La Caisse de Développement de la Pêche Maritime (CDPM) a dévoilé des plans visant à soutenir la production d’un plus grand nombre de poissons.

Les plans ont été dévoilés au Conseil d’Administration de la structure lors de sa 66ème Session Ordinaire à Douala. Au cours de cette séance présidée par le Ministre de l’Elevage, de la Pêche et des Industries animales, Dr Taïga, consacrée à l’examen du Projet de Performance 2024 à 2026, un budget de 1 milliard 600 mille francs a été adopté.

Le budget leur permettra de renforcer le contrôle et la surveillance de la pêche et d’apporter un soutien suffisant aux acteurs de la pêche artisanale et de l’aquaculture. Cela ouvrirait également la voie à la production de poissons de meilleure qualité.

En 2023, l’action prioritaire du CDPM comprenait le renforcement du contrôle de la pêche afin de réduire la pêche illégale et non déclarée. En 2022, ses activités ont été consacrées à l’organisation de campagnes de sensibilisation auprès des communautés de pêcheurs sur la nécessité de protéger l’environnement, de réduire la pollution et de promouvoir l’aquaculture en formant les acteurs.

Situation du poisson

En 2023, la production de poissons du Cameroun se chiffre à 150 086 tonnes. Par rapport à la production de 2022 qui se chiffrait à 145 621 tonnes, on observe une hausse de 4 465 tonnes en valeur absolue et 3% en valeur relative.

Bien qu’en hausse, cette production reste toujours faible par rapport à la demande nationale qui est comblée par des importations. En effet pour l’exercice 2022, d’après le Rapport sur l’état de la compétitivité de l’économie camerounaise en 2022, publié par le Comité de Compétitivité, démembrement du ministère de l’Economie, le Cameroun a importé 241 798 tonnes de poisson en 2022, en hausse de 51 798 tonnes (27,3%) par rapport à 2021, ou elles étaient estimées à 190 000 tonnes.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP