Politique




Cameroun-Elecam : Paul Biya renouvelle le mandat de Erik Essousse

Le président de la République a pris deux décisions le 16 novembre 2023 portant nomination du directeur général et du…

Erik Essousse et Abdoul Karimou restent à leurs postes jusqu’en 2028.

Le président de la République a pris deux décisions le 16 novembre 2023 portant nomination du directeur général et du directeur général adjoint des élections. Plusieurs défis interpellent les deux personnalités.

Erik Essousse et Abdoul Karimou sont respectivement directeur général et directeur général adjoint des élections au Cameroun pour les cinq prochaines années. Pour la première fois, le chef de l’Etat renouvelle leur mandat. Erik Essousse, nommé directeur général pour la première fois en 2017 a remplacé Abdoulaye Babale deux ans après sa nomination à ce poste. Ce dernier venait de remplacer Mohaman Sani Tanimou nommé depuis 2009.

Quant au nouvel ancien directeur général adjoint, Abdoul Karimou, il entame son deuxième mandat après avoir remplacé en 2018, Erik Essousse, son actuel supérieur qui y a exercé depuis 2009.

Les décrets présidentiels du 16 novembre dernier n’apportent pas de changement du point de vue personnel. Depuis 2018, les deux personnalités ont conduit la direction générale des élections, l’un des deux organes de Elections Cameroon. Selon le code électoral, cet organe est chargé de la préparation et de l’organisation matérielle des opérations électorales et référendaires.

A cet effet, la constitution et la conservation du fichier électoral national, l’établissement des cartes d’électeurs, l’acquisition du matériel électoral, l’établissement et la publication des listes électorales, sont entre autres attributions de cette direction.

Erik Essousse et Abdoul Karimou ont conduit ces opérations en prélude, pendant et après la présidentielle du 07 octobre 2018. Lors des élections municipales et législatives du 09 février 2020, les régionales du 06 décembre 2020 et les sénatoriales du 12 mars 2023, les mêmes personnalités ont œuvré pour le succès des scrutins, malgré des requêtes déposées par des acteurs du processus électoral.

Ainsi, la mission qui leur revient jusqu’en 2025 est d’abord de booster le fichier électoral qui contient environ 8 000 électeurs inscrits. Cette opération devra se faire dès le 1er janvier 2024. Puis, il sera question de produire des cartes et les listes électorales. Ensuite, ils devront assurer l’organisation et le bon déroulement des élections locales et la présidentielle prévues en 2025.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne