Cameroun-sucre : le déficit de production locale s’élève à 138 500 tonnes

Une réunion de concertation a eu lieu à Yaoundé entre le ministre du Commerce et les acteurs du secteur. Le…

Une réunion de concertation a eu lieu à Yaoundé entre le ministre du Commerce et les acteurs du secteur.

Le ministère du Commerce a souligné que la demande nationale annuelle en sucre est  estimée à 225 000 tonnes avec une production locale s’élevant à 86500 tonnes. Au calcul le producteurs locaux ont besoin de produire 138 500 tonnes de plus pour éviter les importations.
La réunion de concertation et d’orientation présidée ce 23 novembre 2023 par le ministre du Commerce, Luc Magloire MBARGA ATANGANA, avec les responsables des agglomérées opérant dans la production, et le raffinage du sucre était une occasion de faire le point.
Il était question au cours de cette rencontre tenue dans la salle des conférences de son département ministériel de procéder à un examen partagé des besoins ainsi que des perspectives d’approvisionnement du marché au titre de l’année 2024. Il en ressort que le marché du sucre a été marqué par la hausse des coûts du sucre sur le marché international, notamment au cours du deuxième semestre de l’année avec un impact direct non seulement sur les prix du sucre sur le marché national, mais aussi sur la réalisation des quotas alloués aux importations. Afin de satisfaire la demande nationale sans cesse croissante, le Ministre du Commerce a recommandé aux responsables des agglomérées de travailler ensemble dans une transparence absolue.
Les importations de sucre ont atteint 280 000 tonnes au cours de l’année 2023, pour une demande nationale annuelle estimée à 225 000 tonnes. En tenant compte de ces importations, du stock de début d’année et de la production locale qui s’élève à 86500 tonnes, la disponibilité en sucre pour 2023 laisse un stock prévisionnel de plus de 135 000 tonnes de sucre au 1er janvier 2024.
De plus, la Société Sucrière du Cameroun, SOSUCAM, annonce une production prévisionnelle de 100 000 tonnes au cours de cette campagne de production grâce à leur plan de relance qui prévoit l’augmentation des superficies récoltées et l’amélioration des traitements des parcelles, la rénovation du parc matériel et le renforcement de la coupe mécanique visant à améliorer les volumes des cannes transportés et faciliter le broyage, ainsi que la mise à niveau des usines pour une forte réduction des pertes et une remontée des performances de production de sucre/jour.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne