L’accord de financement entre la Banque africaine de développement et le Cameroun a été signé en marge de la cérémonie d’ouverture officielle du bureau régional de la banque pour l’Afrique centrale, qui a eu lieu à Yaoundé le 12 avril 2024.

 

La BAD a installé le 12 avril son bureau régional pour l’Afrique centrale au Cameroun. La cérémonie y relative s’est déroulée, sous la présidence du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Joseph DION NGUTE. C’était en présence de Marie-Laure AKIN-OLUGBADE, Vice-présidente de la Banque Africaine de Développement chargée du Développement régional, de l’Intégration et de la Prestation de services, Représentante du Président du Groupe de la Banque Africaine de Développement, et du Directeur Général du Bureau régional Afrique centrale ; des Gouverneurs de la BAD pour les pays d’Afrique Centrale, et de nombreux autres partenaires au développement.

A l’occasion, un accord de financement d’un montant de 133 milliards de FCFA a été signé entre le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine OUSMANE MEY, Gouverneur de la BAD pour le Cameroun, et le Directeur Général du Bureau régional de la BAD pour l’Afrique centrale. Cet accord est destiné à la mise en œuvre du Projet d’accompagnement territorial et de promotion du secteur privé de la région de l’Extrême-Nord. Celui-ci a donc pour objectif de contribuer à l’aménagement du territoire, à l’amélioration du système de transport et à la promotion du secteur privé, en vue de l’émergence d’un pôle de développement intégré et durable dans la région.

les enjeux du bureau régional

Dans son propos de circonstance, la Représentante du Président de la BAD a révélé les enjeux de l’implantation du Bureau régional de la BAD en Afrique centrale. D’après elle, celui-ci répond à la politique de déconcentration des opérations de la Banque auprès de ses clients. Ce Bureau est appelé à jouer un rôle crucial dans la coordination et la mise en œuvre des activités du Groupe de la BAD. Il permettra de renforcer le dialogue stratégique avec les Gouvernements, d’assurer un meilleur suivi des opérations sur le terrain, d’apporter des réponses plus efficaces aux besoins spécifiques des Etats et donnera l’opportunité de renforcer le partenariat avec les institutions régionales, les organisations de la société civile et le secteur privé. Marie-Laure AKIN-OLUGBADE a donc invité les autorités des Etats couverts par le Bureau (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RCA, RDC et Tchad) à saisir les opportunités qu’offre ce dernier, afin de donner plus d’impacts à la coopération BAD-pays d’Afrique centrale dont le volume du portefeuille à ce jour est d’environ 11 000 milliards de FCFA (18 milliards de dollars US), pour 600 opérations.

Pour sa part, le Chef du Gouvernement camerounais a salué la mise sur pied du Bureau régional de la BAD en Afrique centrale, dans un contexte marqué par l’opérationnalisation de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf). « Ce Bureau contribuera à la réalisation des projets structurants et intégrateurs, conformément aux orientations politiques définies par les Chefs d’Etats de la sous-région », a indiqué Joseph DION NGUTE. Selon lui, la BAD est un partenaire stratégique majeur pour les Etats de l’Afrique centrale, au regard de la nature de ses interventions. Celles-ci ciblent des domaines aussi variés, tels que les infrastructures sociales et économiques (TIC, énergie, transports), la gouvernance, l’appui au secteur productif, etc.

Selon le Minepat, au Cameroun, le portefeuille de coopération avec la BAD affiche de nombreuses opérations, entre autres : l’aménagement de la Ring Road, le désenclavement de la zone industrielle de Kribi, le bitumage des routes Grand Zambi-Kribi, Gobo-Pouss, Kumba-Mamfé et Bamenda-Enugu. Cette dernière a contribué à relier l’Afrique centrale (Cameroun) à l’Afrique de l’Ouest (Nigéria), grâce à la construction du pont sur la Cross River.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP