Manifestation de la BAS : l’Ambassadeur de Belgique convoqué au Minrex pour s’expliquer

Suite au mouvement d’humeur constaté ce lundi 14 juin 2021 au siège de la mission diplomatique camerounaise à Bruxelles, des personnes réclamant la libération  du jeune Clément Bonda, récemment interpellé et écroué à la prison de Mbanga après avoir tenu des propos injurieux à l’égard du Président Paul Biya et de ses ministres, le patron des Relations extérieures,  Lejeune Mbella Mbella a fait appel  au diplomate Belge, SE. Eric Jacquemin.

 

Eric Jacquemin vient d’être convoqué au ministère camerounais des Relations extérieures,  quelques heures après le mouvement d’humeur tenu ce lundi devant l’Ambassade du Cameroun à Bruxelles.  La fameuse Brigade Anti-Sardinards (Bas) a refait surface en s’introduisant  dans les services de l’ambassade du Cameroun située à l’Avenue Brugmann à Bruxelles.

Selon plusieurs sources, l’équipe de combattants, accompagnée par des figures emblématiques de cette résistance tels, Olivier Tchanang et Gaétan et bien d’autres, ne sont pas allés par quatre chemins, pour exiger aux Camerounais présents dans l’ambassade, d’évacuer les lieux, afin qu’ils confrontent les responsables des lieux « aux tortures que subissent toute la jeunesse opprimée et séquestrée de notre pays, qui n’a plus le  droit  de s’indigner, de crier sa colère face à la misère croissante qui la détruit considérablement », a-t-on entendu dire.

Drapeau du Cameroun en main,  ils demandent de libérer les trois Camerounais arrêtés à Njombé Penja à la suite d’une vidéo dans laquelle il proférait des injures au chef de l’État, dénonçant le scandale du Covidgate. Les manifestants exigent que l’Ambassadeur intervienne au Cameroun pour la relaxe des trois jeunes. Les forces de sécurité sont intervenues pour sécuriser les lieux.

Au pays, plusieurs voix se sont fait entendre pour exiger la libération de ces jeunes. A l’instar de celle de l’honorable Benilde Djeumeni, député SDF de la circonscription du Moungo Sud, qui estime que la détention de Clément Bonda, André Boris Wameni et Flavy Kamou est  arbitraire.

Jugé ce lundi 14 juin au Tribunal de première instance de Mbanga, la première comparution des trois jeunes hommes a été renvoyée en délibérée au 17 juin 2021.

Casses à l’ambassade du Cameroun en Belgique : l’ambassadeur Evina condamné par la justice à payer près de 660 000 FCFA

Le diplomate avait porté plainte contre des activistes de la Brigade anti-sardinards qui avait pris d’assaut cette représentation diplomatique en janvier 2019. Les poursuites ont été jugées irrecevables.

Daniel Evina Abe’e a été débouté par la justice. L’ambassadeur du Cameroun s’était constitué partie civile dans l’affaire du saccage de la représentation diplomatique du Cameroun au Royaume de Belgique. Il entendait ainsi poursuivre une quinzaine d’activistes de la Brigade anti-sardinards, accusés d’avoir mené le casse de l’ambassade le 26 janvier 2019.

Après plusieurs renvois pour cause de coronavirus la décision de la justice belge est tombée ce 21 janvier. Et c’est une décision qui condamne plutôt l’ambassadeur. En effet, après avoir « rectifier en précisant que l’instruction a été ouverte par la constitution de la partie civile de M. l’ambassadeur du Cameroun et non par l’ambassade du Cameroun », la justice juge irrecevables, les poursuites contre certains accusés. Elle condamne par conséquent le diplomate à payer 1440 Euro (près de 660 000 FCFA) « au titre d’indemnités de procédure ».

Il devra également s’acquitter de 20 Euro (près de 7000 FCFA) « à titre de contribution au fonds relatif à l’aide juridique ».

Pour mémoire, le 26 janvier 2019, des manifestations hostiles au régime de Yaoundé sont organisées devant des ambassades du Cameroun à l’étranger. Certaines de ces ambassades sont alors saccagées.

Dans sa plainte, l’ambassadeur Evina avait rapporté ces faits : « A Bruxelles, dans la nuit du samedi 26 janvier 2019, une dizaine d’individus cagoulés ont essayé de pénétrer par effraction dans l’ambassade de la République du Cameroun ».  L’instruction judiciaire avait été ouverte le 7 mars 2019.

Musique : Grâce Decca en concert en Belgique

Ce samedi 14 juillet 2018 à partir de 20 heures, la musicienne offre un spectacle à la salle des banquets Turquaz, à Liège.

C’est en l’honneur de la soirée de la « fièvre du samedi », que Grâce Decca se produit sur scène devant la diaspora camerounaise en Belgique. En effet, la « fièvre du samedi » est un concept culturel qui vise à rassembler la diaspora, mais également à faire découvrir les potentiels artistiques camerounais déployés à l’étranger.

Par ailleurs, cette soirée permet également de donner une image positive et dynamique aux artistes camerounais.

Belgique: une famille camerounaise sauvée de l’expulsion grâce à une mobilisation d’écoliers

Mireille et sa fille Aëlle, 11 ans, ont été informées qu’elle devaient quitter le territoire belge, après neuf ans de procédures de demande d’asile. Les camarades d’Aëlle ont lancé une pétition qui a obtenu plus de 4 000 signatures. Cela a changé la donne.

Une famille camerounaise, menacée d’expulsion, est autorisée, depuis le 15  mars, à résider sur le territoire belge pour une durée d’un an. Mireille et sa fille Aëlle obtiendront un permis de séjour permanent si la jeune maman trouve du travail, un domicile et continue de scolariser la petite.

La petite famille vit depuis 2009 au centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Pondrôme (Beauraing). Elles y sont arrivées après que Mireille a quitté le Cameroun pour tenter de fuir à un mariage forcé. Aëlle fréquente l’école du village, elle doit présenter le Certificat d’études de base (Ceb). Elle est, par ailleurs, membre du conseil communal des enfants.

Aëlle avait appris la nouvelle de son expulsion en classe. Elle avait été informée de la situation par sa maman qui l’avait également annoncé à ses camarades. La nouvelle a ému toute l’école. Responsables et élèves ont  lancé une pétition qui a obtenu plus de 4000 signatures. Ils ont été soutenus par le bourgmestre (détenteur du pouvoir exécutif au niveau communal). Leur action aura fortement influencé la décision des autorités, soulignent les médias belges.

 

 

Education : la Belgique s’engage contre l’obtention frauduleuse de visas « étudiants »

L’ambassade de ce pays au Cameroun estime que les camerounais qui prennent des visas étudiants pour la Belgique ne se déplacent pas toujours pour cette raison.

L’ambassade de Belgique révèle que 11 700 Camerounais résident en Belgique. Seulement, selon des statistiques en sa possession, bon nombre parmi ces expatriés ont eu accès à ce pays grâce à l’obtention frauduleuse de visas avec le profil d’étudiant. L’ampleur de cette situation serait telle que la Belgique veut désormais mettre un verrou sur l’accès à son territoire.

Dès le mois d’avril prochain, en effet, l’octroi des visas étudiants pour la Belgique se fera par étude à l’Institut français du Cameroun (IFC). Cette nouvelle politique de délivrance de visas aux étudiants camerounais désireux de poursuivre leurs études supérieures dans ce pays de l’Union européenne, fait partie d’une série de mesures strictes de régularisation pour lutter contre la fraude, notamment l’usage des faux documents utilisés à l’appui des dossiers, les détournements de procédures pour ceux qui se font passer pour des étudiants et qui en fin de compte se retrouvent avec un statut de travailleurs.

Pour l’ambassadeur de Belgique au Cameroun Stéphane Doppagne, rencontré par nos confrères de Cameroon Tribune, l’objectif n’est nullement de couper les liens. « Nous encourageons les migrations pour des raisons valables comme pour ceux qui partent réellement suivre des études. Mais lorsqu’il y a des abus et des fraudes, il faut à partir de maintenant décourager ceux qui ont des mauvaises intentions», a-t-il expliqué.

Avec le nouveau système, les camerounais désireux de continuer leur parcours académique en Belgique auront droit à un accompagnement plus personnalisé des étudiants. Il faudra alors prendre rendez-vous pour un entretien à l’IFC, avant d’introduire sa demande de visa à l’ambassade de Belgique à Yaoundé. Les entretiens porteront sur des études de compatibilité pour les filières choisies, les dispositions financières, et même les enquêtes de moralité.

 

Belgique: trois Camerounais poursuivis pour un acte de «rebellion»

Les concernés et trois autres personnes comparaissent ce jour pour s’être opposés, le matin du 17 août 2016, à une scène violente de rapatriement forcé.

Six personnes dont trois camerounais comparaissent ce mercredi, 31 mai, devant le Tribunal correctionnel de Bruxelles. Ils sont jugés pour « entrave méchante à la circulation aérienne » après s’être opposé le 17 août 2016 à une expulsion violente d’un immigrant clandestin.

La scène s’est déroulée à bord du vol SN371 qui devait transporter des passagers à destination du Cameroun. Un immigrant camerounais escorté de deux policiers en civil est entré dans l’avion et a pris place à l’arrière de l’appareil. «Lorsque tout le monde était à bord, le Camerounais a commencé à crier et une révolte s’est produite à bord. Trois Français, deux Allemands et un Camerounais ont été contraints de quitter l’avion avec le clandestin. Un procès-verbal a été dressé à leur encontre pour rébellion et diffamation», avait expliqué porte-parole de la police fédérale, De Waele.  Selon lui, cette expulsion a été empêchée  par l’intervention des six passagers  qui auraient alors «créer une rébellion à bord».

La Ligue des droits de l’Homme de Belgique décrit un scénario différent. « Alors que les passagers prennent place à bord du vol SN371, ils sont témoins d’une scène choquante. Un homme, ligoté aux mains et aux chevilles, est maintenu plié en deux sur son siège par deux policiers. L’homme se débat, crie et semble étouffer. Face aux cris de détresse de cet homme, la majorité des passagers ne peut s’empêcher de réagir. Ils refusent de s’asseoir, en exprimant verbalement et pacifiquement leur indignation face à la violence de l’expulsion en cours.

Devant les protestations des passagers, le commandant de bord ordonne aux policiers d’abandonner l’expulsion. L’escorte policière ainsi que le détenu descendent de l’avion. Peu de temps après, plusieurs agents de police remontent à bord et désignent, arbitrairement, six personnes comme étant les «meneurs» des protestations. Ces six personnes sont arrêtées et emmenées au commissariat. Lorsqu’elles sont finalement libérées, après 24h de détention, elles doivent payer de leur poche un nouveau billet vers le Cameroun. »

Le migrant a été rapatrié quelques jours plus tard.

Une manifestation de soutien est organisée ce jour devant le Palais de justice de Bruxelles. Elle est une initiative de la Ligue des droits de l’Homme qui appelle à manifester en soutien aux «six héros» inculpés.

 

 

 

L’ambassade du Cameroun à Bruxelles tente d’empêcher la célébration de la semaine des martyrs

Alors que la neuvième semaine des martyrs du Cameroun se prépare activement à Bruxelles, nous venons d’apprendre par le canal de la police belge que l’ambassade du Cameroun,  a demandé d’annuler toutes les activités relatives à cette semaine

Après avoir essayé sans succès de corrompre certains membres du comité d’organisation de ladite semaine des martyrs pour qu’ils annulent les cérémonies.

Après avoir tenté vainement de faire interdire toutes les  activités par la police belge comme cela se passe dans le Cameroun de Paul Biya, des espions de l’ambassade sont en train d’écumer les réseaux sociaux afin d’infiltrer les réunions préparatoires de cet évènement annuel qui rend hommage aux camerounais assassinés en février 2008 au Cameroun.

Pour nous, patriotes camerounais, la couardise de l’ambassade du Cameroun à Bruxelles est simplement un signe avant-coureur. Il est annonciateur de la fuite du régime Biya qui refuse que l’on parle à l’étranger de ses multiples dérives.

Nous tenons à attirer l’attention des camerounais, des amis du Cameroun que la semaine des martyrs du Cameroun que nous organisons chaque année à Bruxelles et ce depuis la fin des émeutes de février 2008 n’a jamais été une semaine de violence.

Nos activités ont toujours été pacifiques et les autorités policières belges sont les mieux indiquées pour confirmer ou infirmer nos assertions.

Par ailleurs, nous informons le public Camerounais et belge que nous avons  pris l’engagement de nous tenir aux côtés du peuple camerounais pour obtenir réparation auprès des Camerounais victimes des affres du pouvoir de Yaoundé.

L’histoire retiendra  que l’ambassade du Cameroun à Bruxelles voudrait agir comme cela se passe au Cameroun en souhaitant que la police belge puisse interdire nos activités sur le territoire du royaume

Nous avons opté pour la démocratie pour aller de l’avant. Ne donnons pas la place à ceux qui veulent faire de la manipulation pour nuire à une activité qui n’est qu’une commémoration.

Nous dénonçons avec véhémence cette agitation diplomatique du régime de Yaoundé, expression à la fois de la peur, de la stratégie de contenance et de diversion visant à détourner l’attention du peuple camerounais de l’essentiel…

Nous maintenons à cet effet la mise en œuvre, contre vents et marées, de toutes les actions prévues dans notre feuille de route de cette année 2017.

Nous invitons tout Camerounais, tout amis du Cameroun, respectueux des valeurs républicaines, à participer activement aux activités relatives à la 9ième commémoration des martyrs du Cameroun pour défendre la République, menacée dans son existence et son fonctionnement par un pouvoir qui est prêt à assassiner en toute impunité le peuple camerounais pour se maintenir au pouvoir.

Plus que jamais, nous sommes convaincus que notre aspiration à la recherche de la vérité sur le massacre des Camerounais est gage de paix, de stabilité et de développement du Cameroun.

Nous voulons la paix. Nous la voulons dans l’amour. Cette paix que nous recherchons doit être fondée sur la vérité, la liberté, la justice, la fin de l’impunité…. Car autant la paix est nécessaire autant la cause des victimes doit être défendue.

Nous restons solidaires de notre peuple dont le sort nous préoccupe. Forts de notre mission d’éclairer les consciences, confiants en nos aspirations, nous continuerons d’apporter notre contribution au processus de pacification et à la coexistence de notre peuple dans la vérité, la justice et l’amour.

Fait à Bruxelles le 20 février 2017

 Les signataires

 – Thierry Amougou, fondateur et animateur du Crespol, membre fondateur de la Fondation Moumié

– Marcel Tchangue, porte-parole du Mouvement de février 2008

– Maître Bouopda, président de l’asbl CEBAPH- Antenne du Cameroun

– Roufaou Oumarou, président de l’APJE (Association pour la promotion de la justice et de l’éducation)

– Gisèle Emegue, présidente de Action Solidaire Internationale

– Kadji Elie, président du Code (Collectif des organisations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora)

– Eric Nguemaleu, président de Solidarité Universelle Asbl

– Fabrice Njayou, président de Asma

 

Une mission économique camerounaise attendue en Belgique le 04 avril

La deuxième édition de ladite mission se déroulera du 04 au 09 avril 2017 dans les villes de Bruxelles et Courtrai. Les secteurs visés sont l’agro-alimentaire, les constructions et les énergies renouvelables

La seconde mission économique camerounaise qui se tiendra en Belgique du 04 au 09 avril 2017, dans les villes de Bruxelles et Courtrai, vise les domaines des collectivités territoriales décentralisées, de la santé, des produits financiers et investisseurs, du transport, véhicules et équipements de manutention, de l’import-export, des énergies renouvelables, de la construction, de l’agro-alimentaire et de l’artisanat.

En Belgique, cette mission devrait permettre aux promoteurs d’entreprises de nouer des contacts d’affaires, préparer les PME camerounaises à l’innovation et aux normes européennes de la production afin de les rendre plus compétitives et enfin renforcer l’Accord de partenariat économique (APE) entre le Cameroun et l’Union Européenne.

A ce titre, elle concerne les entreprises camerounaises qui veulent, entre autres, «grandir ou innover ; se développer à l’international ; commercialiser leurs produits ; rechercher des financements et de nouveaux produits ; créer des partenariats inter-Etats, entre les mairies camerounaises et celles  du Royaume de Belgique».

Pour participer à la mission économique camerounaise de Belgique, les entreprises doivent se faire enregistrer le 04 mars au plus tard. Coût de la participation : 500 000 Francs CFA.

Dans une autre mesure, la mission organisée par le Comité de développement du Cameroun (CDC) –  en collaboration avec les ambassades de l’Union européenne et de Belgique – devrait permettre de coopter des investisseurs, des partenaires techniques et financiers pour l’organisation du Forum Cameroun Emergent 2017.  Lequel se tiendra du 19 au 24 novembre  à Yaoundé et Douala sur le Thème: «Promotion des PME agricoles et l’ouverture à l’internationale comme levier pour l’émergence du Cameroun».

Le programme de la délégation camerounaise prévoit des rencontres avec les autorités et opérateurs camerounais belges et européens. Ladite délégation rencontrera également la diaspora camerounaise. Il est, par ailleurs, prévu des rencontres B2B, des visites d’entreprises, des dîners d’affaires, des conférences sur les opportunités d’investissement au Cameroun.

 

 

 

 

 

Palais de l’Unité: les ambassadeurs d’Israël et de Belgique chez Paul Biya

Les diplomates Ran Gidor et Stéphane Doppagne sont venus présenter leurs lettres de créances au chef de l’Etat camerounais

Le président de la République, Paul Biya, a reçu, le mercredi 09 novembre 2016, les lettres de créance des nouveaux ambassadeurs d’Israël et du Royaume de Belgique nouvellement accrédités au Cameroun.

Ran Gidor, le nouvel ambassadeur d’Israël au Cameroun s’est le premier livré au rituel de cette cérémonie protocolaire au Palais de l’Unité. Il remplace à ce poste son compatriote Nadav Cohen. Avant sa nomination au Cameroun, le nouveau plénipotentiaire israélien était ministre conseiller, directeur des Nations Unies (Affaires politiques au Ministère des Affaires Etrangères de son pays.

Les relations bilatérales entre le Cameroun et Israël remontent à 1960. Les domaines de coopération entre le Cameroun et Israël sont : les échanges culturels, le transfert de savoirs et des expériences dans l’agriculture, la technologie, la médicine et l’intégration sociale des couches défavorisées. Ceux-ci sont actualisés à travers des activités menées à court ou à long terme, notamment des projets d’adduction d’eau potable et de développement des énergies renouvelables.

Stéphane Doppagne, est le nouvel ambassadeur du Royaume de Belgique au Cameroun. Il était jusqu’à sa nomination au Cameroun, Consul général de Belgique à Lubumbashi(RDC). Il a eu pour prédécesseur à Yaoundé Jan De Bruyne du Royaume de Belgique.

Le Cameroun et le Royaume de Belgique entretiennent des liens de coopération depuis l’indépendance de notre pays en 1960.

La Belgique dispose de deux représentations au Cameroun, une ambassade à Yaoundé et un consulat à Douala. Le Cameroun est représenté à Bruxelles par Evina Abe’e Daniel depuis juin 2008.

Le Chef de l’Etat était assisté au cours de la cérémonie par le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella ; le ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh ; le ministre directeur du Cabinet civil, Martin Belinga Eboutou, le chef d’Etat-Major particulier du Président de la République, Général de Brigade aérienne, Emmanuel Amougou, et le Commandant de la Garde Présidentielle, le Lieutenant-Colonel Raymond Jean Charles Beko’o Abondo.

Les ambassadeurs d’Israël et de Belgique reçus par Paul Biya mercredi, 09 novembre 2016.
Droits réservés)/n

RDC: le porte-parole du gouvernement dénonce une « ingérence » belge

Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, a décidé de limiter, à six mois, la durée des visas accordés aux responsables congolais, évoquant une « période d’incertitude » après le 19 décembre

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a dénoncé une « ingérence belge », en réaction à la décision du chef de la diplomatie, Didier Reynders, de limiter, à six mois, la durée des visa accordés aux responsables de la République démocratique du Congo (RDC), porteurs de passeports diplomatiques.

« Aucun pays autre que nous n’a le droit de sanctionner des personnalités congolaises, ni des institutions dans ce pays. La décision de la Belgique entrave le principe du droit international, c’est du moyenâgeux en ce siècle », a déclaré Mende, jeudi 06 octobre 2016.

Il a, en outre, affirmé que le peuple congolais est assez mâture pour régler ses propres problèmes, ajoutant, à ce propos : « Nous nous inscrivons en faux contre cette ingérence occidentale, nous ne tolérerons pas qu’un pays étranger s’invite dans les affaires internes de la RDC, notamment la Belgique ».

Appelant ses concitoyens à éviter toute substitution aux institutions congolaises, il a indiqué : « C’est inaudible, la Belgique n’accepterait pas que nous sanctionnons ici à Kinshasa des responsables belges et des diplomates pour des problèmes qui se passent chez eux en Belgique, alors pourquoi sanctionner des Congolais ? »

Faisant part de sa décision à la presse de son pays, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a argué du fait que le climat politique actuel en RDC est « inquiétant », et qu’une « période d’incertitude planera après la date du 19 décembre ».

Le climat politique est très tendu en République démocratique du Congo depuis quelques mois, en raison du report de la Présidentielle, initialement prévue en novembre 2016. La Commission électorale a récemment indiqué qu’il n’y aura pas d’élection présidentielle avant 2018.

L’opposition soupçonne Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de man uvrer en vue d’opérer un glissement du calendrier électoral et de se maintenir au pouvoir au-delà de 2016.


Droits réservés)/n

Cameroun: six passagers d’un avion empêchent l’expulsion d’un migrant de la Belgique

Mercredi, le rapatriement forcé d’un sans-papiers à destination du Cameroun a été empêché par des passagers qui «ont causé une rébellion à bord», indique l’Office des Etrangers

Le rapatriement forcé prévu mercredi matin (17 août 2016, Ndlr) d’un migrant sans papiers à destination du Cameroun a été empêché par l’action de six passagers d’un avion qui se sont opposés avec véhémence, ont indiqué l’Office des Etrangers et la police fédérale. « Six personnes ont causé une rébellion à bord », a affirmé le directeur-général de l’Office des Etrangers (OE), Freddy Roosemont, à l’agence Belga.

Selon lui, les deux agents de la police qui accompagnaient le Camerounais refoulé ont dû « sortir ces personnes, des passagers ordinaires, de l’avion pour faire revenir le calme ».

La police fédérale a confirmé les faits, en fournissant des détails et en précisant que le vol était parti avec un retard.

Selon son porte-parole, Peter De Waele, l’homme qui séjournait irrégulièrement en Belgique a pris place à l’arrière de l’avion, accompagné par deux agents en civil.

« Lorsque tout le monde était à bord, le Camerounais a commencé à crier et une révolte s’est produite à bord. Trois Français, deux Allemands et un Camerounais ont été contraints de quitter l’avion avec le clandestin. Un procès-verbal a été dressé à leur encontre pour rébellion et diffamation », a expliqué M. De Waele.

Ce genre d’incidents est devenu rare au départ de l’aéroport de Bruxelles-National depuis que l’OE se porte partie civile contre leurs auteurs.

Selon M. Roosemont, une nouvelle tentative d’expulsion aura lieu cette semaine « dès qu’il y aura un nouveau vol vers Douala (la capitale économique du Cameroun, ndlr) et qu’une escorte (de policiers) sera disponible ».


Droits réservés)/n

Des maires camerounais à l’école belge de la gestion des milieux naturels

Une dizaine de maires étaient en visite, mardi, à l’Aquascope de Virelles et dans les forêts chimaciennes afin de s’imprégner de l’expérience de ces communes dans le développement rural

Les pratiques de gestion des milieux naturels, mises en uvre dans la Botte du Hainaut en Belgique, pourraient prochainement être copiées dans des villages du Cameroun.

Hier, une dizaine de maires et adjoints au maire étaient en visite à l’Aquascope de Virelles et dans les forêts chimaciennes. L’objectif du voyage était de repartir au Cameroun avec des idées pour favoriser le développement rural.

A Chimay, la visite était chapeautée par le Groupe d’action local de la Botte du Hainaut. « Chez eux, chaque commune travaille de son côté. Nous leur avons présenté notre système de transcommunalité dans certains domaines, comme la gestion de la nature et le tourisme, et le sujet les intéresse, souligne Delphine Guerisse, la coordinatrice du GAL. Ils veulent aussi en savoir davantage sur la gestion des étangs et des forêts. »

La Botte du Hainaut compte des centaines d’étangs. Celui de Virelles fait l’objet d’une gestion réfléchie depuis son acquisition en 1985. « A l’époque, l’étang était considéré comme biologiquement mort. L’eau était trouble et il n’y avait aucune plante aquatique, leur a expliqué le directeur de Virelles-Nature Cédric Calberg. Nous avons commencé par réaliser une vidange pour diminuer la population de poissons. Au fil du temps, nous avons répété l’opération tout en veillant à assurer un équilibre entre les espèces. Pour nous, la vidange est essentielle pour assurer une bonne gestion. »

Du poisson pour nourrir la population
Régulièrement, des particuliers ou des gestionnaires d’étangs plus importants font appel à l’expertise de l’équipe de Virelles. Cette manière de procéder a capté l’intérêt des élus africains qui veulent développer les étangs au Cameroun. « Nous avons besoin de créer des étangs pour y mettre du poisson et nourrir la population, témoigne l’un d’eux. Nous ne pratiquons pas la pêche industrielle et nous nous servons dans les rivières, mais il n’y a pas assez de poissons. Les autorités nous encouragent à nous tourner vers la pisciculture. »

Les maires camerounais ont également découvert qu’un milieu naturel comme l’étang de Virelles pouvait attirer les touristes, des concepts encore inexistant dans leurs contrées.


Droits réservés)/n

La liste de tous les «Africains» de l’Euro 2016

Au sein des 24 meilleures équipes du Vieux Continent, figure un «contingent» de 40 joueurs originaires de l’Afrique pour la compétition lancée vendredi en France

La Coupe d’Europe de football (Euro) 2016 a démarré vendredi soir, 10 juin 2016, en France avec le match France-Roumanie (2-1).

Pour les fans de football ce rendez-vous majeur qui s’achèvera le 10 juillet 2016, est l’occasion d’encourager les 24 meilleures équipes du Vieux Continent parmi lesquels figurent un «contingent» de 40 joueurs originaires de l’Afrique, qui joueront sous les couleurs de leur pays d’adoption, selon le site spécialisé «Football365» consulté par Anadolu.

Pour cette quinzième édition, on recense neuf joueurs originaires de la RD Congo, cinq Cap-Verdiens, quatre Nigérians, trois Sénégalais, trois Maliens, trois Camerounais, deux Ivoiriens, deux Egyptiens, deux Marocains, un Guinéen, un Ghanéen, un Bissau-guinéen, un Ethiopien, un Tunisien, un Kenyan et un Angolais.

Dix joueurs d’origine africaine jouent pour les couleurs de la France, tandis qu’ils sont huit en Belgique, six au Portugal, cinq en Suisse, quatre en Allemagne, deux en Italie, deux en Angleterre, un au Pays de Galles, un en République Tchèque et un en Autriche.

Voici la liste complète des joueurs d’origine africaine, sélection par sélection:

Groupe A
. France: Steve Mandanda (G, Marseille, RD Congo), Patrice Evra (D, Juventus Turin, Sénégal), Eliaquim Mangala (D, Manchester City, RD Congo), Adil Rami (D, FC Séville, Maroc), Bacary Sagna (D, Manchester City, Sénégal), Samuel Umtiti (D, Lyon, Cameroun), Ngolo Kanté (M, Leicester City, Mali), Blaise Matuidi (M, PSG, Angola), Paul Pogba (M, Juventus Turin, Guinée), Moussa Sissoko (M, Newcastle, Mali).
. Roumanie: néant.
. Albanie: néant.
. Suisse: Johan Djourou (D, Hambourg, Côte d’Ivoire), François Moubandje (D, Toulouse, Cameroun), Gelson Fernandes (M, Rennes, Cap-Vert), Denis Zakaria (M, Young Boys Berne, RD Congo), Breel Embolo (A, FC Bâle, Cameroun).

Groupe B
. Angleterre: Ryan Bertrand (D-M, Southampton, Egypte), Dele Alli (M, Tottenham, Nigeria).
. Russie: néant.
. Pays de Galles: Hal Robson-Kanu (A, Reading, Nigeria).
. Slovaquie: néant.

Groupe C
. Allemagne: Jerome Boateng (D, Bayern Munich, Ghana), Jonathan Tah (D, Bayer Leverkusen, Côte d’Ivoire), Sami Khedira (M, Juventus Turin, Tunisie), Leroy Sané (A, Schalke 04, Sénégal).
. Ukraine: néant.
. Pologne: néant.
. Irlande du Nord: néant.

Groupe D
. Espagne: néant.
. République tchèque: Theodor Gebre Selassie (D, Werder Brême, Ethiopie).
. Turquie: néant.
. Croatie: néant.

Groupe E
. Belgique: Christian Kabasele (D, Genk, RD Congo), Jordan Lukaku (D, Ostende, RD Congo), Moussa Dembele (M, Tottenham, Mali), Marouane Fellaini (M, Manchester United, Maroc), Michy Batshuayi (A, Marseille, RD Congo), Christian Benteke (A, Liverpool, RD Congo), Romelu Lukaku (A, Everton, RD Congo), Divock Origi (A, Liverpool, Kenya).
. Italie: Angelo Ogbonna (D, West Ham, Nigeria), Stephan El Shaarawy (A, AS Rome, Egypte).
. Irlande: néant.
. Suède: néant.

Groupe F
. Portugal: Eliseu (D, Benfica Lisbonne, Cap-Vert), William Carvalho (M, Sporting Portugal, Angola), Joao Mario (M, Sporting Portugal, Cap-Vert), Renato Sanches (M, Bayern Munich, Cap-Vert), Eder (A, Lille, Guinée Bissau), Nani (A, Fenerbahçe, Cap-Vert).
. Islande: néant.
. Autriche: David Alaba (D, Bayern Munich, Nigeria).
. Hongrie: néant.


Droits réservés)/n

Une mission économique camerounaise attendue en Belgique le 28 juin

Cette mission de prospection vise entre autres secteurs, l’agroalimentaire, l’énergie renouvelable, l’import-export, le transport, la santé et les finances

Des entrepreneurs camerounais seront en mission de prospection en Belgique du 28 juin au 03 juillet 2016. Les secteurs concernés sont: l’agroalimentaire, la construction, l’énergie renouvelable, l’import-export, le transport, les véhicules et équipement de manutention agricole, la santé, les finances

Cette mission est une initiative du Comité de développement du Cameroun en partenariat avec le ministère des Petites et Moyennes entreprises, l’ambassade du Cameroun en Belgique, l’API, l’APME, BC-PME et la SNI.

Cette initiative permettra aux entreprises camerounaises de «se développer à l’international; commercialiser leurs produits; trouver de nouveaux partenaires; rechercher des financements; découvrir de nouveaux produits; créer des partenariats inter-entreprises», est-il indiqué sur le site du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam).


Droits réservés )/n

Aubedatu Ibrahim élue Miss Cameroun Belgique 2016

La Jeune fille âgée de 22 ans et étudiante en Optométrie a porté la couronne de beauté lors de la finale du concours tenue le 09 avril 2016 à Bruxelles

La Miss Cameroun Belgique est enfin connue. Aubedatu Ibrahim Adija âgée de 22 ans a été élue le 09 avril 2016 au cours de la finale qui s’est déroulée à la salle Proximus sise à Bruxelles. Jessica Belle et Djomo Marie Ange ont également été désignées comme première et deuxième dauphines.

Aubedatu Ibrahim Adija, étudiante en optometrie, porte désormais la couronne en remplacement d’Audrey Franco, élue Miss Cameroun Belgique 2015.

Ce concours de beauté, organisé par le styliste Russel Ndengoue, a pour objectif de valoriser l’image de marque du pays à travers l’un de ses atouts charme, la femme camerounaise. Il est ouvert aux femmes résident en Belgique, qui possède la nationalité camerounaise ou dont un des parents en est originaire.

a
Groupe GPS France )/n

Arrestation de Salah Abdeslam: retour sur quatre mois de traque

Après plus de quatre mois de traque, Salah Abdeslam a été arrêté vendredi 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek lors d’une importante opération de police

Il était l’homme le plus recherché d’Europe. Salah Abdeslam est soupçonné d’avoir été le logisticien des attentats de Paris et Saint-Denis. C’est lui qui avait réservé les chambres d’hôtel utilisées avant les attentats. C’est aussi lui qui avait loué en Belgique la Polo qui a été utilisée pour l’attaque du Bataclan et une Clio avec laquelle il est suspecté d’avoir convoyé les trois kamikazes du Stade de France.

Le vendredi 13 novembre, à 22h30, Salah Abdeslam se trouve dans un cybercafé de la rue Doudeauville, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Avait-il l’intention de s’y faire exploser? Le communiqué de l’organisation Etat islamique diffusé le lendemain revendique une attaque dans cet arrondissement, mais il n’en a rien été.

Entre les mailles du filet

Salah Abdeslam appelle ensuite deux amis, Mohamed Amri et Hamza Attou. Tous deux habitent à Molenbeek où ils sont des habitués du café que Salah Abdeslam tient avec ses frères. Il les convainc de venir le chercher à Paris. Rendez-vous est pris à Châtillon, au sud de la capitale. Dans la commune voisine de Montrouge, une ceinture d’explosifs sera retrouvée plus tard dans une poubelle.

Les trois hommes regagnent la Belgique en voiture le 14 novembre au matin. Ils sont contrôlés à trois reprises sur le trajet. Mais le nom de Salah Abdeslam n’avait pas encore été relié aux attaques de la veille. Ils parviennent dans la capitale belge, dans le quartier de Schaerbeek précisément. A ce moment-là, Salah Abdeslam évite Moleenbek, sachant que les enquêteurs concentreraient leurs recherches.

En décembre, lors d’une perquisition dans un appartement de Schaerbeek, les enquêteurs découvrent des empreintes digitales qui correspondent à celui qui est alors l’homme le plus recherché d’Europe. Des traces d’explosifs et des ceintures cousues à la main sont également retrouvées. Mais le fugitif, lui, n’y est plus.

Les enquêteurs retrouvent également des traces de Salah Abdeslam dans un logement de Charleroi, au sud de Bruxelles, près de la frontière française. Mais ils pensent qu’elles datent d’avant le 13 novembre.

La fin de la chasse à l’homme.
Droits réservés)/n

Une perquisition déterminante à Forest

En tout, ce sont une centaine de perquisitions qui ont été menées. Mais rien. La piste «refroidit». Elle se réchauffe brutalement le mardi 15 mars. L’ADN et des empreintes digitales appartenant à Salah Abdeslam sont retrouvés sur un verre dans un appartement perquisitionné à Forest, une autre banlieue de Bruxelles. Lors de cette perquisition, les policiers sont pris pour cible par des tirs d’armes automatiques. Deux hommes réussissent à prendre la fuite. Salah Abdeslam était-il l’un d’eux? C’est en tout cas ce que les derniers événements semblent indiquer.

Un troisième est abattu. Son nom: Mohamed Bekaïd. Selon le parquet fédéral belge, cet Algérien de 35 ans aurait apporté un soutien logistique aux attentats de novembre. Il serait celui qui, sous un faux nom, aurait envoyé de l’argent à la cousine d’Abdelhamid Abaaoud. Il serait proche de Salah Abdeslam qui serait allé le chercher personnellement à la frontière austro-hongroise au début du mois de septembre.

Cette perquisition du 15 mars mène les enquêteurs vers l’appartement de Molenbeek où celui qui est considéré comme étant le dixième homme des commandos du 13 novembre a donc été arrêté ce vendredi. Blessé à la jambe, mais vivant. Hospitalisé dans la nuit, il est sorti ce samedi matin de l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles. Il devrait être rapidement entendu par la police et un juge d’instruction.

L’heure demeure à la vigilence.
AURORE BELOT / BELGA / AFP)/n

Des entrepreneurs belges en mission de prospection au Cameroun

Cette mission vise à nouer des partenariats d’affaires avec des opérateurs locaux. Ce qui permettra de renforcer les relations commerciales entre les deux pays

Une délégation constituée d’une cinquantaine d’hommes d’affaires belges arrive au Cameroun. Du 29 février au 04 mars 2016, ils vont rencontrer des autorités camerounaises et des opérateurs économiques implantés dans les villes de Douala et de Yaoundé.

Durant cette mission de prospection, les entrepreneurs belges entendent renforcer les relations économiques entre la Belgique et le Cameroun. Notamment dans les domaines de l’agro-alimentaire, de la pêche, des transports, de la santé, du développement urbain, etc.

Au Cameroun près de 7,2% des importations proviennent de la Belgique. Selon des statistiques de la Chambre de commerce, entre 2009 et 2012 les échanges entre les deux pays s’élevaient à environ 185 milliards de FCFA.


Droits réservés)/n

Amical: le Cameroun laminé par le Nigéria

Les Lions indomptables ont été battus par les Super Eagles dimanche en Belgique, 0-3, en match amical international

Le Cameroun a été battu par le Nigeria, dimanche en match amical international disputé en Belgique. A l’issue d’une rencontre dominée de bout en bout, les Super Eagles ont enregistré leur neuvième victoire sur les Lions indomptables en 20 confrontations.

Après une entrée en fanfare, les Nigérians ont les ouvert la marque par Ambrose sur un coup franc tiré par Obi Mikel (38e). Ce but récompense les efforts du groupe nigérian, maitre du jeu depuis le coup d’envoi.

Partis à la pause avec cet avantage d’un but, les Supers Eagles vont une nouvelle fois trouver le chemin des buts, profitant de l’expulsion de Stéphane Mbia pour un deuxième carton jaune (46e). Simon Moses se débarrasse de Bassong, et croise un tir du pied gauche. Une frappe imparable pour Fabrice Ondoa (60e).

En infériorité numérique, le Cameroun va d’avantage subir avant de prendre le troisième but à trois minutes du coup de sifflet final, crucifié par Odion Ighalo. L’attaquant de Watford, club de Premier League anglaise, ne laisse aucune chance Guy-Roland N’Dy Assembe qui avait remplacé Fabrice Ondoua dans les buts camerounais (71e).

Défaite logique pour l’équipe du Cameroun (0-3) qui a montré les signes de fébrilités dans tous les compartiments du jeu. Les hommes de Volker Finke n’ont jamais su inquiéter les Super Eagles très à l’aise avec une nette domination et une possession du ballon largement à leur avantage 65%.


Droits réservés)/n

Lions indomptables: match test contre le KV Ostenden ce jeudi

La sélection nationale du Cameroun sera opposée au KV Ostenden, une équipe du championnat belge, au Albertpark Stadion Ostenden en Belgique

Dans le cadre de leur stage en Belgique, les Lions indomptables ont un match test ce jeudi. La rencontre va opposer la sélection nationale du Cameroun et le KV Ostenden, une équipe du championnat belge.

Le match va se jouer à partir de 16H (15H au Cameroun) au Albertpark Stadion Ostenden, le stade du club belge. C’est dans ce club qu’évolue l’international camerounais Sébastien Siani, le milieu de terrain nouvellement appelé au sein des Lions indomptables par le sélectionneur Volker Finke. KV Ostenden est actuellement leader du championnat belge avec 23 points après dix journées.

Le match permettra à la sélection nationale du Cameroun de peaufiner sa préparation en vue du match de dimanche contre le Nigéria. Il sera aussi question pour les Lions Indomptables d’évaluer leur état de forme actuel face à une équipe solide qui a déjà ses automatismes en place. Au cours de la séance d’entrainement de ce mercredi matin, les poulains de Volker Finke sont montés en puissance, la preuve que le sélectionneur et ses joueurs avaient déjà la tête dans cette rencontre.

Voici le onze entrant du Cameroun
(1)Ndy Assembe (GK)
(5)Bassong (arrière central)
(14)Chedjou (arrière central)
(12)Faï Collins (latéral droit)
(15)Eboa Eboa (latéral gauche)
(17)Mbia (Cap. milieu)
(13)Siani (milieu)
(20)Dani Ndi (milieu)
(7)Njiè Clinton (milieu)
(9)Zoua (attaquant)
(10)Aboubakar Vincent (attaquant)
Réservistes: Kweuke(2) Moukandjo(8) Loe(4) Nkoulou(3) Onana(23).

Les Lions en entraînement en Belgique.
Team Press Officer)/n

Le match Cameroun-Nigéria se jouera sans Enoh, Matip et Choupo

Les trois joueurs sont absents au regroupement de Waterloo en Belgique pour cause de blessure

Le Cameroun affronte le Nigéria en match amical le 11 octobre prochain. Cette rencontre se disputera sans Enoh Eyong, Joël Matip et Eric-Maxim Choupo-Moting. Selon une note du Team Press Officer des Lions, Vincent De Paul Atangana, «les trois joueurs seront absents pour cause de blessure».

«Les bulletins de santé envoyés par leurs clubs respectifs attestent que les trois internationaux sont indisponibles pour le moment» a écrit Vincent de Paul.

Pour l’instant, seuls 19 joueurs prennent part au stage. Ils poursuivent les entrainements au Complexe sportif de Joli Bois à Waterloo (Belgique). La séance d’hier, mercredi, a consisté en un travail spécifique devant les buts. Les joueurs se sont appliqués à des exercices tels que le tir à l’entrée de la surface de réparation, les attaques placées, les attaques sur le côté, ainsi que la reprise devant le but.

Dans l’après-midi, le groupe a continué la préparation en salle de gym avec un travail physique.

Le groupe sera complété vendredi avec l’arrivée d’Oyongo Bitolo. Le défenseur latéral-gauche des Lions était resté en club pour le match du championnat qui a opposé cette nuit son club l’Impact de Montréal au New York Red Bull (2-1). Le Lion indomptable n’a pas terminé le match, expulsé à la 15e minute de jeu pour carton rouge.

Matip et Choupo.
Droits réservés)/n

Amical Cameroun-Nigéria: les Lions sont à pieds d’ uvre en Belgique

Sur les 25 joueurs convoqués pour cette confrontation, seuls 19 sont déjà présents pour le stage de préparation

Le Cameroun va mettre à profit la période Fifa prévue du 5 au 13 octobre pour se roder avec à la clé des rencontres amicales contre d’autres sélections nationales. Le premier duel sera face au Nigéria le 11 octobre prochain. Pour préparer cette rencontre, Volker Finke et ses poulains se sont retrouvés hier, mardi 6 octobre, au Complexe sportif de Joli Bois, à Waterloo, une commune au sud de Bruxelles (Belgique).

Le stage a débuté avec 17 joueurs sur les 25 convoqués par le sélectionneur des Lions indomptables. Réveil musculaire et exercices collectifs était donc au programme de cette première séance d’entrainement.

Une séance très animée au cours de laquelle l’encadrement technique a insisté sur la cohésion à travers quelques exercices pratiques. Elle s’est achevée par une opposition entre deux groupes, de petits matchs de cinq minutes très animés sous le regard de nombreux curieux.

A la fin cette séance, on a pu apercevoir Vincent Aboubakar. Le joueur de FC Porto, club de première division au Portugal est arrivé dans la tanière au moment où ses coéquipiers s’entrainaient. Selon le Team Press officier des Lions, Fabrice Ondoa a également rejoint ses partenaires tard dans la soirée.

Joël Matip, Eric Maxim Choupo-Moting, Allan Nyom et Ambroise Oyongo Bitolo étaient annoncés pour ce mercredi au plus tard au moment où nous mettions cet article en ligne.

Le programme de ce mercredi prévoyait une séance d’entrainement à 9h30 au Complexe sportif de Joli Bois. Dans l’après-midi, il est prévu un travail physique spécifique dans la salle de sport de l’hôtel.

Liste des joueurs retenus par le Cameroun pour le match amical contre le Nigeria
Gardiens de but:
Joseph Fabrice Ondoua (Fc Barcelone)
Ndy Assembe( Fc Nancy)
Andre Onana (Ajax d’Amsterdam).

Défenseurs
Allan Nyom (Fc Watford)
Aurélien Chedjou (Galatasaray Istanbul)
Nicolas Nkoulou (Olympique de Marseille)
Sébastien Bassong (Norwich City)
Joel Matip (Schalke 04)
Collins Fai (Dinamo Bucarest)
Kombi Mandjang (Union de Douala)
Ambroise Oyongo Bitolo (Impact de Montréal).

Milieux et attaquants
Stéphane Mbia (Trabzonspor)
Eyong Enoh (Standard Liège)
Félix Eboa Eboa (Fc Paris Saint-Germain)
Raoul Cedric Loe (Al-Sailiya Sc Quatar)
Dani Ndi (Sporting Gijon)
Sébastien Siani (Kv Ostende)
Benjamin Moukandjo (Fc Lorient)
Léonard Kweuke (Caykur Rizesport)
Clinton Njie (Tottenham)
Jacques Zoua (Gfc Ajccio)
Vincent Aboubacar (Fc Porto)
Eric-Maxim Choupo Moting (Schalke 04)
Edgar Salli (Fc St. Gallen)
Oumarou Aboubakar (Partizan Belgrade).


Droits réservés )/n

Standard: Eyong Enoh prolonge pour deux saisons

Le club a officialisé samedi via son site officiel la prolongation de contrat d’Eyong Enoh (29 ans). Le milieu camerounais est désormais lié au club liégeois jusqu’en juin 2017

Le Standard a officialisé samedi via son site officiel la prolongation de contrat d’Eyong Enoh (29 ans). Le milieu camerounais est désormais lié au club liégeois jusqu’en juin 2017.

«Tout le monde en Belgique connait les qualités d’Eyong, qui n’est pas international camerounais par hasard. Il est devenu progressivement un cadre de l’équipe», a expliqué Axel Lawarée.

«C’est un joueur très important pour le groupe, aussi bien sur le terrain que dans le vestiaire, grâce notamment à son expérience et son excellente mentalité. Le souhait des deux parties était de prolonger l’aventure et c’est donc une réelle satisfaction que cela se concrétise avec ce nouveau contrat. Eyong a vraiment envie d’aider l’équipe à progresser et je peux vous garantir que son implication sera totale.»

International à 47 reprises, Enoh a disputé les Mondiaux 2010 et 2014. Après ses débuts au Mount Cameroun de Buéa, Enoh a complété son apprentissage à Chypre, au Magusa TG (2004-2005), et en Turquie, à Ocagli Limasol (2005-2006).

En 2006, il a rejoint l’Ajax Cape Town. Après deux saisons dans le club satellite, il passe à l’Ajax Amsterdam (2008-2013). En janvier 2013, il est prêté jusqu’à la fin de la saison à Fulham et il vit la même expérience en janvier de 2014 avec Antalyaspor. Suite à la relégation du club turc, il se cherche un nouvel employeur. Fin août 2014, il débarque au Standard où il a signé un contrat de deux ans, qui vient d’être prolongé.

Eyong Enoh en action.
Droits réservés)/n

Salon du chocolat en Belgique: le Cameroun y sera!

Le pays s’apprête à participer à la deuxième édition de l’évènement qui se tiendra en février 2016 à Bruxelles, a annoncé le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC)

Le Cameroun prendra part en février 2016 à Bruxelles, en Belgique, à la deuxième édition du Salon du chocolat, informe le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC).

Le Cameroun qui transforme actuellement un peu plus de 17 pour cent de la production nationale de cacao ambitionne d’atteindre au moins 30 pour cent, après avoir cumulé sur une production de 230 000 tonnes la saison dernière.

Cette participation permettra aux opérateurs de la filière de s’informer davantage sur les mécanismes et les techniques de la transformation du cacao.

Avec une capacité de transformation d’environ 35 000 tonnes en 2014, le Cameroun qui est cinquième producteur mondial du cacao se situe loin derrière la Côte d’Ivoire, devenue le premier producteur et premier transformateur en 2014, avec une capacité de broyage de 670 000 tonnes.

Le Ghana, 2ème producteur mondial, affiche une capacité de broyage de 286 000 tonnes, contre 173 000 tonnes pour le Nigéria.

Par ailleurs, une grande partie du cacao transformé sur le territoire camerounais est sous la forme de poudre, bien qu’à l’instar des autres pays producteurs du cacao en Afrique, il fait partie des figurants sur le marché mondial du chocolat.


Droits réservés)/n

Cameroun-Belgique, le scandale de la médecine!

Par Benjamin Ndjama

Voici comment nos hôpitaux perpétuent une médecine archaïque en boudant une technique novatrice, la chirurgie mini invasive

La très respectable organisation Medcambel, association de droit belge réunissant des médecins Camerounais de Belgique a organisé samedi dernier à la faculté de médecine de l’ULB un symposium sur la chirurgie mini invasive en Afrique. On pouvait repérer dans la salle plusieurs figures estimées de l’expertise médicale. Elles constituaient une toile très hétéroclite de profils originaires d’horizons médicaux les plus divers: la cardiologie, la gynécologie, l’orthopédie, l’urologie.On a pu écouter non sans intérêt Un Echevin de la culture connu par ailleurs comme un chirurgien brillantissime, des éminents professeurs, le docteur Nana dont l’exposé sur les perspectives camerounaises de la chirurgie laparoscopique fut fort édifiant, le docteur Tatete un communicateur captivant. Autant de compétences dont la diaspora camerounaise est disposée à mettre au service du pays à travers ses multiples structures humanitaires et ses sociétés savantes.

L’évènement a fait courir un public non négligeable venu savoir ce qu’il était possible d’entreprendre pour mettre au profit des masses africaines l’un des plus récent progrès en matière de chirurgie : La chirurgie mini invasive. Car il faut bien le relever le chemin à parcourir pour y arriver rester long: Voici une pratique qu’on dit en plein essor ici en occident, mais pour laquelle l’establishment hospitalier du Cameroun n’a porté jusqu’à présent qu’un faible intérêt. La pratique reste très embryonnaire au Cameroun. Et les multiples efforts venus de l’extérieur pour l’implanter dans un nombre important d’hôpitaux n’ont rencontré qu’une attention timide. Pourquoi? Voilà le type même d’interrogations qui torturent l’esprit rationnel préoccupé de comprendre pourquoi l’Afrique n’avance pas. Ou pour parler comme Stephen Smith pourquoi l’Afrique se suicide? Et pourtant les qualificatifs ne manquent dans les milieux scientifiques les plus exigeants pour donner une coloration à cette nouvelle dynamique de modernité médicale qu’est la chirurgie mini invasive. Dans tel article scientifique on évoque avec enthousiasme et hyperbole pyrotechnique «un concept novateur» dans tel autre «la médecine d’aujourd’hui et du futur».

Ce qu’on dit à travers la planète dans les symposiums internationaux de médecine, dans les revues prestigieuses, dans les travaux des sociétés savantes parvient-il dans nos hôpitaux de Douala et de Yaoundé? On dit de nos chers médecins qu’ils sont restés inébranlables dans leur incroyable sérénité. Ils se débrouillent bien avec la chirurgie classique. Parfois ça marche, parfois les gens en meurent. Pourquoi changer de techniques tant que le système de sanctions ne fait pas payer cher au praticien inconséquent.
Venons-en au sujet pour lequel nous étions conviez à la faculté de médecine de l’ULB: la chirurgie mini invasive.

Qu’est-ce qu’une chirurgie mini invasive et pourquoi cette pratique s’impose aujourd’hui comme un tournant décisif de la médecine?
Pour schématiser très simplement on peut définir la chirurgie mini invasive par opposition à la chirurgie traditionnelle qu’on appelle encore «la chirurgie à ciel ouvert». C’est cette dernière approche en passe d’être démodée dans des univers où triomphe l’éthique du professionnalisme qui reste largement pratiquée au Cameroun et dont les tenants regardent avec méfiance les promoteurs de la chirurgie mini invasive plutôt révolutionnaire et futuriste. La chirurgie traditionnelle impose de faire des incisions larges pour accéder aux tissus.

La chirurgie mini-invasive permet au chirurgien d’atteindre sa cible par des incisions de l’ordre du centimètre grâce à l’utilisation d’instruments longs et fins, couplés à un système d’imagerie vidéo.
Le chirurgien peut manipuler les instruments directement ou être assisté d’un robot. À l’aide d’une console et d’un système stéréoscopique tridimensionnel, le chirurgien opère en ayant les mêmes rapports visuels qu’en chirurgie ouverte. La chirurgie mini invasive permet au chirurgien grâce à un filtrage électronique d’éliminer les tremblements naturels de la main et de parvenir à une plus grande dextérité.

Le premier domaine d’applications de la chirurgie mini invasive a été la chirurgie gynécologique. L’innovation technologique a permis des interventions pour l’ablation du kyste ovarien, le traitement d’une grossesse extra-utérine, la ré-perméabilisation des trompes.
La chirurgie mini invasive a prospéré en outre dans des domaines comme la cancérologie; la chirurgie des tissus cancéreux reste néanmoins un terrain très délicat. La chirurgie endoscopique ne doit si aventurer que dans des cas très précis. La technique doit être utilisée par une équipe chevronnée.

La chirurgie mini invasive intervient en force en urologie lorsqu’il faut réagir aux problèmes crées par l’augmentation du volume de la prostate qui engendre des troubles urinaires.
La cardiologie n’a pas été en reste. Il existe de nouvelles options de traitement des maladies cardiaques qui font appel à des techniques peu invasives. La valvuloplastie mini-invasive est l’une des interventions cardiaques peu invasives les plus efficaces à la disposition des chirurgiens.

Les avantages de cette nouvelle approche de la chirurgie sont innombrables:
Nous connaissons les limites de la chirurgie traditionnelle et les problèmes récurrents que soulève sa pratique: Parce qu’elle impose de faire de larges incisions, elle s’accompagne souvent de conséquences suivantes : Un saignement abondant, des douleurs post opératoires, des cicatrices trop visibles.Avec la chirurgie mini invasive, nous réalisons un bond qualitatif. Les larges ouvertures de la chirurgie traditionnelle ne sont plus nécessaires. On évolue vers de très petites incisions. La chirurgie mini invasive limite considérablement les complications post opératoires. Elle diminue la douleur, diminue les cicatrices, limite les risques infectieux, entraîne une durée d’hospitalisation plus courte, donc une convalescence plus rapide.

Il est même possible d’opérer sans hospitaliser. La réduction de la durée des interventions et, par conséquent, des anesthésies, peuvent conduire, dans certains cas, à réaliser des interventions mini-invasives en ambulatoire: le patient arrive le matin à l’hôpital et rentre le soir même chez lui. Cette chirurgie ambulatoire est appelée à se développer.

C’est dans la chirurgie de la colonne vertébrale que la technique dite mini invasive a montré avec la plus grande pertinence son bien-fondé. Il arrive qu’une opération chirurgicale soit sollicitée pour en finir avec les douleurs du dos.

La moelle épinière fait partie du système nerveux central. La densité de nerfs importants dans la zone autour de la colonne vertébrale rend cette zone particulièrement si vulnérable aux possibles complications, qu’une opération ouverte dans cette zone comporte des risques. Dans de nombreux cas, une opération ouverte de la colonne vertébrale ne réussit pas à réduire les douleurs chroniques du dos. Une des raisons de cet échec de l’opération chirurgicale du dos est la formation de tissus cicatrisants dans la zone de la colonne vertébrale à la suite de l’opération.

Le principal avantage de la chirurgie mini-invasive de la colonne vertébrale est qu’elle évite les traumatismes et l’endommagement des tissus (inévitable pour une opération ouverte de la colonne vertébrale): on évite ainsi des grandes cicatrices souvent particulièrement irritantes. Une opération endoscopique de la colonne vertébrale réussie nécessite des diagnostics précis et la localisation de la cause originelle. Pour cela, un diagnostic hautement sophistiqué et un entraînement en neurochirurgie sont nécessaires.

Les médecins Camerounais membres de Medcambel ont essayé de promouvoir au Cameroun la chirurgie mini invasive par le truchement de l’hôpital public. Le combat ne fut pas aisé. Ils ont rencontré l’inertie institutionnelle, une tare connue des pays en développement, ils ont fait l’expérience d’archaïsmes culturels protéiformes que raffole La littérature afro-pessimiste. Les efforts renouvelés pour faire bénéficier aux plus grands nombres les innovations les plus récentes de la chirurgie se sont révélés être de véritables gageures. L’itinéraire à suivre est apparue très vite comme un véritable chemin de Damas pour reprendre une imagerie biblique. Doivent-ils baisser les bras? Surtout pas.

L’organisation des médecins continue dans la même lancée et espère y parvenir par la force de ténacité.

Certaines personnes imaginent certainement que nos hôpitaux doivent avoir de bonnes raisons pour bouder cette pratique. Nous avons fait le tour des arguments avancés par l’hôpital public. Ces arguments ont été débattus pendant le symposium organisé à l’ULB. Nous n’en trouvons pas un seul qui soit vraiment recevable.

Les responsables du monde hospitalier camerounais, vous diront certainement que cette pratique coûte chère. L’argument du coup financier est une escroquerie facile. Même des petits pays comme le Mali sont très avancés dans le développement de la chirurgie mini invasive. A qui fera-t-on croire que ce fait le Mali, le Cameroun ne peut pas l’entreprendre.

Même si la chirurgie mini invasive paraît un peu coûteuse dans son développement, on peut penser comme cela a été très bien expliquer lors du symposium, qu’à long terme elle coûtera moins cher à l’hôpital public et aux populations que la chirurgie traditionnelle.
Faut-il conclure que la chirurgie mini invasive est dépourvue d’aspects équivoques et n’appelle aucune réserve. Surtout pas. C’est peut-être l’une des critiques qu’on peut adresser aux différents intervenants du symposium. Aucun n’a parlé des limites de cette pratique. Or pour promouvoir efficacement une cause scientifique qui doit rester différent d’un produit commercial, il faut pouvoir tout en ventant ses mérites reconnaître qu’elle ne constitue pas une panacée. C’est en cela que la science se distingue du commerce.

Parlant des limites de cette innovation technologique on relèvera que quelques soit ses bienfaits attestés le propos de Sir John Charnley garde toute sa pertinence. Il relevait avec justesse que: « Lors d Ì une opération, il n Ì est pas question d Ì obtenir immédiatement un résultat spectaculaire, mais une amélioration continue du résultat initial au cours de toute la vie…?»

Au demeurant quelque soit les points de controverses qu’on peut soulever, les mérites de cette pratiques sont infiniment plus nombreux. C’est pour cette raison qu’il accompagner et soutenir Medcambel.

On continuera néanmoins à se demander comment un pays qui a tout intérêt à profiter d’une innovation technologique peut rester si peu enthousiaste devant les propositions de partenariats venues des communautés savantes de sa propre diaspora.

A voir de très près nos médecins du pays sont si peu intéressés par cette avancée de la technologie médicale parce que son appropriation exige apprentissage et recyclage, tout ce que redoute le bourgeois hédoniste, nihiliste et paresseux.

Il est à craindre que la chirurgie traditionnelle ou classique, celle qui reste largement pratiquée sur le triangle national, deviennent demain la chirurgie des pauvres. Car ceux parmi nous qui possèdent l’information et l’argent n’accepteront pas qu’on pratique sur leur corps une chirurgie à haut risque, génératrice de multiples complications. Ils iront se faire opérer dans des pays comme le Nigéria, le Sénégal, la côte d’ivoire, l’Afrique du Sud qui eux par contre sont déjà très avancés dans l’utilisation des approches les plus novatrices.


Droits réservés)/n

Cameroun-Union européenne: les deux parties réaffirment leur engagement à l’APE

C’était au terme de la première réunion du comité y relatif, tenue à Bruxelles en Belgique lundi 11 et mardi 12 mai 2015

Le Cameroun et l’Union européenne (UE) viennent de réaffirmer leur engagement à l’Accord de partenariat économique (APE), présenté comme «l’instrument privilégié de la coopération économique et commerciale» entre les deux parties.

Ce nouvel engagement est intervenu au terme de la première réunion du comité y dédié, tenue à Bruxelles (Belgique) lundi et mardi.
Pour le Cameroun et l’UE, un dialogue permanent s’avère nécessaire dans le domaine commercial, de l’aide pour le commerce et le développement, notamment le financement du partenariat.

Les échanges de Bruxelles ont ainsi porté sur le calendrier de libéralisation des produits européens, l’impact fiscal de la libéralisation pour le Cameroun, les besoins d’appui concernant notamment la coopération au développement en vue d’assurer la mise en uvre efficace de l’APE, mais aussi les règles d’origine au sujet desquelles la partie camerounaise a soumis un projet de protocole.

Un groupe de contact a été mis sur pied dans le même temps, avec pour objectif de faciliter les échanges sur les questions agricoles, pastorales et halieutiques.

Un APE intérimaire est entré en application le 4 août 2014 entre le Cameroun et l’UE, après la notification de sa ratification par le président Paul Biya le 25 juillet de la même année. Il vise l’accès en franchise de droits de douane et sans contingent sur le marché européen des exportations du pays, qui, dans l’autre sens ouvrira progressivement, à hauteur de 80%, son marché aux produits européens sur une période transitoire étalée jusqu’en 2023.

Ledit APE intérimaire comporte des dispositions relatives aux instruments de défense commerciale, au règlement des différends et à la coopération au développement.

Cet accord intérimaire est également ouvert aux autres pays de la région que sont le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, Sao Tome y Principe et le Tchad.

Le Cameroun est présenté comme le premier partenaire commercial de l’UE avec 35% d’importations dont les principales sont les biens industriels, les véhicules, les produits chimiques et les médicaments.

Ce pays, en retour, exporte pour 46% vers cet espace avec en bonne place les hydrocarbures, l’aluminium, le bois et les produits agricoles.

Union Européenne
Droits réservés)/n

Eliminatoires CAN 2017: le Cameroun affronte la RDC en amical le 09 juin en Belgique

L’information est révélée par la Fédération camerounaise de football qui indique sur sa page facebook que des négociations sont en voie de finalisation pour ledit match

Les Lions indomptables du Cameroun affrontent leurs homologues de la RD Congo le 09 juin 2015 en Belgique.

L’information est révélée par la Fédération camerounaise de football qui indique sur sa page facebook que des «négociations sont en voie de finalisation pour un match amical RDC-CMR le 9 Juin en Belgique».

Ce sera la deuxième rencontre amicale entre la Cameroun et la RD Congo en l’espace de six mois. En décembre 2014 à Yaoundé, les deux pays s’étaient séparés sur un score de parité (1-1) en match amical préparatoire de la CAN 2015 disputée en Guinée Equatoriale.

Cette fois, Camerounais et Congolais joueront en Belgique. Cette rencontre amicale, qui sera la deuxième du mois de juin pour le Cameroun après celle du 06 face au Burkina Faso, est préparatoire aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique de nations 2017 prévue au Gabon.

Les Lions indomptables entrent en stage de préparation à Nice en France à partir du 01er juin. Après les rencontres amicales respectivement contre le Burkina Faso (06 juin) et la RD Congo (09 juin), les hommes de Volker Finke vont mettre le cap sur Yaoundé pour le premier match des éliminatoires de la CAN 2017 au Gabon, contre la Mauritanie, le 14 juin prochain.

Une équipe des Lions indomptables du Cameroun
Droits réservés)/n

Les martyrs du Cameroun honorés à Bruxelles

De nombreux Camerounais de la diaspora se sont retrouvés pour une série d’activités visant à rendre hommage à des martyrs à l’instar des personnes tombées lors des émeutes de la faim de février 2008

L’information a été relayée samedi dernier dans l’après-midi par Radio Contact dans son flash d’information de 18 heures. En introduction, le présentateur annonce que des Camerounais ont déposé une gerbe de fleurs devant les locaux de l’ambassade du Cameroun à Bruxelles. Que s’était-il passé, pourquoi une gerbe de fleur, se demandaient de nombreux curieux qui aussitôt arrivés sur les lieux avaient constaté que ladite gerbe avait été déplacé par les autorités consulaires.

C’est que, des Camerounais de la diaspora, soutenus par certains amis du Cameroun d’origines diverses, sous la coordination du Mouvement de février 2008, étaient devant l’ambassade du Cameroun dans le cadre de la célébration de la semaine des martyrs en mémoire des victimes des émeutes de la faim qui ont ensanglanté le Cameroun du 25 au 28 février 2008.

Il s’agissait selon les organisateurs venus des quatre coins de la Belgique, du Luxembourg et de la Hollande, d’informer publiquement les populations belges sur les différents cas de violations des droits humains au Cameroun et attirer leur attention sur le climat délétère qui règne actuellement au Cameroun.

La marche, non encadrée par la police, la date étant déplacée conformément au programme pour déjouer toute perturbation selon les organisateurs, démarre plus précisément à 14 h 30 min par un chant de ralliement en pidgin (un argot populaire, sorte d’anglais et de français utilisé par de nombreux locuteurs au Cameroun, ndlr)

Le même refrain est repris par tous et quelques curieux d’origine belge qui s’activaient à imiter les manifestants. Sur la grande porte de l’entrée principale des locaux de l’ambassade du Cameroun à Bruxelles, sont collées des photos de victimes des émeutes qui ont secoué le Cameroun du 25 au 28 février 2008 au Cameroun.

D’autres images illustrant les atrocités commises par les forces de l’ordre lors de ces événements sanglants sont distribuées aux passants, ce qui crée quelquefois des bouchons le long de l’Avenue Brugmann.

Selon les organisateurs de cette manifestation, des actions sont prévues pour les jours à venir et la vaste campagne d’information sur la situation du Cameroun continue. La cérémonie devant l’ambassade du Cameroun à Bruxelles s’est achevée par le chant de l’hymne national du Cameroun

L’évènement annoncé du 8 février au 8 mars 2014 à Bruxelles et Rabat au Maroc est une commémoration des personnes tuées par les différents pouvoirs successifs au Cameroun.

Le samedi 8 février 2014 dès 19 heures, une soirée de recueillement a eu lieu à la rue de Mérode n° 64 à 1060 Saint-Gilles. Un hommage spécial a été rendu à Junior Mbeng assassiné lors des émeutes de février 2008 ainsi que plusieurs autres victimes

La Messe d’action de grâce quant à elle a eu lieu le dimanche 2 mars à la Rue du Docteur De Meersman 12 à Anderlecht. (Eglise notre Dame Immaculé) de 10 à 13 heures.

C’est dans une ambiance de chansons religieuses noyées dans un récit pathétique que plusieurs participants ont commémoré les morts et les personnes victimes des émeutes de février 2008 au Cameroun. Au menu : quelques témoignages sur les circonstances qui ont précédées l’assassinat des jeunes camerounais et le sort réservé à tous ceux qui croupissent encore dans les cellules des prisons camerounaises.

Le 6 mars, une délégation constituée des organisateurs de la semaine des martyrs était au parlement européeen où elle a eu une séance de travail avec le Député Marc Tarabella du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates.

De cette rencontre, il ressort que cet élu européen portera les différentes revendications au parlement Européen. Le député Marc Tarabella aura une séance de travail avec Monsieur Louis Michel du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe et les autres Groupes, le cas du Cameroun sera introduit en procédure d’urgence et sera traité s’il est validé par les différents groupes parlementaires en avril prochain à Strasbourg lors de la dernière séance ordinaire du parlement européen.

Il est question ici de revenir sur le cas des personnes assassinées au Cameroun en février 2008 lors des émeutes de la même année. Des personnes disparues et le cas de Paul Eric Kingué.

Et la journée du 8 mars?
Le point ultime des activités, cette année à Bruxelles, a été en dehors du dépôt de la gerbe de fleurs à l’ambassade du Cameroun à Bruxelles et d’autres activités commémoratives, la grande conférence qui a eu lieu le 8 mars de 16 à 20h à l’hôtel Sleep Well

Il est précisément 16h quand l’ambiance est aux retrouvailles dans la salle Schuman. On retrouve parmi les participants, des invités venus de France, de la Hollande, du Luxembourg, sans oublier Madame Marie Arena, Sénatrice belge à qui l’honneur reviendra d’ouvrir les travaux. Tous sont venus donner de leur contribution au bon déroulement des travaux.

Les participants se sont rendus devant l’ambassade du Cameroun en Belgique pour déposer une gerbe de fleurs
Journalducameroun.com)/n

Au niveau des participants, on dénombre plusieurs personnalités de la société civile et politique à l’instar de Kadji Elie, président du Cebaph, Marie Arena, Sénatrice belge, Guy Fokou, le Secrétaire du Mrc Benelux, Hubert Ducarme, du Groupe de Soutien à Paul Eric Kingue, le cinéaste Jean Marie Teno, Jacky Essome, la maman de Junior Mbeng, assassiné lors des émeutes le 25 février 2008 à Douala, Mamadou Ouattara (Représentant du Rdr en Belgique),Clovis Mbikay ,Président Régional Europe de l’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo, l’écrivaine Edvige Laure Kameni de Toulouse, etc.

Tous ont répondu patriotiquement à l’appel du Mouvement de Février 2008. Le Dr Christopher Fomunyoh s’étant excusé.

En trois heures d’intenses échanges entre le public et les intervenants, les participants venus du Luxembourg, de la France et l’Allemagne ont participé à cette rencontre qui portait sur le thème « Honneurs à nos martyrs de la liberté  »

Dans son allocution d’ouverture de la conférence, la sénatrice belge Marie Arena insistera sur le fait qu’on ne peut pas balayer d’un revers de la main toutes les formes d’injustice commis quelque part qu’importe le pays.

Tous les intervenants ont été unanimes sur le fait qu’il est nécessaire de garder le fil de l’histoire. Ne pas balayer d’un revers de la main des cas de violations des droits humains en Afrique. Hubert de Luxembourg du groupe de soutien à Paul Eric Eric Kingué ira encore plus loin dans son témoignage tout en affirmant qu’au nom de ceux qui sont morts parce qu’ils voulaient leur bien-être et ceux des populations camerounaises, au nom de ceux qui en souffrent encore aujourd’hui et dont les plaies ne cicatriseront jamais, que le groupe de soutien à Paul Eric Kingue dont il est le porte parole, demande solennellement aux autorités en charge de l’affaire Paul Eric Kingue au Cameroun, que justice lui soit enfin rendue pour qu’il puisse continuer le combat qu’il a entrepris contre la misère qui n’en finit pas d’écraser ses concitoyens.

Le film évènement
Une très forte émotion s’est emparée de l’assistance à la fin de la diffusion du film intitulé » Une feuille dans le vent » de Jean-Marie Teno. En 55 minutes. L’émotion était tout simplement insoutenable.

Dans ce film, Ernestine Ouandié, fille de Ernest Ouandié raconte sa vie dramatique : sans père et avec une mère qui la rejette, le poids du silence et l’échec de ses recherches de la vérité sur l’assassinat de son père en 1971 par les autorités camerounaises…

L’auteur du documentaire présent dans la salle a pu donner de nombreux éclaircissements sur les conditions de réalisation de son documentaire.

L’on retiendra en substance que cette rencontre à la fois riche en enseignements et en information restera gravée dans l’histoire du Cameroun avec pour corollaire la prise de conscience de la diaspora progressiste camerounaise. Les organisateurs ont convenu de la prochaine étape de cette série d’activités à savoir la vaste campagne d’information sur l’assassinat des martyrs camerounais. Une plainte est même envisagée en Belgique…Une des victimes de ces émeutes de février 2008 se trouvant au moment des faits sur le territoire.

Une conférence a été organisée avec des personnalités. La sénatrice belge Marie Arena y a pris part.
Journalducameroun.com)/n

Le Sénégal ne veut pas extrader Hissène Habré vers la Belgique

Avec ce refus, le pays d’Abdoulaye Wade risque de perdre 50 millions de dollars d’aide américaine

La justice du Sénégal a rejeté le mercredi 11 janvier pour vice de forme, la demande d’extradition en Belgique de l’ancien chef d’Etat tchadien Hissène Habré, poursuivi pour crimes contre l’humanité et réfugié à Dakar depuis sa chute en 1990, a confirmé le ministère de la Justice. La Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar a rejeté la demande d’extradition de Hissène Habré en Belgique. Elle a estimé que la demande de la Belgique n’est pas conforme aux dispositions légales sénégalaises a affirmé un haut responsable du ministère. La Belgique n’a pas respecté la procédure, a-t-il indiqué sans plus de précision.

Un autre juge de la Cour d’appel de Dakar, a estimé qu’il y a vice de forme dans la demande formulée par la Belgique, sans non plus préciser lequel. Reed Brody, avocat membre de Human Rights Watch (HRW) et à la pointe des démarches pour faire juger Hissène Habré, a estimé que ce n’est pas un refus d’extradition en tant que tel. La justice sénégalaise a dit que les Belges n’avaient pas fourni l’original du mandat d’arrêt et d’autres documents. C’est un jugement purement technique qui laisse la porte ouverte à une nouvelle demande d’extradition belge, a affirmé M. Brody. Ce n’est pas un jugement définitif sur le bien-fondé de la demande, selon lui.

Avec cette situation, le Sénégal risque de perdre 50 millions de dollars d’aide des Etats-Unis en raison de son incapacité à juger ou extrader l’ex-chef d’Etat tchadien, Hissène Habré, a affirmé une ONG ouest-africaine. Plus de 25 milliards de francs CFA (50 millions de dollars) d’aide américaine du Sénégal risquent d’être totalement compromis par l’incapacité du Sénégal à juger ou extrader Hissène Habré conformément à ses obligations internationales, affirme cette ONG basée à Dakar, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), dans un communiqué. Selon cette ONG, le Congrès américain avait décidé en décembre d’octroyer cette aide au Sénégal, mais des congressistes sont préoccupés par le fait que M. Habré n’a toujours pas été extradé pour être jugé pour crimes contre l’humanité. Ils ont demandé à la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, de soumettre avant le 6 février un rapport au Congrès sur les dispositions prises par le gouvernement sénégalais en faveur de la traduction de Hissène Habré en justice, selon la même source. La Raddho regrette qu’une aide aussi utile pour le Sénégal soit compromise à cause du manque de volonté des autorités sénégalaises de faire avancer le dossier Habré. Elle demande à Dakar de respecter ses obligations internationales en extradant Hissène Habré en Belgique dans les meilleurs délais.

Le 8 juillet, le gouvernement sénégalais avait annoncé qu’il allait expulser M. Habré au Tchad où il a été condamné à mort par contumace avant de revenir 48 heures plus tard sur sa décision, à la demande de l’ONU. Abdoulaye Wade a affirmé que le Sénégal n’avait pas refusé de juger Habré, mais ne disposait pas de juridiction ad hoc pour le faire et avait donc renoncé à tenir un procès à Dakar. La Belgique a lancé en septembre 2005 un mandat d’arrêt international contre Hissène Habré pour violations graves du droit humanitaire international et fait une demande d’extradition. Cette procédure se base sur une plainte déposée en 2000 par un Belge d’origine tchadienne, en vertu d’une loi belge dite de compétence universelle pour les crimes de droit international qui autorise les tribunaux à se saisir d’un tel dossier dès lors qu’un ou des citoyens de nationalité belge sont concernés ou que l’auteur présumé se trouve sur le territoire belge. Hissène Habré avait été renversé par l’actuel président tchadien Idriss Deby Itno qui, après avoir été un de ses proches était entré en rébellion avant de provoquer sa chute.

Hissène Habré, poursuivi pour crimes contre l’humanité est réfugié à Dakar depuis sa chute en 1990
ferloo.com)/n

Philippe Van Ravestyn: «Nous apportons un savoir-faire, on va comparer ces différentes façons de travailler ensemble»

Cet enseignant de l’IATA en Belgique est invité du festival du film mixte de Ngaoundéré

Vous êtes arrivé ce week-end à Ngaoundéré, dans quelles conditions vous avez voyagé et est-ce que vous avez été bien accueilli?
Oui! Très bon accueil je peux le dire avec des personnes du FIFMI qui nous accueillent et qui prennent ça vraiment à c ur et on le ressent. En gros, ça s’est relativement bien passé, c’est vrai maintenant que la distance que nous avons parcourue en train est finalement assez difficile suite aux différents retards et arrêts fréquents. C’est une façon aussi pour nous de découvrir l’Afrique aussi parce que c’est la première expérience en Afrique et ça nous permet un tout petit peu de voir les conditions de vie etc. Donc c’est très intéressant ici.

Est-ce qu’on peut savoir qu’est-ce qui vous mène à Ngaoundéré au Cameroun?
C’est le fruit d’un partenariat qui dure déjà depuis un an et demi entre le festival du FIF qui se passe à Namur et qui est le festival International du Film Francophone et le FIFMI, le Festival International du Film Mixte de Ngaoundéré dont la promotrice est Arice Siapi qui, il y a deux ans est venue nous rendre visite. Par la suite nous l’avons réinvitée dans notre école pour qu’elle voit un tout petit peu les différentes options etc, parce que nous avons entre autres principalement par rapport à ces activités là, une section en audiovisuel et donc forcément, nous sommes étroitement liés par cet aspect d’option.

Qu’est-ce que vous allez apporter au FIFMI et en retour, qu’est-ce que vous attendez?
Je crois que c’est avant tout un véritable échange. Nous apportons un savoir-faire et vous allez nous en apporter un autre. Donc on va comparer ces différentes façons de travailler ensemble et puis par rapport à ça, on en fera certainement ici pour cette édition-ci, une expérience très enrichissante.

Philippe Van Ravestyn, il y a quatre camerounais qui auraient également dû effectuer un voyage d’étude en Belgique. A la dernière minute, on annonce que le voyage a été annulé. Qu’est-ce qui s’est passé exactement?
Oui là, dommage! Tout était mis en place, nous avions vraiment préparé tout ça aussi, mais en dernière minute, l’ambassade de la Belgique a refusé les visas pour deux personnes qui devaient venir. Ils devaient venir à quatre, deux dames dont Arice Siapi et Agnès Yougang et deux jeunes hommes de 25 et 27 ans. Là, la Belgique refuse les visas pour les hommes principalement de peur que ces personnes ne reviennent plus dans leur pays. Et parlant de la clandestinité puisque c’est un phénomène assez difficilement gérable chez nous également, donc voilà! Le souci malheureusement.

Philippe Van Ravestyn
Journalducameroun.com)/n

Et là qu’est-ce qu’on fait? On baisse les bras, on dit c’est fini ou alors on remet cela pour une autre fois?
On va tout faire pour remettre ça. Nous avons déjà eu, quand nous avions fait toutes les démarches administratives de notre côté, de bon contacts avec l’ambassade de Belgique et qui attend notre retour, le feed-back sur l’expérience et nous a déjà dit que pour les deux dames, Arice et Agnès, ça devrait pouvoir très bien se réorganiser. Donc voilà! On va voir, j’espère qu’on va faire un tout petit peu le tour de cette expérience une fois que ce sera fini et je crois qu’on va tout remettre en uvre pour qu’elles viennent chez nous en Belgique et qu’elles vivent un festival, le FIF à Namur.

Comment est-ce que vous entrevoyez ce partenariat entre le Cameroun et la Belgique? Est-ce qu’on peut espérer avoir un avenir qui chante?
Oui en fait, nous sommes venus avec deux intentions aussi, de développer des activités annexes à l’audiovisuel au festival qui seront là pour médiatiser l’évènement. C’est ce que nous faisons en Belgique et c’est l’ensemble de ces synergies qui vont faire que ce soit un festival qui fait son chemin. Je le souhaite vivement, nous le souhaitons.

Un dernier mot à l’attention de nos lecteurs?
Un grand bonjour de la Belgique, vous avez quelque chose de très particulier, le sens humain et un accueil très chaleureux. Donc je crois déjà que c’est la première note sur laquelle on va démarrer.

Quelques étudiants festivaliers de Namur
Journalducameroun.com)/n

Voici les nouvelles des joueurs camerounais à l’étranger

Etame Mayer en D2 espagnole, Job et Mbela en Belgique

Etame Mayer désormais à Cordoba
Depuis le mois de juin 2009, Lauren Etame Mayer était sans club. Il retrouve le sourire, car il vient de signer un contrat avec l’équipe de Cordoba FC, qui évolue en deuxième division du championnat espagnol. L’ancien Lion indomptable va notamment renforcer le milieu de terrain du club qui entend se maintenir dans ce championnat à la fin de la saison en cours. Le double vainqueur de la coupe d’Afrique des nations et champion olympique relance ainsi sa carrière en Espagne, après avoir refusé des offres des clubs évoluant en Roumanie et même en Israël.

Lauren Etame Mayer
google-images.fr)/n

Job et Mbela en Belgique
Joseph Désiré Job et son compatriote Rudophe Douala Mbela sont appelés à rejoindre la Belgique d’ici le mois d’avril. En effet, ils viennent de s’engager avec Lierse SK, équipe de deuxième division du championnat belge. Les deux joueurs devront renforcer le compartiment offensif du club, à en croire les dirigeants. L’arrivée de Job et Douala Mbela est aussi salutaire dans la mesure où le club nourrit l’ambition d’occuper un bon rang à la fin du championnat. Rang qui lui permettra d’évoluer la saison prochaine en première division. Après avoir remporté la CAN 2000 et 2002 avec le Cameroun et inscrit 6 buts en sélection, Job va ainsi se donner un nouveau challenge dès avril prochain. A 31 ans, Douala Mbela qui avait brillé au Sporting Lisbonne au Portugal après son passage à St Etienne en France est heureux de rechausser les crampons, puisqu’il n’avait pas d’engagement. Le retard de leur départ pour la Belgique est dû aux formalités, selon des sources concordantes.

Job à droite et Mbela à gauche
journalducameroun.com)/n