Bus Rapid Transit : la communauté urbaine de Douala veut mobiliser 10 milliards F pour le projet

La cérémonie de lancement de cette levée de fonds s’est tenue le 26 Mars 2024 à Bonapriso, dans l’arrondissement de…

La cérémonie de lancement de cette levée de fonds s’est tenue le 26 Mars 2024 à Bonapriso, dans l’arrondissement de Douala 1er.

1 million de FCFA le titre pour un taux d’intérêt de 6,5% l’an, remboursable en 4 ans à travers la Beac. L’opération consiste à collecter 10 milliards de Fcfa, afin de financer les fonds de contrepartie devant être fournis par la CUD dans le cadre du projet de Bus Rapid Transit de la ville de Douala.

L’opération est garantie par une lettre de confort du ministère des Finances du Cameroun. Pour sécuriser les remboursements, la CUD affirme qu’elle donnera de manière ferme et irrévocable à la Beac, l’instruction de débiter son compte dans ses livres et d’alimenter mensuellement le compte séquestre également ouvert dans les mêmes livres à hauteur de 1/12e du montant de la prochaine échéance annuelle, jusqu’au remboursement total du montant d’émission.

Le Maire de la Ville Roger Mbassa Ndine, initiateur du projet, a déclaré que la Communauté Urbaine de Douala travaille depuis 2 ans sur le projet, et que tout est prêt pour démarrer les travaux. « Nous avons travaillé durant 2 ans sans nous faire voir, et nous sommes prêts. Une fois le projet engagé, les travaux vont durer 6 ans », a-t-il déclaré.

Les 10 milliards de FCFA à mobiliser représentent une partie des fonds de contrepartie (12,4 milliards de FCFA) devant être fournis par l’État du Cameroun (précisément la CUD) dans le cadre du projet de Bus Rapid Transit (BRT) de la capitale économique camerounaise. Ils vont permettre à la CUD d’indemniser des biens et personnes impactés par le projet à travers un plan d’action de réinstallation (PAR) de 6,6 milliards de FCFA : soit 5,2 milliards de FCFA pour indemniser quelques 542 personnes et 1,4 milliard de FCFA pour les réinstallations.

Par ailleurs, elle prévoit par ailleurs une réserve de 600 millions de FCFA, afin de faire face aux surcoûts liés aux actions de réinstallation involontaires contestées.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne WHATSAPP