EconomieInfrastructures




Cameroun : comment le barrage de Nachtigal va influencer le secteur de l’électricité

Les travaux de construction du barrage de Nachtigal sont officiellement rendus à 83%, selon Nachtigal Hydro Power Company. Ce rythme…

barrage hydroélectrique de Nachtigal

Les travaux de construction du barrage de Nachtigal sont officiellement rendus à 83%, selon Nachtigal Hydro Power Company.

Ce rythme d’avancement des travaux sur le terrain permet à cette entreprise de gestion du projet, d’envisager avec sérénité l’injection des premiers mégawatts (MW) d’électricité dans le Réseau interconnecté Sud (RIS) au mois de décembre 2023, après le retard accusé dans les travaux du fait de la pandémie du Covid-19. Mais, à NHPC, l’on annonce qu’il faudra attendre l’année 2024 pour voir la plus grande centrale de production d’électricité du Cameroun tourner à plein régime, avec des impacts considérables sur l’ensemble de l’écosystème de l’électricité au Cameroun.

Parmi ces impacts considérables, il y a d’abord l’accroissement substantiel de la production d’électricité au Cameroun. En effet, avec ses sept turbines de 60 MW chacune, cette infrastructure énergétique produira à elle seule 420 MW d’énergie électrique. Ce qui correspond aux capacités cumulées de la centrale à gaz de Kribi (216 MW) et du barrage de Memvé’ele (211 MW), en période de production maximale. Selon la Banque mondiale, cette puissance du barrage de Nachtigal permet au Cameroun d’envisager l’augmentation, dès l’année 2024, de 30% de ses capacités de production actuelles, estimées en environ 1 500 MW.

A en croire Ecomatin, il y a de quoi redonner de l’espoir aux quelque 1,7 million de clients connectés au réseau de la société Eneo, chargée de la production et de la distribution de l’électricité au Cameroun. En effet, depuis des années, et malgré les investissements consentis dans le secteur de l’électricité, ces clients n’ont de cesse de se plaindre des délestages, souvent consécutifs au déficit de production enregistré par le pays.

A titre d’illustration, dans une note confidentielle adressée le 17 février 2023 au directeur général de la société Eneo par le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba chiffre ce déficit de production dans les six régions couvertes par le Réseau interconnecté Sud (RIS), entre 40 et 150 MW par jour, depuis le mois de janvier 2023.

Comme autre impact de la mise en service totale du barrage de Nachtigal, l’on peut citer le renforcement de la prédominance de l’hydroélectricité, moins coûteuse et plus propre, dans le mix-énergétique du Cameroun. Jusqu’ici estimée à 61,77%, la contribution de l’hydroélectricité dans le mix-énergétique du Cameroun devrait tourner autour de 90% avec l’opérationnalisation du barrage de Nachtigal, rendant pratiquement résiduelle la part du thermique, actuellement estimée à 38,2%. Cette contribution du thermique au mix-énergétique pourrait même devenir quasiment insignifiante, dans la mesure où, même dans le Réseau interconnecté Nord (RIN), l’entrée en jeu des centrales solaires modulaires installées par la société Scatec, avec la bénédiction du gouvernement, a éclipsé le thermique.

Réduction des coûts de production

Cette catégorie d’énergie s’était pourtant imposée dans la partie du Cameroun couverte par le RIN, à cause du déficit de production du barrage de Lagdo, dont la production culmine souvent à moins de 30 MW, sur une capacité installée de 72 MW.

Dans une correspondance adressée au ministre de l’Eau et de l’Énergie le 5 septembre 2022, la société Eneo, parlant de la situation énergétique dans les trois régions septentrionales du Cameroun au mois d’août 2022, révèle que grâce aux centrales solaires de Scatec, « la sollicitation des centrales thermiques a considérablement baissé, et représente aujourd’hui environ 10% dans le mix énergétique du Réseau interconnecté Nord (RIN), contre plus de 80% les mois précédents ».

La réduction considérable du thermique dans le mix-énergétique, que va provoquer la mise en service du barrage de Nachtigal, charrie d’importants enjeux financiers. « Quand il sera opérationnel, le barrage de Nachtigal permettra au pays d’économiser chaque année 100 millions de dollars supplémentaires de coûts de production », soit plus de 60 milliards de FCFA, selon un article publié sur le site de la Banque mondiale, sous le titre : « le barrage de Nachtigal : une étape clé dans le développement de l’hydroélectricité au Cameroun ».

En effet, en plus d’être plus polluant que l’énergie hydroélectrique, le thermique est très onéreux à cause des coûts exorbitants des combustibles (gaz, fioul, gasoil). A titre d’illustration, la décision prise en début d’année 2021 de transférer dans la partie Nord du Cameroun une capacité de 20 MW de thermique démontés à la centrale d’Ahala, non loin de Yaoundé, a engendré des besoins en combustibles d’un montant de 80 millions de FCfa par jour. Ce qui, en un mois, correspond à une dépense de 2,2 milliards de FCfa.

 

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne