Economie




Cameroun : la grippe aviaire de retour, des opérations d’abattage organisées

Après une trêve d’exploitation de fermes avicoles sans grand incident, la grippe aviaire H5N1 est de nouveau déclarée dans la…

La grippe aviaire encore présente dans l’Ouest Cameroun

Après une trêve d’exploitation de fermes avicoles sans grand incident, la grippe aviaire H5N1 est de nouveau déclarée dans la région de l’Ouest. Le ministre de l’Elevage et le gouverneur de la région ont prescrit des mesures urgentes dont l’abattage rapide des foyers identifiés.

La région de l’Ouest-Cameroun, plus grand bassin de production de volaille est touchée par la grippe aviaire. C’est l’essentiel d’une note du délégué régionale de l’Elévage de l’Ouest en date du 05 février 2022. L’alerte de l’infection à « l’influenza aviaire » est confirmée par les notes du ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries animales Dr Taiga et du gouverneur de la région de l’Ouest Awa Fonka Augustine.

En effet, à la suite de l’alerte, les autorités s’organisent en urgence pour restreindre la propagation de la maladie. Dans cette optique, le ministre en charge de l’Elevage a pris une série de mesures le 05 février 2022 pour épargner le reste du pays. Il s’agit entre autres de la mise en œuvre des opérations d’abattage sanitaire d’urgence dans les foyers identifiés ; la destruction de ces foyers par incinération et enfouissement sous contrôle des responsables des services vétérinaires avec l’appui des forces de maintien de l’ordre. Cet abattage commence dès ce lundi 07 février. A cela s’ajoute l’interdiction d’accès  aux fermes à des personnes non autorisées pendant la période d’abattage.

Plus proche des foyers identifiés, le gouverneur de la région de l’Ouest a repris les mesures dans une note en date du 06 février. Elles sont applicables dans le département de la Mifi (Bafoussam) et dans les sept autres départements de la région. Ces prescriptions incluent « la mise en œuvre urgente des enquêtes/ investigations épidémiologiques par des services vétérinaires compétents dans les fermes avicoles, couvoirs et marchés de volaille vivant sur l’ensemble du territoire de la région de l’Ouest », précise le gouverneur.

Désormais, les déplacements des volailles et produits des fermes avicoles à l’intérieur ou à l’extérieur. De la région de l’Ouest sont réduits. Seules les fermes détentrices d’un test PCR négatif de moins d’une semaine ou un test ELISA négatif de moins de 72 heures auront la possibilité de se déplacer avec ces produits. Ces tests devront être effectués par  le Laboratoire national vétérinaire (Lanavet).

Selon des spécialistes, l’ «influenza aviaire hautement pathogène (grippe aviaire)» est  issue des intrants alimentaires importés. La maladie signe son retour au moment où certaines régions se remettent de la rareté du poulet sur le marché. Entre mai et décembre 2021, les prix de la volaille ont grimpé du fait de la rareté de cette denrée, provoquée par la pénurie des poussins d’un jour et des œufs à couver.

Le passage de la grippe aviaire en 2016 et 2017 avait laissé l’économie de la volaille en souffrance. Leopold Kamga président de l’inter profession avicole du Cameroun (Ipavic) Nord-Ouest et Ouest a parlé en mai 2021 de la destruction de 50% du cheptel avicole. Un foyer d’épidémie identifié à Yaoundé dans la région du Centre enregistrait la perte de 15 000 volailles en trois jours. La coopérative Ipavic, chiffre les pertes enregistrées par les producteurs du pays à plus de 16 milliards de francs Cfa.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne