Economie




Cameroun : 44 milliards de F perdus en 2021 à cause de la corruption

C’est ce qui ressort du rapport de la Commission nationale anti-corruption (CONAC) publié ce 10 novembre à Yaoundé par le…

L’impunité persiste malgré les menaces du chef de l’Etat

C’est ce qui ressort du rapport de la Commission nationale anti-corruption (CONAC) publié ce 10 novembre à Yaoundé par le président, Dr Dieudonné Massi Gams.

La Commission nationale anticorruption (Conac) vient de rendre public son onzième rapport sur l’état de la corruption au Cameroun en 2021.

Il ressort du compte rendu que, l’Etat du Cameroun a perdu 43, 947 milliards de FCFA pour des affaires de corruption et des infractions assimilées, conformément aux investigations menées par la Conac, et aux décisions rendues par le Conseil de Discipline Budgétaire et financier (Cdbf) du Contrôle supérieur de l’Etat, et le Tribunal Criminel Spécial (TCS).

Soit une hausse de 26,336 milliards de F en valeur absolue par rapport à l’année 2020, ou le même préjudice s’est établi à 17,611 milliards de FCFA, et 149,54% en valeur relative. Dans ce segment, la Société de recouvrement de créances (SRC) s’est particulièrement illustrée en causant des pertes de l’ordre 24,249 milliards à l’Etat pour des irrégularités observées dans la conduite de certaines procédures.

En 2021, la CONAC a enregistré 6705 dénonciations pour faits et pratiques de corruption contre 16067 en 2020. 3879 de ces dénonciations l’ont été par voie de courrier administratif, 2694 par des appels via le numéro vert 1517, 77 par courrier électronique et 55 par message WhatsApp au 658 26 26 82.

Au rang des faits de corruption, on dénombre : le monnayage de la signature de certaines autorités administratives et municipales ; l’établissement de faux titres fonciers ; la corruption lors des entrées dans certaines écoles de grandes formations ; la vente illicite des médicaments dans certaines formations sanitaires et le détournement des fonds de certaines associations des parents d’élèves et enseignants (APEE).

Les secteurs qui constituent le gros en matière de corruption sont : l’Administration territoriale, les collectivités territoriales décentralisées, le Commerce, les Domaines et les affaires foncières, l’Éducation, les Finances, les Forces de maintien de l’ordre, les Forêts et la faune, la Justice, les Transports routiers et la Santé.

 

 

 

 

 

 

 

Suivez l'information en direct sur notre chaîne