Cameroun : voici les huit députés RDPC décédés depuis la tenue des dernières élections

Le tout dernier décès est celui d’Isaac Ngahane, élu de la circonscription électorale Wouri Est, mort  ce dimanche 1er août 2021 à Douala.  

L’assemblée nationale de nouveau en deuil. L’Honorable Isaac Ngahane est mort hier des suites de maladie à l’âge de 67 ans,

Au sein de l’Assemblée nationale, l’honorable Ngahane Isaac était le président du Bureau de la commission de l’éducation, de la formation professionnelle et de la jeunesse.  Sa mort porte à huit  le nombre de députés RDPC décédés depuis le double scrutin électoral municipal et législatif du 09 février 2020.

Journal du Cameroun vous propose ci-dessous la liste des parlementaires RDPC décédés depuis le début de la dixième législature il y a seulement un an.

  • Harouna Bougue, député Rdpc du Mayo-Louti dans la région du Nord , décédé le  22 juillet 2020
  • Bernadette Saraou, député du Mayo Kani Nord décédée le 9 août 2020
  • Djibrilla Kaou Bakary, député dans Mayo Tsanaga dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun, mort le 12 février 2021
  • Prince Ange Gilbert Mikody est décédé le 24 mars 2021
  • Emilia Monjowa Lifaka, élu de la Boumba et Ngoko, région de l’Est, morte le 20 avril 2021
  • Ngo Yetna Marinette députée de la Sanaga Maritime, décédé le 24 mai 2021
  • Agbwa Ntiba Eric (Haut Nyong/Est), décédé le 24 mai 2021
  • Isaac Ngahane, Wouri Est, mort le1er août 2021

A noter qu’à l’issue des élections législatives de février 2020, le parti au pouvoir avait raflé  152 députés sur les 180 à pouvoir. A la suite des huit décès enregistrés, le parti active le mécanisme de substitution prévu par ses textes et par les règlements de l’Assemblée nationale.

Cameroun : le PCRN prend la défense de la députée Nourane Fotsing

Quelques heures après la violente altercation d’hier à Bafoussam,  entre l’élue du peuple et un élément de la force de maintien de l’ordre, la porte-parole du président du PCRN estime que l’agent  de police aurait dû faire preuve de retenue.

Lorsqu’Anne Féconde Noah Biloa reconnait en quelques mots que les élus ne sont pas des privilégiés au-dessus des lois, elle consacre l’essentiel de son communiqué publié le 20 juillet 2021 à la condamnation de l’attitude du policier.

Le PCRN soutient que le statut d’élue de la nation de Nourane Fotsing lui confère constitutionnellement une respectabilité et une préséance que la police doit œuvrer à préserver au nom de l’Etat. Ce parti  d’opposition pense que l’agent  des forces de l’ordre aurait dû,  même s’il exécutait des ordres, faire preuve de retenue.  « Il aurait dû s’y atteler avec tact et professionnalisme, pas avec une telle violence », défend la communicatrice du leader du PRCN, Cabral Libii.

Anne Féconde Noah Biloa estime que le pire aurait pu se produire car le policier en colère était détenteur d’une arme. Elle y voit un certain sexisme dans l’attitude de l’homme en tenue, en supposant que ce dernier n’aurait pas été autant brutal s’il avait eu un homme en face de lui.

En rappel, la scène s’est produite hier à l’entrée de la ville de Bafoussam, région de l’Ouest. La jeune députée se rendait à Foumban, dans le Noun, et voulait emprunter l’axe principal, retenu pour la prière de la Tabaski. La femme politique n’a pas souhaité se plier aux exigences de la police qui lui suggérait une autre voie. D’où la violente altercation avec bousculade qui s’en est suivie.

Cameroun : Elecam fait le point des inscriptions sur les listes électorales

C’était au cours de la deuxième session ordinaire du conseil électoral d’Elecam qui s’est tenu ce 7 juillet 2021 au palais des sports de Yaoundé.

6 millions 927 859 inscrits sur les listes électorales. C’est le bilan dressé par le président du conseil électoral d’Elecam devant ses pairs ce mercredi 7 juillet, au cours de sa 2e session annuelle. Selon Enow Abraham Egbe, ce bilan a été obtenu grâce aux 71 048 nouvelles inscriptions enregistrées depuis le début de l’année.

Les perspectives en début d’année laissaient pourtant croire à des chiffres au plus bas. Seuls 24 000 personnes avaient en effet jugés nécessaires de s’inscrire sur les listes électorales au 1er trimestre de l’année, contre plus de 50 000 au deuxième trimestre, soit le double. A un mois de la clôture des inscriptions sur les listes électorales prévue à la date du 31 aout prochain, l’expectative d’un rebond au niveau des inscriptions est envisagée.

 La 2e session du conseil électoral a également été l’occasion pour son président de rappeler l’état d’avancement des projets de cette organisation. Il a ainsi été révélé que l’institution avait fait son grand retour sur les réseaux sociaux, après le piratage dont il avait été l’objet l’année dernière. Sur Facebook, Twitter, Instagram, et même Tik Tok – réseaux social réservé aux plus jeunes -, Elecam est de nouveau en contact direct avec son public.

Dans  le  cadre  de  la  coopération entre  ELECAM  et USICES (United   States   International   Center   for   Electoral   Support), des membres de l’organe en chargé des élections dans notre pays ont été conviés  à  prendre  part,  à l’ouverture officielle de    la    «International    School    of    Election Administration» aux Etats-Unis. Un fruit de la Mission d’Observation Electorale qui avait été déployée dans   le   cadre des élections présidentielles américaines tenues en novembre  2020.

Cameroun : Atanga Nji engage les gouverneurs et préfets contre le désordre urbain

Le 14 juin dernier à Yaoundé, le ministre de l’Administration territoriale (Minat) a exprimé son courroux contre l’occupation anarchique de la voie publique, la présence des bacs à ordures ménagères sur les axes routiers de la ville, l’inorganisation de certaines associations des motos-taxis.

Ces instructions ont été données en marge de la conférence des gouverneurs qui s’est tenue le 14 juin 2021 à Yaoundé.  Paul Atanga Nji a demandé que soit examinée la question du désordre urbain, commun à la quasi-totalité des villes du pays.

S’adressant aux gouverneurs de régions, le Minat dit : « vous devez instruire aux Préfets de veiller à ce que les bacs à ordures ménagères ne soient plus visibles dans les centres urbains et sur les axes dans nos villes. C’est une mauvaise image pour nous tous et pour ceux qui visitent notre pays. Il faut y mettre un terme. Les Préfets et les Sous-préfets doivent être sur le terrain régulièrement pour assurer la propreté de nos villes. Les Maires de villes et les Maires de communes doivent inscrire la propreté de la cité dans leurs agendas quotidien, hebdomadaire et mensuel ».

A propos de l’occupation anarchique de la voie publique, le patron de l’Administration territoriale regrette que le phénomène tende à se généraliser, maigre les efforts déployés par les municipalités.

Concernant l’activité des motos-taxis, il félicite les associations des motos-taxis de Douala, Garoua, Maroua et Bamenda qui ont procédé à l’identification de tous les conducteurs et propriétaires de motos taxis dans leurs villes. Mais il observe que dans certaines cités et villages, bon nombre de conducteurs de moto-taxis sont des vecteurs de l’insécurité et de la violence.

A quelques mois de la tenue de la CAN 2021, le ministre de l’Administration territoriale juge impératif de changer le visage de nos centres urbains.