait les acteurs de la chaîne de valeur du cacao, des gouvernements aux cacaoculteurs, des coopératives aux exportateurs, des négociants aux détaillants.

Lors de la clôture du panel sur l’initiative cacao durable de l’Union européenne, 𝗟𝘂𝗰 𝗠𝗮𝗴𝗹𝗼𝗶𝗿𝗲 𝗠𝗯𝗮𝗿𝗴𝗮 𝗔𝘁𝗮𝗻𝗴𝗮𝗻𝗮 chef de délégation du Cameroun à ce rendez-vous a exhorté l’UE à étendre la transparence non seulement à la production de cacao via la traçabilité, mais également au marché du cacao, l’un des plus opaques au monde.

En écho au Règlement de l’Union européenne sur la déforestation, le Ministre du Commerce a souligné que les producteurs camerounais méritent une prime plutôt qu’une exclusion du marché, au regard de leur système de production respectueux de l’environnement. « 𝘕𝘰𝘶𝘴 𝘯𝘦 𝘥é𝘵𝘳𝘶𝘪𝘴𝘰𝘯𝘴 𝘱𝘢𝘴 𝘭𝘢 𝘧𝘰𝘳ê𝘵. 𝘕𝘰𝘶𝘴 𝘧𝘢𝘪𝘴𝘰𝘯𝘴 𝘤𝘦 𝘲𝘶’𝘰𝘯 𝘢𝘱𝘱𝘦𝘭𝘭𝘦 « 𝘭𝘦 𝘤𝘢𝘤𝘢𝘰 𝘥’𝘢𝘨𝘳𝘰-𝘧𝘰𝘳ê𝘵 », 𝘤’𝘦𝘴𝘵 à 𝘥𝘪𝘳𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘱𝘳é𝘴𝘦𝘳𝘷𝘰𝘯𝘴 𝘭𝘦𝘴 𝘧𝘰𝘳ê𝘵𝘴 », a affirmé le membre du gouvernement.

Quant au niveau de prix actuel, le Ministre du Commerce a indiqué que celui-ci demeure insuffisant, ne représentant qu’une fraction des bénéfices engrangés par les autres maillons de la chaîne.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP