Affaires : l’Etat congolais rachète la filiale locale de Société Générale 

L'État congolais annonce la signature d’un accord historique avec le Groupe Société Générale pour le rachat des actions détenues par…

L’État congolais annonce la signature d’un accord historique avec le Groupe Société Générale pour le rachat des actions détenues par ce dernier dans sa filiale Société Générale Congo.

Le groupe Vista initialement retenu par Société Générale pour le rachat de sa filiale est mis de côté. En effet, le ministre de l’Économie et des Finances a fait valoir le droit de préemption de l’État congolais pour l’acquisition de l’intégralité des 93,5% des parts détenues par le Groupe Société Générale. « L’opération reste soumise à la validation des autorités réglementaires », lit-on dans le communiqué signé le 31 juillet 2023 par Jean-Baptiste Ondaye.

Dans le cadre de sa vision pour l’avenir du secteur bancaire congolais, l’État congolais annonce qu’il explorera des possibilités de partenariats avec des institutions financières internationales réputées afin d’établir un nouveau partenariat bancaire solide et engagé pour le financement de l’économie nationale. « Cette démarche vise à garantir la continuité des services bancaires de qualité en République du Congo tout en stimulant l’innovation et la modernisation du secteur financier ».

Aussi, dans sa note, l’État congolais tient à assurer la clientèle de la Société Générale Congo et toutes les parties prenantes du secteur financier congolais que la transition se déroulera de manière transparente et dans le respect des prescriptions règlementaires.

Pour mémoire, en juin 2023 le groupe bancaire français annonçait la conclusion d’accords pour la cession de ses parts dans ses filiales au Congo Brazzaville (93,5%) et en Guinée Equatoriale (57,2%) à Vista Bank ainsi qu’en Mauritanie (95,5%) et au Tchad (67,8%) à Coris Bank. Pour le cas du Congo, le ministre des Finances n’avait pas manqué d’annoncer que son pays ne signera pas cet accord qui ne respecte pas les engagements pris la banque française dans un courrier daté du 31 mai 2023. D’autant plus que cette cession s’est faite selon les autorités congolaises en violation des statuts en vigueur et aux dispositions de l’Acte Uniforme relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique de l’Ohada.

Suivez l'information en direct sur notre chaîne