Cameroun : le Rdpc veut consolider ses acquis à l’Ouest

Le Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais était en tournée dans la région le 1er novembre dernier.

Le parti du flambeau ardent prépare les échéances électorales qui s’annoncent en 2025. Pour ce faire, les sous-sections, sections et autres unités se mobilisent. Le Comité central sous la conduite de son secrétaire général effectue une tournée dans les dix régions du pays. Jean Nkuete et sa suite ont marqué leur arrêt à Bafoussam, capitale régionale de l’Ouest, le mercredi 1er novembre 2023. Sur place, ils ont échangé avec des militants venus des huit départements de la région sur les enjeux électoraux.

En effet, à l’approche des élections de 2025, les partis politiques peaufinent leurs stratégies. L’enjeu est de gagner les élections. De ce fait les formations politiques se livrent à une danse de séduction pour susciter l’intérêt auprès des électeurs. « Les régions peuplées du pays dont celle de l’Ouest sont au centre de toutes les convoitises des acteurs et formations politiques », constate Jean Nkuete.

Mais, le secrétaire général a la conviction que la région de l’Ouest « est restée fondamentalement inscrite dans le sillon du Rdpc». Aussi, «dans leur écrasante majorité, les filles et fils de l’Ouest se sont engagés avec et derrière le Rdpc ». Ils ont fait ce choix malgré l’implantation ou le déploiement d’autres partis politiques dans la région. Entre autres concurrents du Rdpc, l’Union démocratique du Cameroun (UDC), avec ses cinq sièges de députés remportés en 2020, loin derrière le Rdpc (18 sièges sur 25). Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) reprend son souffle après deux ans de boycott des élections.

Face à cette concurrence, le Comité centrale du Rdpc affiche une certaine sérénité. Le parti sait qu’il a de l’avance sur l’opposition. Il « demeure la seule formation politique véritablement implantée dans les recoins de la contrée ». En outre, le secrétaire général sait aussi compter sur « le respect des engagements » qui caractérise les peuples de l’Ouest, sur « leur fidélité envers le Rdpc », ainsi que le respect de la parole donnée. Ainsi, à l’occasion de cette rencontre, les militants Rdpc de l’Ouest ont exprimé leur soutien à la candidature de Paul Biya à l’élection présidentielle de 2025.

Cameroun : an 40 du Renouveau, les enjeux et défis qui interpellent le RDPC

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais célèbre le 6 novembre « avec faste » les 40 ans de règne de son président  Paul Biya. C’est l’occasion d’évaluer le chemin parcouru et de se projeter vers l’avenir.

Les cadres, militants, sympathisants, amis du Rdpc s’apprêtent à célébrer le 40è anniversaire de l’accession de S.E Paul Biya à la magistrature suprême. A cet effet, le secrétaire général du Comité central du parti Jean Nkuete a placé les festivités sous le thème « renforçons davantage notre mobilisation derrière le Président Paul Biya pour poursuivre ensemble l’œuvre de construction nationale dans l’union des  cœurs, la paix et la stabilité sous le prisme et selon l’esprit du Renouveau National », peut-on lire dans la circulaire du 18 octobre 2022, relative à la fête du 6 novembre 2022.

Dans ce document, la deuxième personnalité du parti du flambeau ardent évoque les grands chantiers de construction nationale, conduits durant ces quatre dernières décennies. Il s’agit entre  autres « la mise en œuvre méthodique et irréversible de la démocratie et du développement durable ; le déploiement phénoménal des infrastructures communicationnelles, éducatives, médicales, énergétiques ; l’élargissement du tissus industriel (…) »

Pour Jean Nkuete, il faut célébrer ces acquis, mais il est encore important de considérer les défis actuels et futurs. Ainsi faut-il constater que « les enjeux de l’heure et les défis du futur sont déjà au seuil de nos portes. Qu’il s’agisse de la sécurité de la nation ébréchée dans certaines localités, du vivre  ensemble menacé (…), du désir commun de paix, d’unité, de solidarité, de justice sociale secoué par les démons de la division, de la trajectoire économique à affiner, de la poursuite et de l’adaptation de la croissance économique à la croissance démographique du pays (…) », mentionne Jean Nkuete.

La célébration des  40 ans du Renouveau se fait au moment où la population camerounaise est face à plusieurs problèmes. La vie chère en est au  centre avec l’augmentation des prix des produits de première nécessité, les pénuries de toutes sortes aggravées par la mauvaise foi des vendeurs, la guerre en Ukraine, le Covid-19. Les défis sécuritaires nés au cours des 40 ans demeurent une équation à résoudre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ainsi que dans l’Extrême-Nord. La Célébration de Paul Biya appelle ainsi le Rdpc à relever ces défis.

Cameroun : Jean Nkuete en tournée d’apaisement dans quatre régions

Le secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a entamé par la ville de Bertoua mardi 23 août 2022, une série de visites de travail.

 

 

Le climat qui prévaut au sein de certaines délégations régionales du Comité central du Rdpc exige un traitement de proximité. Les blessures et tensions consécutives aux dernières élections parlementaires et locales tenues au Cameroun, méritent d’être soignées et guéries avant les prochains rendez-vous électoraux. Voilà pourquoi Jean Nkuete, secrétaire général du parti du flambeau ardent a entamé un périple dans quatre régions pour  porter le message de la paix aux militants.

Premier arrêt, la région de l’Adamaoua. La venue de la deuxième personnalité du Rdpc à Ngaoundéré, capitale régionale, a poussé les militants de base, les autorités traditionnelles, cadres du parti, des membres du gouvernement  à se retrouver à l’occasion du meeting au Bois de Mardoc. Leur première attente, écouter le message de la hiérarchie du parti.

« Il est inadmissible que nous ayons perdu les élections régionales dans l’Adamaoua à cause du vote irresponsable et inacceptable contre certains de nos camarades. Le temps est revenu d’engager l’incontournable et l’indispensable chantier de resserrement des rangs d’apaisement et de réconciliation au sein du Rpdc dans l’Adamaoua », a martelé Jean Nkuete, relayé par la Crtv.

Cette prescription trouve son sens dans la mesure où les trois prochaines années seront chargées en matière électorale. Sauf changement de date, les élections sénatoriales sont prévues en 2023. Les législatives, municipales, régionales et la présidentielle auront lieu en 2025.

Le périple du Comité central qui s’est ouvert, va se poursuivre dans la ville de Bertoua à l’Est jeudi le 25 août 2022. Puis la caravane s’ébranlera en direction de Bafoussam à l’Ouest lundi le 29 août 2022. La tournée de réconciliation et de remobilisation prend fin à Ebolowa dans le Sud mercredi le 31 août 2022.

Cameroun-Hauts-Plateaux : l’administration marginalise le roi des Bamendjou

Le préfet Yampen Ousmanou a tenu une réunion de mise en place d’un cadre de concertation avec les chefs traditionnels à laquelle le chef supérieur Jean Rameau Sokoudjou n’a pas été convié.

Pas moins que Jean Nkuété, le secrétaire général du Comité central du Rdpc (le parti au pouvoir) et Luc Sindjoun, conseiller spécial du président de la République ; étaient présents le 03 aout 2020 à Baham aux coté du préfet du département des Hauts-plateaux, Yampen Ousmanou.

Objectif de se déploiement de force : rappeler aux chefs traditionnels leur place et leurs rapports avec l’autorité administrative.

 « Nous avons découvert ensemble l’objet de la réunion. Le préfet nous a édifiés sur les textes qui régissent la chefferie traditionnelle. Le préfet nous a fait savoir que désormais il va initier une rencontre régulière entre les chefs de groupements et l’autorité administrative », tente d’expliquer Raymond Takoukam chef supérieur des Bameka.

Jean Rameau Sokoudjou, l’insoumis chef des Bamendjou n’a pas été invité à cette rencontre. Quelques jours plutôt, le monarque a eu une passe d’armes avec le préfet des Hauts-plateaux. Ce dernier lui interdisait de tenir désormais des réunions dans sa chefferie sans l’autorisation de l’autorité administrative. Ce à quoi le Jean Rameau à répondu par une plainte auprès des tribunaux contre le préfet.

 Yampen Ousmanou, explique les raisons de la rencontre de lundi 03 aout : « Il s’agissait d’une rencontre de concertation entre les autorités administratives, municipales et traditionnelles des Hauts-plateaux. Nous en avons profité pour rappeler un certain nombre de dispositions réglementaire. Et nous avons également bénéficié de l’appui des hautes personnalités présentes dans la salle ».

« Les chefferies traditionnelles font partie de la République. Elles jouent le rôle de courroie de transmission entre les populations et l’administration. Elle joue un rôle de préservation du patrimoine », a rappelé Luc Sindjoun, par ailleurs haut cadre du Rdpc et originaire du département Hauts-plateaux.

Libération des membres du Mrc: le Rdpc déplore l’ingratitude de Maurice Kamto

Le secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Jean Nkuete, dans un communiqué du 17 octobre 2019, a dit le manque de reconnaissance des cadres de certains partis de l’opposition.

«En outre par des déclarations à répétition et irresponsables de leurs cadres, les mêmes partis politiques appellent leurs partisans à se préparer à «reprendre la résistance», c’est-à-dire les violences et le désordre», décrie Jean Nkuete, secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Sans citer de noms ou les formations politiques en question, il rappelle qu’il s’agit des partis politiques qui s’emploient à minimiser la portée du Grand dialogue national (tenu du 30 septembre au 04 octobre 2010), alors même que la «centaine et plus de leurs responsables et militants traduits devant les tribunaux compétents» ont été libérés grâce à l’arrêt des poursuites prononcé par le chef de l’Etat, Paul Biya, par ailleurs président national du Rdpc.

Ainsi, le parti «note la mauvaise foi des hommes politiques, auteurs de tels agissements qui dénote d’un manque de reconnaissance d’un acte fort du président de la République.» Ceci au moment où le Rdpc comme la majorité des Camerounais veulent passer à la phase «d’apaisement, de pardon et de réconciliation.»

Dans le communiqué, Jean Nkuete relève également l’hypocrisie de certains «partenaires qui tiennent des discours instables.» Il s’agit de ceux-là même qui hier, ont félicité la tenue des débats nationaux et saluaient les résolutions prises, mais qui sont peu optimistes quant à portée de ces assises. Toutefois, le parti au pouvoir appelle les camarades et tous les Camerounais à se mobiliser pour les prochaines échéances électorales et à rester vigilants pour ne pas tomber dans le piège de la manipulation basée notamment sur l’ethnie.

A lire aussi: Libération de Kamto et Cie: le Mrc entend poursuivre les manifestations contre le « Hold-up électoral »

Dès sa sortie de prison, suite à l’arrêt des poursuites prononcé par le Président Paul Biya pour des leaders et militants du Mrc et partis alliés, Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) a publié un communiqué où il invitait ses partisans à continuer la résistance contre le «hold-up électoral.» Il exprimait par ailleurs ses craintes quant à la capacité du dialogue national à résoudre la crise anglophone.

Présidentielle 2018 : Le secrétaire général du parti au pouvoir répond à la « victoire imaginaire » de Maurice Kamto

Sa sortie, ce lundi 8 octobre, fait suite à la conférence de presse donnée par Maurice Kamto, candidat de l’opposition à la présidentielle au Cameroun, qui a revendiqué sa victoire, deux semaines avant la proclamation officielle des résultats.

Jean Nkuete, le secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir au Cameroun, est monté au créneau ce lundi 8 octobre 2018. Il a convoqué la presse pour réagir à la sortie, quelques heures plus tôt, de Maurice Kamto. Le candidat du Mouvement de la renaissance du Cameroun (MRC) à la présidentielle 2018 a, en effet, revendiqué, ce lundi, la victoire à l’issue du scrutin du 7 octobre 2018.

Le secrétaire général du RDPC, par ailleurs, président de la commission nationale de supervision de la campagne du président-candidat Paul Biya, a invité les populations à ne pas céder à toute forme de provocation. Pour lui, l’attitude de Maurice Kamto est une entorse aux règles de la démocratie qu’il veut défendre en accédant à la magistrature suprême. Jean Nkuete estime que Maurice Kamto veut créer une atmosphère d’insécurité et de violence dans le pays, alors qu’il sait que seul le Conseil constitutionnel est habileté à proclamer les résultats du scrutin. Aussi, voit-il dans les propos du président du MRC, une « victoire imaginaire ».

Présidentielle 2018 : Jean Nkuete attendu à Bamenda

Le secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) a également demandé à ses camarades militants de densifier les opérations de propagande sur le terrain.

Le président Paul Biya, candidat à sa propre succession, n’a effectué aucune apparition publique depuis le début de la campagne électorale en vue de la présidentielle du 7 octobre prochain. Ce n’est pas le cas pour les cadres de son parti, qui organisent des rassemblements depuis le samedi 22 septembre dernier. L’équipe de campagne du RDPC entend d’ailleurs monter en puissance dès la semaine prochaine, avec une série de grands meetings dans différentes villes du pays.

Dans une note rendue publique ce jour, le président national de la commission nationale de supervision de la campagne du RDPC, Jean Nkuete a, en effet, dévoilé un programme de descente sur le terrain, destiné aux ténors du parti des flammes. Il s’agirait de tenir des meetings de grande envergure dans différentes villes du Cameroun, afin de marquer davantage la présence du RDPC sur le terrain.

Selon des sources médiatiques, cette exhortation à plus de vigueur résulte d’une orientation de Paul Biya, qui aurait prescrit le retour des grands meetings. Une mesure contraire à celles qu’il avait précédemment communiquées, dans la circulaire organisant le déroulement de la campagne. Dans cette note, il demandait à ses militants d’observer une campagne de proximité caractérisée par des opérations de porte à porte.

L’agenda de Paul Biya n’a toujours pas été dévoilé à ce jour. Les rumeurs évoquent des meetings en sa présence dans les villes de Kribi et de Maroua. Mais cela n’a nullement été confirmé par les instances dirigeantes du RPDC.

Le programme de descente des cadres du RDPC

 

Cameroun : Paul Biya constitue son équipe de campagne

Les hommes qui mobiliseront les électeurs pendant la campagne de Paul Biya ont été nommés hier par le secrétaire général du RDPC.

C’est dans une note signée par Jean Nkuété, le secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), que les différents hommes qui feront la campagne de Paul Biya ont été portés à leurs fonctions. Conformément à la circulaire du président national dudit parti, Jean Nkuete a, en effet, procédé ce jeudi 30 août à la nomination des différents présidents et vice-présidents des commissions régionales de coordination de la campagne du parti des flammes.

Peu de changements ont été observés dans ces nominations, qui consacrent les leaders du parti au pouvoir dans leurs régions respectives. Des fonctions stratégiques, pour lesquelles le candidat Paul Biya a assigné des missions précises. Il attend notamment de ces responsables qu’ils s’assurent de l’implémentation de la stratégie de déploiement du RDPC, avec un accent mis sur la stratégie du porte à porte. Il leur demande également de veiller à la cohésion entre le RDPC et ses alliés, ainsi que des relations avec les autorités administratives.