Le transit du pétrole tchadien au Cameroun a généré environ 19 milliards de FCFA en 6 mois

Le comité de pilotage et de suivi de l’oléoduc rapporte que le droit de transit du pétrole tchadien sur le territoire camerounais, à travers l’oléoduc construit entre les deux pays, a généré un revenu total de 18,6 milliards de FCFA au Trésor public camerounais entre janvier et juin 2022.

Selon Investir au Cameroun, le montant que génère le droit de transit du pétrole tchadien par le Cameroun est en hausse.  Il s’agit d’une augmentation d’un peu plus de 9% comparée à l’année dernière. Cela résulte du retrait du terminal de Kome à Kribi, dans la région Sud du Cameroun, d’une cargaison totale de 22,76 millions de barils de pétrole brut produits dans les gisements pétroliers du Tchad.
Si le rythme de production du Tchad au premier semestre de l’année se maintient, le Cameroun pourrait bien, d’ici la fin de l’exercice 2022, gagner plus que les 31,46 milliards de francs CFA obtenus au cours de l’année 2021. Selon le CPSP, c’est l’enveloppe dégagée l’an dernier grâce au transit de 42,92 millions de barils de brut tchadien sur le territoire camerounais.
Pour rappel, en 2013, après avoir constaté que cette redevance sur le passage du pétrole tchadien sur le territoire camerounais ne lui avait rapporté que 85,5 milliards de francs CFA durant les huit premières années d’exploitation de l’oléoduc Tchad-Cameroun, soit une moyenne de 10,7 milliards par année, le Cameroun s’est engagé à le renégocier.
Après une bataille acharnée avec Cotco, la société qui gère l’oléoduc, le Cameroun a pu obtenir la revalorisation puis l’actualisation de cette redevance tous les cinq ans. Cela a permis au pays d’augmenter considérablement les revenus de cette infrastructure de transport du pétrole brut des champs pétroliers du Tchad au cours des dernières années.