Afrique centrale-Sécurité aérienne : le DG de l’agence de supervsion en visite au Cameroun

Le Directeur général de l’Agence de Supervision de la Sécurité Aérienne en Afrique Centrale (ASSA-AC), Eugène APOMBI a été reçu…

Le Directeur général de l’Agence de Supervision de la Sécurité Aérienne en Afrique Centrale (ASSA-AC), Eugène APOMBI a été reçu en audience le 29 septembre 2023.

Les échanges entre le MINEPAT et le Directeur général de l’Agence de Supervision de la Sécurité Aérienne en Afrique Centrale (ASSA-AC), Eugène APOMBI, ont porté entre autres sur la vision de l’ASSA-AC en matière de supervision de la sécurité aérienne et le projet de règlement fondateur de l’Agence qui a déjà été validé par le Comité des Ministres sectoriels et qui devrait être présenté pour adoption au Conseil des Ministres de l’UEAC, prévu en fin octobre 2023. Les deux personnalités ont également échangé sur le mécanisme de financement de l’Agence de Supervision de la Sécurité Aérienne en Afrique Centrale.

Selon le Minepat, au sujet de la vision de l’ASSA-AC en matière de sécurité aérienne, il est question de prendre toutes les dispositions pour que les pays de l’Afrique Centrale, jadis fichés, sortent de la liste noire. Et pour cela, la formation des inspecteurs en sûreté et sécurité aérienne s’avère nécessaire, afin de leur donner des outils pour remplir aisément le cahier de charge.

Et pour ce qui est des projets de règlement fondateur de l’Agence, l’on a appris au cours de cette audience qu’ils ont déjà fait l’objet de validation par les Ministres sectoriels et qu’ils seront soumis au Conseil des Ministres en fin octobre 2023. Concernant le mécanisme de financement, le DG de l’ASSA-AC n’a pas manqué de préciser que son institution, reçoit deux types de financement en ce moment : la contribution de la Taxe Communautaire d’Intégration (TCI) et la contribution égalitaire des Etats. Toutefois, au regard des difficultés rencontrées au niveau des recouvrements, l’ASSA-AC pense à créer un nouveau mécanisme de financement. Il s’agit d’une taxe qui pourrait être prélevée sur les vols aussi bien au niveau de la sous-région qu’au niveau des vols internationaux. Le Ministre a enfin marqué sa disponibilité à accompagner le DG de l’ASSA-AC dans l’exercice de ses fonctions, afin de lui permettre de bien remplir sa feuille de route.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne