Issa Hayatou: « Je n’ai aucun camp dans les batailles du football camerounais »

Le président de la Confédération africaine de football s’est exprimé au sujet de la crise qui entoure l’élection du bureau de la Fécafoot

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Camerounais Issa Hayatou, a déclaré qu’il ne supporte aucun camp dans les batailles qui secouent le football dans ce pays, en l’occurrence, celles qui se battent pour le contrôle de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

« Depuis 1988 que je suis parti de la Fécafoot, je ne m’intéresse plus à ce qui se passe là-bas, raison pour laquelle je n’ai pas encore mis mes pieds au siège de la fédération », a-t-il déclaré.

Pour le président de la CAF, les uns et les autres devraient unir leurs efforts pour assurer le développement du football camerounais, au lieu de s’éterniser dans les batailles de chiffonniers qui ne contribuent qu’à tirer vers le bas, ce football qui a pourtant fait honneur à toute l’Afrique.

En sa qualité d’observateur, Issa Hayatou a déclaré avoir appris que certains « agitateurs » ont saisi le Tribunal arbitral de sport (TAS) pour récuser l’élection du bureau intervenu depuis quinze mois, avant d’ajouter que son rôle en tant que président de la CAF n’est pas de supporter la moindre partie dans cette crise.


Droits réservés)/n

La Fondation internationale Issa Hayatou décerne le «trophée de la paix» au chef de l’Etat Camerounais

L’annonce a été faite le lundi 10 octobre 2016 lors d’une conférence de presse organisée à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun.

Le « Trophée de la paix 2015 » de la Fondation internationale Issa Hayatou a été décerné au chef de l’Etat camerounais Paul Biya pour ses actions en faveur de la paix au Cameroun, dans la sous-région et en Afrique.

L’annonce a été faite à Yaoundé par le président de cette Fondation, Anoï Niniba, lors d’une conférence de presse lundi, 10 octobre.

« Le choix a été porté sur le président Paul Biya pour ses actions en faveur de la paix au Cameroun, dans la sous-région et en Afrique », a déclaré Anoi Niniba.

«Le Comité a choisi le lauréat de la présente édition au regard de nombreux actes posés par ce digne fils d’Afrique entre autres : la grande stabilité depuis plusieurs décennies et la prospérité que connaît chaque jour son pays; la parfaite harmonie dans laquelle vit son peuple, sa grande expérience de la bonne gouvernance d’État qui a permis à son pays d’enregistrer de réels espoirs de l’émergence, la liberté d’expression, la protection de la vie humaine et la libre circulation des personnes et des biens, le bon fonctionnement des institutions de la République qui rassure les partenaires au développement de son pays ; la récupération de Bakassi par la force du dialogue dont il possède seul le secret ; sa détermination pour la paix dans son pays et dans la région des Grands Lacs bénéfique au continent africain ; l’attribution des CAN 2016 et 2019 à son pays, etc », a-t-il souligné.

Paul Biya est le troisième président à recevoir ce prix après le président Togolais Faure Gnassingbe (2013) et l’Equato-Guinéen Obiang Nguéma Mbasogo (2014).

La Fondation internationale Issa Hayatou a été créée en 2009 à l’initiative de M. Anoi Niniba et de quelques amis. Elle a pour objectif notamment d’aider les jeunes africains à s’épanouir par la pratique du football en leur apportant le soutien matériel dont ils ont besoin.

La Fondation qui porte le nom de l’actuel président de la Confédération Africaine de Football (CAF), a également pour ambition de sensibiliser (à travers des manifestations sportives, ndlr) la jeunesse africaine sur les grandes pandémies et à offrir des médicaments aux enfants malades et déshérités qui rêvent de devenir des étoiles du football.


Droits réservés)/n

Issa Hayatou : «Je ne ferai pas 12 ans de plus à la tête de la CAF»

Le Camerounais qui tient la tête de la CAF a assuré vendredi sur RFI qu’il ne ferait pas douze nouvelles années à la tête de cette organisation malgré la possibilité qui lui est offerte de le faire

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Camerounais Issa Hayatou a assuré vendredi, 07 octobre 2016, sur la Radio France internationale (RFI) qu’il ne ferait pas douze ans de plus à la tête de cette organisation malgré l’opportunité qui lui est offerte de briguer encore trois mandats de quatre ans chacun.

«Je ne ferai pas douze ans (à la tête de la CAF) même si je me représente pour un nouveau mandat», a-t-il dit.

Réunie en assemblée générale extraordinaire le 29 septembre dernier au Caire, la CAF a désormais limité le nombre de mandats du président de l’instance à trois de quatre ans chacun, soit douze ans au maximum.

La réforme ayant un effet rétroactif, le patron du ballon rond africain, Hayatou (70 ans), en poste depuis 1988, peut donc encore briguer trois nouveaux mandats. Il a la possibilité de rester aux commandes de la CAF jusqu’à l’âge de 82 ans.

Interpellé à propos d’une nouvelle candidature à la présidence de l’instance continentale lors de la prochaine assemblée générale élective prévue en mars 2017 à Addis Abeba (Ethiopie), marquant également le soixantième anniversaire de la CAF, Hayatou affirme en phase de réflexion.

La date limite de dépôt de candidat étant fixée au 16 décembre prochain.
.

Le Camerounais Issa Hayatou
Droits réservés)/n

Issa Hayatou en «grande consternation» suite au décès de l’entraineur Stephen Keshi

En saluant la mémoire du défunt, le président de la CAF a rappelé la riche carrière de Stephen Keshi et se dit empreint d’une «immense tristesse»

Le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Issa Hayatou, a exprimé, mercredi, sa «grande consternation» et son «immense tristesse» suite au décès de l’ex-international et technicien nigérian Stephen Keshi, un «fleuron» du football africain, selon lui.

Saluant la mémoire du défunt, le président de la CAF a rappelé la «riche» carrière de Stephen Keshi «deux fois vainqueur de la CAN avec le Nigeria, en 1994 en tant que joueur et capitaine et en 2013 comme entraîneur».

Dans le message de condoléances adressé au président de la fédération nigériane de football, M. Hayatou a souligné que Stephen Keshi est entré dans l’histoire comme le premier entraîneur africain à avoir qualifié deux sélections africaines en Coupe du monde de football ».

En 2006 avec le Togo et le Nigeria en 2014. Avec la sélection de son pays, il est également «l’unique technicien africain à avoir jusqu’ici qualifié une sélection du continent au second tour en Coupe du Monde, au Brésil en 2014», a encore rappelé Issa Hayatou.

Ce qui fait de l’illustre disparu «un fleuron» du football continental, a apprécié le président Hayatou, dont les condoléances vont à «sa famille, ses amis et à la famille du football nigérian si durement touchés».

Stephen Keshi (54 ans, 64 sélections) dont le décès a été annoncé, mercredi, par la fédération de football de son pays, a été élu «meilleur entraîneur africain» en 2013 par la CAF.

Le regretté Stephen Keshi
Droits réservés )/n

Décès de David Mayebi: les condoléances de Issa Hayatou

Le président de la Confédération africaine de football a adressé une lettre de condoléances à la Fédération camerounaise de football

Le président de la Confédération africaine de football (Caf) a envoyé hier, mardi 18 mai 2016, une correspondance adressée au président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Dans cette correspondance, Issa Hayatou a indiqué avoir appris avec « beaucoup de tristesse » le décès de David Mayebi, survenu dimanche 15 mai dernier à Yaoundé des suites de maladie.

« En ces moments douloureux, je tiens à vous exprimer, au nom du Comité exécutive de la Caf, de la famille du football africain, et en mon nom personnel nos sincères condoléances et notre profonde sympathie à la Fécafoot, à toute la communauté du Football Camerounaise mais surtout à la famille du défunt », écrit le président de la Caf.

Ancien international camerounais, David Mayebi, né le 10 novembre 1954, avait été entraîneur après sa carrière de joueur passée principalement à l’Union de Douala et achevée au début des années 80. Après avoir participé à la création de l’Association des Footballeurs Camerounais (AFC) dont il deviendra le président, il était devenu un des administrateurs de la Fédération camerounaise de football dont il a été à un moment donné un des vice-présidents.

Au niveau international, il était membre de l’exécutif de la Fifpro (Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels).

David Mayebi, de son vivant.
Droits réservés)/n

Gabon : Samba, la Mascotte de la CAN 2017 dévoilée

Elle a été présentée en présence du président gabonais Ali Bongo Ondimba et du nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino et le président de la CAF Issa Hayatou

Samba, la mascotte officielle de la 31e Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui doit se tenir du 14 janvier au 5 février 2017 au Gabon, a été officiellement dévoilée, ce vendredi à Franceville (512 km au sud-est de Libreville, la capitale).

Sa présentation s’est faite avant le coup d’envoi du match de préparation opposant le Gabon à la Sierra Leone.

Apparue sous les traits d’une panthère noire la mascotte officielle de la CAN – Gabon 2017, est habillée d’un maillot jaune, short bleu, toutes griffes dehors et pouce en l’air.

Elle a été présentée en présence du président gabonais Ali Bongo Ondimba et du nouveau président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino, ainsi que le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou.


Droits réservés )/n

Transplantation rénale: opération réussie pour Issa Hayatou

Le Camerounais, président par intérim de la Fifa, a subi jeudi «avec succès une transplantation rénale», a indiqué vendredi l’instance mondiale dans un communiqué posté sur son site officiel

Le président par intérim de la Fédération internationale de football association (Fifa), le Camerounais Issa Hayatou (69 ans), a subi, jeudi, «avec succès une transplantation rénale», indique vendredi l’instance mondiale dans un communiqué posté sur son site officiel.

«Il va désormais se reposer quelques jours», précise la même source. «Souffrant d’une insuffisance rénale depuis quelques années, Issa Hayatou ne s’en est jamais caché. Cette situation ne l’a toutefois pas empêché d’assumer pleinement, et sans interruption, ses fonctions au sein des instances du football mondial et africain», avise la Fifa, indiquant qu’il va continuer à assumer l’intérim à la tête de l’instance mondiale comme prévu.

Le patron du football africain assume depuis le 08 octobre dernier la présidence par intérim de la FIFA, en remplacement du Suisse Sepp Blatter, suspendu pour 90 jours. «Je suis heureux des nouvelles encourageantes transmises par le corps médical. Au nom de la Fifa, et en mon nom personnel, je souhaite à notre Président de la Fifa par intérim un prompt rétablissement», se réjouit le secrétaire général de la Fifa par intérim, Markus Kattner. «Au cours des prochains jours, je serai régulièrement en contact avec lui et je me réjouis de le savoir prochainement de nouveau à nos côtés», a-t-il conclu.

Issa Hayatou.
Droits réservés)/n

Issa Hayatou: «Je ferai tout.pour ramener le bateau Fifa à bon port»

S’exprimant lundi à Yaoundé, le président intérimaire de la Fifa a déploré le climat délétère qui s’est installé au sein de la famille mondiale du ballon rond

Le président par intérim de la Fédération internationale de football association (Fifa), Issa Hayatou, a déclaré qu’il mettra tout en uvre afin que la sérénité revienne au sein de cette instance actuellement secouée par une crise de gouvernance.

S’exprimant lundi à Yaoundé, la capitale camerounaise, son pays natal à l’occasion d’une cérémonie fort courue en son honneur, il a déploré le climat délétère qui s’est installé au sein de la famille mondiale du ballon rond.

«Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ramener le bateau FIFA à bon port», a-t-il indiqué.

En dehors du faste du Palais polyvalent des sports et qui s’est achevé par une soirée de gala, l’agenda du non moins président de la Confédération africaine de football (CAF) prévoit des entrevues avec des officiels locaux portant notamment sur la préparation infrastructurelle des Coupes d’Afrique des nations (CAN) 2016 (dames) et 2019 (messieurs) organisées par le Cameroun.

Sur le sujet, Issa Hayatou, s’exprimant face à la presse, a dit son espoir que son pays natal sera à la hauteur de ces grands rendez-vous continentaux, et que le spectacle sur le terrain sera lui aussi de bonne facture.

Issa Hayatou.
Droits réservés)/n

Fifa: le président intérimaire Issa Hayatou célébré lundi au Cameroun

L’ensemble du gotha du mouvement sportif local est attendu ce 02 novembre à la célébration organisée à Yaoundé, indique un communiqué publié dimanche par la fédération camerounaise de football

Une cérémonie est prévue ce lundi, 02 novembre 2015, à Yaoundé, la capitale camerounaise, en l’honneur du président par intérim de la Fédération internationale de football association (Fifa) et fils du pays, Issa Hayatou.

L’ensemble du gotha du mouvement sportif local est attendu à cette manifestation, indique un communiqué publié dimanche par la fédération nationale de la discipline (Fécafoot).

Arrivé à Yaoundé la veille, le non moins président de la Confédération africaine de football (CAF) a été accueilli au bas de la passerelle par le ministre des Sports ainsi que le président de l’instance fédérale locale, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt et Tombi à Roko Sidiki respectivement.

Selon des sources introduites, les audiences prévues avec des officiels devraient par ailleurs permettre de faire le point de la préparation des Coupes d’Afrique des nations (CAN) 2016 (dames) et 2019 (messieurs) organisées par le Cameroun.

Le Camerounais Issa Hayatou, président par intérim de la Fifa.
Droits réservés)/n

Fifa: premier conseil extraordinaire du Comité exécutif sous Issa Hayatou

Pour sa première sortie officielle à la Fédération internationale de football association où il est président par intérim, le Camerounais a conduit mardi la session extraordinaire à Zurich

Le président par intérim de la Fédération internationale de football association (Fifa), Issa Hayatou, a présidé mardi, 20 octobre 2015, son premier conseil extraordinaire du Comité exécutif, depuis sa nomination, le 08 octobre, à la tête de l’instance faîtière du football mondial. A Zurich, ledit Comité de la Fifa a arrêté plusieurs décisions importantes.

Au sujet de la Commission d’éthique, sous les projecteurs depuis le scandale de corruption et la suspension de Sepp Blatter et Michel Platini, l’article 36 du Code d’éthique de la Fifa sera amendé. Le but étant de permettre à la Commission, dans sa quête de transparence, de communiquer plus d’informations sur ses procédures en cours. A cet effet, l’accent sera mis sur les réformes à l’étude. «Accroître la transparence des enquêtes éthiques n’est qu’un exemple de notre engagement ferme pour le changement», a déclaré Issa Hayatou au cours de la session extraordinaire.

Parmi les propositions de réforme, l’on note la limite d’âge de 74 ans pour les membres de la Fifa et surtout de douze ans en poste, soit trois mandats de quatre ans pour le futur président. Ces propositions devront encore être formalisées lors du prochain Comité exécutif de la Fifa prévu en décembre prochain, avant d’être soumises au vote du Congrès en février 2016.

Autre sujet examiné, l’élection du président de l’instance. La date du 26 février 2016 a été confirmée alors que certaines voix réclamaient un report. La Commission électorale a annoncé qu’elle n’examinerait aucun dossier de candidats sous le coup d’une suspension. Autrement dit, elle ne se prononcera qu’en début janvier sur la recevabilité ou non de la candidature de Michel Platini, à moins que sa mise à l’écart de 40 jours ne soit levée d’ici là.

Alors que Issa Hayatou assume l’intérim à la présidence du Comité d’urgence, Ángel María Villar Llona a été désigné représentant de l’UEFA et Hany Abo Rida pour le compte de la CAF, au sein dudit comité.

Issa Hayatou, président par intérim de la Fifa.
Droits réservés)/n

Fifa: le président par intérim Issa Hayatou est arrivé à Zurich

Après avoir pris ses fonctions comme président par intérim de la Fédération internationale de football association le 08 octobre, le Camerounais est arrivé au siège de la Fifa de Zurich le 15 octobre

Après avoir pris ses fonctions comme président de la Fédération internationale de football association (Fifa) par intérim le 08 octobre, Issa Hayatou est arrivé au Siège de la Fifa de Zurich jeudi le 15 octobre 2015.

Il a été accueilli par le Secrétaire général par intérim Markus Kattner et s’est adressé au personnel de l’organisation, avant de passer le reste de la journée au bureau.

« C’est assurément une situation sans précédent pour la Fifa », confie Hayatou. « Nous restons concentrés sur le processus de réforme nécessaire, l’élection présidentielle et le soutien aux enquêtes en cours. Retrouver la confiance du public est un objectif crucial. Il est essentiel que la Fifa poursuive sa mission de développement du jeu et d’organisation des tournois internationaux. »

Le Secrétaire général par intérim, Markus Kattner, a discuté des principales questions administratives avec Hayatou et donné une présentation générale des activités de la FIFA au cours des mois à venir.

« Sur le plan des opérations, la Fifa fonctionne bien, comme elle le doit, et le meilleur exemple en est la Coupe du Monde U-17 de la Fifa, qui est sur le point de débuter au Chili », a déclaré Kattner. « En plus de cela, les qualifications pour la Coupe du Monde de la Fifa ont commencé et plus d’un million de spectateurs ont assisté aux matches en Asie. Nos activités de développement du football dans le monde entier continuent à un rythme soutenu et nos préparatifs pour la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la Fifa au Japon et le Fifa Ballon d’Or 2015 avancent bien également. »

Le Président par intérim Issa Hayatou restera Zurich jusqu’à la semaine prochaine, où il dirigera la réunion extraordinaire du Comité Exécutif de la Fifa du mardi 20 octobre au Siège de la Fifa.

Issa Hayatou, président par intérim de la Fifa.
Droits réservés)/n

Issa Hayatou: «Mon travail est de suivre les réformes»

Le dirigeant camerounais de 69 ans s’est exprimé après sa désignation jeudi au poste de président par intérim de la Fifa, en remplacement de Joseph Sepp Blatter suspendu pour 90 jours

Après la suspension pour 90 jours du patron de la Fifa Joseph Blatter, le président de la CAF Issa Hayatou a hérité jeudi 08 octobre du poste par intérim. Le dirigeant camerounais de 69 ans s’est exprimé en exclusivité dans l’émission Radio Foot Internationale.

Issa Hayatou êtes-vous content et fier d’être président de la Fifa dans ce contexte un peu particulier?
Ce n’est pas une question d’être content ou pas, c’est une question de responsabilité. Les statuts de la Fifa m’imposent de prendre le poste par intérim. Mais ce n’est pas donné à n’importe qui, je suis content et je vais tout faire pour être à la hauteur.

Suspendu à titre provisoire, M. Blatter peut-il revenir dans les 90 jours?
Peut-être même avant 90 jours. Il a toujours la possibilité d’effectuer un recours. Lui et les autres suspendus peuvent encore défendre leur cause.

Comment voyez-vous ce qu’il se passe à la Fifa depuis le mois de mai dernier?
Franchement, moi je ne sais pas quoi vous dire. De toute façon, ce n’est pas une bonne chose qu’une grande fédération vive ce qu’elle vit actuellement. On généralise, on dit que c’est une organisation corrompue alors qu’il s’agit d’individus qui ont été plus ou moins indélicats. Nous espérons que cette organisation va retrouver de la sérénité dans les plus brefs délais.

Vous allez présider les destinées de la Fifa pour quelques mois. Allez-vous seulement gérer les affaires courantes ou entamer des réformes de fond?
Une commission du Comité international olympique est à pied d’ uvre et travaille actuellement pour présenter des réformes qui seront débattues avec le comité exécutif de la Fifa. Mon travail n’est donc pas seulement de gérer les affaires courantes, mais de suivre les réformes. La vie continue à la Fifa.

La vie continue, mais vous vous rendez compte qu’il y a un sentiment de « tous pourris » auprès de l’opinion publique ? Comment comptez-vous redonner de la crédibilité à la Fifa?
Comme je vous l’ai dit, il y a une commission qui travaille pour présenter des réformes au prochain congrès le 26 février 2016. C’est à travers ces réformes que nous pourrons retrouver de la crédibilité. Ce sont des réformes qui parleront de la limite des mandats ou encore de la limite d’âge. Il pourrait même y avoir de nouvelles têtes.

Est-ce que vous imaginez que d’autres personnes importantes au sein de la Fifa pourraient être inquiétées?
On ne va pas faire du sensationnel. Si cela doit arriver, cela arrivera. Toute personne qui déconnera sera suspendue. Personne ne doit être à l’abri.

En ce qui vous concerne, craignez-vous la justice suisse ou américaine?
Qui, moi ? Il faut avoir fait une faute et je n’ai rien fait. En dépit de tout ce que la presse raconte, jamais je n’ai été trempé dans ces histoires. Cela fait depuis le mois de mai que les enquêteurs travaillent sur cette affaire. Depuis le temps, tous ceux qui sont impliqués devraient avoir été inquiétés. Personnellement, je ne me reproche rien. On dit que le Qatar m’a corrompu mais tout ça, ce sont des histoires qu’on m’impute parce que je suis africain. Ce sont des allégations auxquelles je n’accorde aucune importance. Je n’ai aucun remords, aucune inquiétude.

Pensez-vous que Michel Platini peut encore espérer se présenter et être un président crédible?
Bien sûr, il n’y a pas de raison, il peut se défendre. Il y a d’autres instances qui peuvent le blanchir. Il peut très bien gérer la Fifa demain si la justice prouve son innocence.

Qui va vous succéder à la tête de CAF le temps de votre intérim à la Fifa?
Nous allons nous réunir dans quelques jours pour régler cette question. Mais évidemment, ce ne sera que de l’intérim puisqu’il me reste deux années de mandat à la tête de la CAF.

Issa Hayatou.
Droits réservés)/n

Fifa: Blatter suspendu, Issa Hayatou président par intérim

Le Camerounais, patron du football africain, a été désigné à ce poste jeudi, 08 octobre, après la suspension de 90 jours infligée au président démissionnaire, Sepp Blatter, a annoncé la Fédération

Le patron du football africain, le Camerounais Issa Hayatou, a été désigné ce jeudi, 08 octobre 2015, président par intérim de la Fédération internationale de football (FIFA) après la suspension de 90 jours infligée au président démissionnaire, Sepp Blatter, a annoncé la FIFA dans un communiqué.

«Pour une durée de 90 jours, Joseph Blatter n’a pas le droit de représenter la FIFA de quelque manière que ce soit ni d’agir en son nom», a indiqué l’instance de gestion du ballon rond mondial, soulignant que le président sortant est de fait «relevé de ses fonctions» en raison de sa suspension. Une suspension additionnelle de 45 jours maximum pourrait être prononcée ultérieurement à l’encontre de Blatter et de Platini, informe la FIFA.

Citant l’article 32 (6) de ses statuts, la FIFA informe que Hayatou va assurer l’intérim car il est le «plus ancien vice-président du Comité exécutif en poste». Président de la CAF depuis 1988, le dirigeant africain est entré au comité exécutif de la FIFA en 1990.

Blatter et Platini sont sous le coup d’une enquête de la justice suisse. Le Procureur général de Suisse a récemment ouvert une procédure pénale pour «gestion déloyale» et «abus de confiance» contre Sepp Blatter. Lequel est soupçonné d’avoir effectué «un paiement déloyal» de 1,83 millions d’euros en faveur de Michel Platini, qui, dans cette enquête, a un statut entre celui de témoin et celui d’accusé.

Issa Hayatou, président de la CAF, président par intérim de la Fifa.
Droits réservés)/n

Issa Hayatou revient sur la polémique liée au report de la CAN féminine 2016

Initialement prévue pour se dérouler du 8 au 22 octobre, la compétition se jouera finalement du 19 novembre au 3 décembre 2016, le Cameroun ayant invoqué des raisons de pluviométrie

La CAN Féminine 2016 a été reportée par la Confédération Africaine de Football (CAF) sur demande des autorités du football camerounais qui évoquaient des raisons liées à la pluviométrie. Initialement prévue pour se dérouler du 8 au 22 octobre, la compétition se jouera finalement du 19 novembre au 3 décembre 2016.

Un report qui a engendré de nombreuses polémiques quand on sait que, quelques mois plus tôt, la CAF avait refusé le report de la CAN 2015 demandée par le Maroc pour cause de virus Ebola. Interrogé sur le sujet, Issa Hayatou, de retour au Cameroun après son séjour en Suisse, estime qu’il n’y a pas de comparaison à faire entre les deux événements.

«Nous avons accepté ce que le Cameroun nous a demandé. Comment peut-on comparer la grande Coupe d’Afrique des nations dont la CAF dépend à 95% à la coupe féminine qui n’a même pas de sponsor?», s’est interrogé le dirigeant au micro de la CRTV.

«On ne peut jamais accepter le report de la grande CAN (.) L’Afrique s’est sentie blessée car en nous demandant de reporter la CAN, le Maroc a dans le même temps accepté d’organiser le championnat du monde des clubs à un mois de la CAN», a ajouté le patron de la CAF.

Issa Hayatou
Droits réservés)/n

Issa Hayatou, à propos de la démission de Sepp Blatter: « la surprise est totale »

Le président de la Confédération africaine de football a fait part, sur une chaine de télévision, de sa « surprise » après l’annonce de la démission du numéro un de la Fifa mardi

Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football, a fait part sur France 24 de sa « surprise » après l’annonce de la démission du numéro un de la Fifa Sepp Blatter.

« J’ai été surpris. Personne ne pouvait s’imaginer qu’il allait démissionner trois-quatre jours après (le congrès) », assure d’emblée Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football (CAF) dans une interview téléphonique à France 24, peu après l’annonce de la démission de Sepp Blatter de la présidence de la Fédération internationale de football (Fifa). « Il a ses raisons. J’ai pris bonne note qu’il organisera un congrès extraordinaire entre décembre et mars 2016. Nous allons voir ce qui pourra arriver entre temps. Mais la surprise est totale », ajoute-t-il.

Interrogé sur sa possible candidature à la succession de Sepp Blatter, Issa Hayatou le dit tout de go: « Non. J’ai été candidat en 2002, je n’ai pas été élu. Mon âge ne me permet plus de briguer (la présidence de la Fifa). J’ai 69 ans, Blatter a 10 ans de plus que moi. Je ne peux pas me permettre d’être candidat. »

Le président de la CAF, qui avait soutenu Sepp Blatter dans sa candidature à la réélection, souhaite que la Fifa se tourne vers l’avenir. « Qui peut accepter qu’il y ait la corruption quelque part? Comme l’a souligné le président de la Fifa, il va falloir refaire une Fifa qui soit acceptée par tout le monde. »

Il rend aussi hommage au bilan du président démissionnaire: « Toutes les mesures qu’il a annoncées (limitation des mandats, etc.) sont les bienvenues. Je suis absolument d’accord qu’il puisse organiser tout ça avant de quitter (son poste) ». Il met particulièrement en avant son bilan africain: « En ce qui nous concerne, Blatter a beaucoup fait pour le continent africain, comme pour le reste du monde d’ailleurs. Tout ce qu’il a donné, c’est de manière équitable. Il a soutenu les petites fédérations: il a toujours distribué la même chose au niveau des 209 fédérations du monde. »

S’il ne s’avance pas sur le successeur de Sepp Blatter, Issa Hayatou est catégorique: « Quel que soit le successeur (de Blatter), il devra composer avec l’Afrique, il ne pourra pas faire autrement. » Il rappelle que la CAF rassemble 54 pays, autant que l’Union des associations européennes de football (UEFA). « J’espère que ce sera quelqu’un d’averti, qui connaît le football, qui pourra composer avec l’ensemble de la famille », conclut le président de la CAF sur France 24.

Issa Hayatou
Droits réservés)/n

Issa Hayatou: « personne ne m’a contacté pour aller vers les interrogatoires »

Le président de la Confédération africaine de football (Caf) est de retour au Cameroun après avoir conduit les travaux de l’élection du président de l’instance faitière de football mondial

Le président de la Confédération africaine de football (Caf) est de retour au Cameroun après avoir conduit, en sa qualité de vice-président de la Fifa, les travaux de l’élection de président de l’instance faitière de football mondial. Une élection organisée lors du congrès électif tenu à Zurich en Suisse, dans une atmosphère tendue, marquée par un scandale de corruption.

Avant la tenue des travaux dudit congrès le mercredi 27 mai, la presse avait fait état de l’interpellation d’une dizaine des membres du Comité exécutif par la justice américaine. Il était reprochés à ceux-ci d’avoir entre autres «sollicité et obtenu des pots-de-vin dans le cadre des processus d’attribution des Coupes du monde 1998 et 2010».

Indexé dans cette affaire, Issa Hayatou s’est prononcé à son arrivée à Yaoundé.

«Mercredi (27 mai 2015), quand il y a eu irruption de la police helvétique dans notre hôtel, je n’ai jamais été inquiété par qui que ce soit. Et, j’ai mené à bon port mon programme. En partant d’ici (Cameroun, ndlr) j’avais ce programme que j’ai respecté la lettre. Personne ne m’a rien dit, personne ne m’a contacté pour aller vers les interrogatoires. Mais à ma grande surprise, j’ai appris que j’ai été interdit de sortir du territoire suisse parce que la police est venu me chercher et ils m’ont entendu pendant 9 heures», a réagi le président de la Caf dans un entretien avec nos confrères de la radio nationale du Cameroun, Crtv.

«De toutes les façons, ça fait 20 ans qu’on m’accuse. Surtout la presse camerounaise et la presse anglaise. Ce sont les deux presses qui racontent des choses sur mon compte. Mais ça ne fait rien, c’est la vie», a-t-il ajouté très choqué.

Malgré cette controverse, Joseph S. Blatter a été réélu avec le soutien de la Caf qui, par la voix de son président, estime «qu’il a vraiment aidé le continent par l’attribution de la Coupe du monde 2010» à l’Afrique du sud.

Cette attribution n’est pas le seul argument qui a poussé le continent noir à adhérer à la cause du Suisse (79 ans), qui est à son cinquième mandat. Hayatou évoque également «les différents stages qu’il a organisé, les différentes installations sportives qu’il a fait construire sur notre continent». Et avec tout ceci, «l’Afrique est très consciente de cette situation. Elle voit ses infrastructures et son football se développer».

Issa Hayatou, président de la Caf.
Droits réservés)/n

Trop âgé pour un nouveau mandat, Issa Hayatou supprime la limite d’âge

Le président de la Confédération Africaine de Football depuis 1988 a annoncé cette semaine que la limite d’âge, qui était jusque-là de 68 ans, allait être annulée

Des paroles, il est passé aux actes. En février dernier, Issa Hayatou, grand patron du football africain depuis 1998, souhaitait supprimer la limite d’âge concernant la fonction de président de la CAF, qui l’impliquait directement. Agé de 68 ans, après sept mandats passés à la tête de l’institution, Hayatou était dans l’impossibilité de briguer un nouveau mandat en raison de son âge trop élevé.

En effet, le règlement stipulait qu’au-delà de 68 ans, personne ne pouvait être en mesure d’occuper la fonction de président de la Confédération Africaine. Un bémol important qu’Issa Hayatou a été en mesure d’écarter définitivement cette semaine au Caire.

A l’occasion de l’assemblée générale de la CAF en Egypte, qui rassemblait tous les grands dirigeants du football africain, l’actuel président a annoncé la suppression de la limite d’âge inscrite par le passé dans les statuts de l’organisation. Quid de la raison officielle de cette décision? Un souhait commun d’harmoniser les statuts de la CAF avec ceux . de la FIFA, dont le président, un certain Sepp Blatter, est âgé de 79 ans.
Un proche du dirigeant africain qui n’hésite pas à le soutenir officiellement en vue de la campagne au sein de la FIFA. Officieusement, Issa Hayatou n’a jamais caché son intention de briguer un nouveau mandat pour rester le patron du foot africain. Prochaines élections prévues en 2017. Hayatou aura 70 ans.

Issa Hayatou, président de la CAF.
senego.com)/n

La CAN 2015 aura lieu en Guinée Equatoriale

La Confédération africaine de football a décidé, vendredi, d’attribuer l’organisation du plus grand tournoi de football africain à ce pays d’Afrique centrale après la disqualification du Maroc

La Guinée Equatoriale organisera, du 17 janvier au 08 février prochain, la Coupe d’Afrique des Nations 2015. Ainsi en a décidé la Confédération africaine de football (CAF) ce vendredi, 14 novembre, mettant ainsi un terme à l’incertitude provoquée par la disqualification du Maroc. Le pays maghrébin avait sollicité un report de la compétition, prétendument à cause du virus Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest.

C’est un soulagement pour de nombreux Africains qui risquaient de voir la compétition être déportée au Qatar, pays dont le nom est revenu constamment cette semaine comme probable organisateur. C’est enfin une bonne nouvelle pour la CAF, et son président Issa Hayatou, qui jouait sa crédibilité après avoir décidé de retirer, le 11 novembre dernier, l’organisation de la CAN au Maroc, pays dont les autorités s’entêtaient à demander un report malgré de multiples oppositions de la CAF.

La Guinée Equatoriale a déjà organisé une édition de Coupe d’Afrique des Nations, c’était du 21 janvier au 12 février 2012, conjointement avec le Gabon. Au pays de Théodoro Obiang Nguema, les matches s’étaient joués à l’ «Estadio de Bata» d’une capacité de 40.000 places ; et au «Nuevo estadio de Malabo», d’une capacité de 20.000 places.


guineaecuatorialpress.com)/n

Issa Hayatou: « Nous ne pouvons pas signer notre arrêt de mort »

Le président de la Confédération africaine de football a accordé une interview dans une chaine française à propos de l’organisation de la CAN 2015. Le pays hôte sera connu dans deux jours

Le président de la Confédération Africaine de Football a été interviewé dans la nuit du 11 novembre 2014 en direct sur la chaine française, France 24. C’était quelques heures après la fin de la réunion du Comité Exécutif de la Caf tenue au siège de l’institution au Caire en Egypte et au cours de laquelle constat fait de la décision du Maroc de ne pas accueillir la Coupe d’Afrique des Nations du 17 janvier au 8 février 2015. La transcription intégrale de l’interview.

Monsieur Hayatou bonsoir! Je vous remercie beaucoup de répondre à nos questions ce soir dans Paris Direct. Est-ce que vous avez compris cette décision des autorités marocaines de ne pas accueillir cette Coupe d’Afrique des Nations ?
Non, je ne peux pas comprendre. Parce que comme vous l’avez signalé tout à l’heure, je vous ai entendu, ça fait quand même un processus assez long. Nous avons été en contact avec la fédération marocaine de football. Moi-même j’ai conduit une délégation au Maroc. Nous avons beaucoup dialogué avec eux pour que la Coupe d’Afrique des Nations, qui est quand même l’épreuve phare, ne puisse pas être reportée. Parce qu’il y va de la crédibilité de la Confédération. Ils ont naturellement dit qu’il y avait des raisons d’ebola. Mais quand on voit aussi que le Maroc est en train d’organiser le championnat du monde des clubs, 25 jours seulement avant la CAN, vous comprenez que c’est un argument qui est vite effacé. Tout ceci nous a amené à prendre cette décision. Je comprends parfaitement la position de la Confédération Africaine de Football. Il fallait absolument finir ce bras de fer avec la Fédération royale marocaine de football

Président, effectivement la Coupe d’Afrique des Nations c’est l’épreuve phare sur le continent, est-ce que le report que demandait le Maroc était totalement impossible à accepter ?
C’est impossible pour des raisons que vous connaissez. Nous sommes en Afrique, nous connaissons notre continent mieux que quiconque. Une fois qu’on reporte cette épreuve-là maintenant c’est tout le monde qui va s’engouffrer dans le report. Finalement nous ne serons plus crédibles, nous ne pourrons plus organiser quoique ce soit. On va heurter nos sponsors, on va heurter nos partenaires. C’est tout le monde qui dira on n’est pas prêt, on est ceci on est cela. Finalement c’est la Confédération Africaine de football qui va payer les pots cassés. C’est ce que j’ai dit aux Marocains. Nous ne pouvons pas signer notre arrêt de mort. Parce que si nous reportons cette compétition, ça va être vraiment quelque chose de mortel pour le football africain. Or nous avons pendant 57 ans bâtis patiemment cette maison qui aujourd’hui fait la fierté de tous les Africains. Ils ont cette fête tous les deux ans, il n’est pas question de laisser à qui que ce soit la possibilité de détruire cette uvre que nous avons patiemment élaborée.

Effectivement depuis 1957, jamais une CAN n’a été annulée, ni reportée, malgré les problèmes géopolitiques que le continent a pu connaître. Alors ce soir on sait que le Maroc n’organisera pas la Coupe d’Afrique des Nations. Président, en revanche les joueurs qui disputent les éliminatoires se demandent désormais où est-ce qu’ils vont pouvoir jouer cette Coupe d’Afrique des Nations ? Qu’est-ce qu’on peut leur répondre d’ores et déjà ?
Tout ce que je peux leur dire c’est qu’ils la joueront quelque part. Pour le moment dans notre communiqué nous vous avons annoncé qu’on a eu quelques sollicitations de fédérations africaines. C’est arrivé hier (lundi 10 novembre 2014, ndlr), nous n’avons pas eu le temps matériel d’entrer en contact avec ces responsables de fédérations pour essayer de définir les contours de cette organisation. Par conséquent, je ne peux pas vous dire où elle va se jouer. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’elle aura lieu.

Vous confirmez donc qu’elle aura bien lieu aux dates annoncées précédemment, c’est à partir du 17 janvier jusqu’au 8 février ?
C’est ce qu’on a dit dans notre communiqué que la Coupe d’Afrique des Nations doit absolument avoir lieu entre le 17 janvier et le 8 février pour des raisons que vous connaissez. Il y a pas mal de raisons qui nous ont amenés à ne pas changer de date. Vous savez, on a un problème avec les clubs français qui ne pourront pas libérer nos joueurs si nous déplaçons cette Coupe d’Afrique des Nations à cette période.

Et ça ne sera pas une co-organisation président ? Deux pays organisateurs ou un seul pays organisateur ?
N’anticipez pas ! Attendez deux, trois jours. Vous avez attendu un mois. Le feuilleton a duré un mois. Il reste que 3-4 jours ne soyez pas pressés.

Issa Hayatou, président de la CAF
CAF)/n

CAN 2019: Paul Biya rassure la CAF

Issa Hayatou, président de la CAF et deuxième personnalité de la FIFA, a été reçu en audience mercredi au Palais de l’Unité

Le président de la République, Paul Biya, a reçu en audience, ce mercredi 08 octobre 2014, Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football (CAF), et vice-président de la FIFA. Le tête-à-tête a porté pour l’essentiel sur le programme d’organisation des Coupes d’Afrique des Nations de football féminine et masculine prévues au Cameroun, respectivement en 2016 et en 2019.

S’exprimant devant la presse au terme d’un échange de près d’une heure avec le Chef de l’Etat, le Président de la CAF, a déclaré avoir effectué un large tour d’horizon des questions se rapportant au football à travers le monde, et plus particulièrement à travers l’Afrique.

Selon Issa Hayatou, cette audience a été mise à profit pour évoquer les questions relatives à la bonne organisation des Coupes d’Afrique des Nations que va abriter notre pays, en 2016 pour les filles, et en 2019 pour les garçons. Le Chef de l’Etat et la figure emblématique du football africain et mondial ont notamment jeté un regard prospectif sur les infrastructures sportives que le Cameroun se propose de mettre en place: «Le Président m’a rassuré que tout sera fait dans les délais et convenablement pour que tous les Camerounais continuent à être fiers de leur pays.» Malgré le retard accumulé dans ce domaine, tout sera rattrapé à la suite des compétitions annoncées, s’est-il réjouit.

Depuis quelques mois, Issa Hayatou est la deuxième personnalité de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et président de la Commission des finances de l’instance faitière du football mondial, a-t-on appris de la bouche de l’illustre hôte du Chef de l’Etat. De lourdes responsabilités qui font honneur, à son pays le Cameroun et aux Africains, et pour lesquelles il a promis de tout faire pour ne pas décevoir.

La venue du président Issa Hayatou au Palais de l’Unité intervient au lendemain d’importants décrets du Chef de l’Etat, en faveur du mouvement sportif national. Il s’agit du décret portant création de l’Académie Nationale de football, de celui portant création, organisation et fonctionnement des sélections nationales de football, enfin le décret portant création, organisation et fonctionnement des Comités de préparation des Coupes d’Afrique des Nations.

Issa Hayatou et Paul Biya le 08 octobre au Palais de l’Unité
PRC)/n

Can 2019: Comment le Cameroun a été choisi ?

Outre les atouts de stabilité du Cameroun, du brillant exposé du secrétaire général de la Fecafoot sur le dossier de la candidature de son pays, le président de la Caf aurait pesé de tout son poids.

Selon le président de la Caf, la combinaison de deux éléments a milité pour le choix des pays. Il s’agit: «des conclusions de la mission d’évaluation et la présentation du dossier de candidature», a précisé M. Hayatou en dévoilant les noms des pays hôtes pour l’organisation des Can en 2019, 2021 et 2023. Poursuivant, Issa Hayatou qui animait la conférence de presse au siège de l’Union africaine (UA), a indiqué que le Comité exécutif a travaillé d’arrache-pied durant l’Assemblée générale de l’instance du football africain. «Nous nous sommes penchés sur la violence dans les stades, l’épidémie Ebola et la tricherie sur les âges des joueurs africains», a souligné le président de la Caf».

En effet, devant Issa Hayatou et ses pairs du Comité exécutif, le Secrétaire général de la Fecafoot Sidiki Tombi à Roko a, pendant 30 minutes, fait le tour de ce dont dispose déjà le pays de Roger Milla par rapport au cahier des charges édité par la Caf. Il a dans la foulée, donné des garanties sur l’exécution dans les délais de ce qui reste à faire, notamment dans le domaine des infrastructures sportives, de communications, télécommunications, hôtelières etc. Pour agrémenter sa prestation, Tombi à Toko a fait diffuser une vidéo dans laquelle il était fait la promotion du Cameroun sous fond de musique «Bienvenue welcome to Cameroon» de Manu Dibango, la star camerounaise.

Le Cameroun, qui a organisé une Can, en 1972, mentionne cinq stades dans son dossier et se présente comme un pays stable. Le fait que le président de la Caf Issa Hayatou en soit issu a peut-être pesé dans la balance ? On pourrait le penser. Patriote à souhait, il a déjà offert le Centre d’excellence de la Caf à Mbankomo à son pays. Président de l’instance faitière du football africain depuis 1988, il aurait été «incongru» qu’il passa la main sans avoir vu son pays obtenir l’organisation de la plus prestigieuse des compétitions sur le continent.


Droits réservés)/n

La Fecafoot adresse ses condoléances à la famille d’Albert Ebosse

Le président du comité de normalisation de l’instance recommande par ailleurs à la Fédération algérienne de football de punir les auteurs de la mort du footballeur

Le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) s’est joint dimanche à l’indignation générale suite au décès du joueur camerounais Albert Ebosse, atteint mortellement par un projectile le 23 août dernier à l’issue d’une rencontre en Algérie. «Notre famille du football et la nation pleurent la perte d’un si jeune talent, sauvagement tué en vivant son rêve, celui de jouer au football, le jeu de la paix, du respect et du fair-play», écrit le Pr. Joseph Owona.

Le président du Comité de normalisation de la Fecafoot assure à son homologue algérien, Mohamed Raouraoua, du soutien du Cameroun pour les enquêtes qui seront menées en rapport avec cet acte qualifié de «lâche et épouvantable» afin de s’assurer que les auteurs seront «sévèrement punis». Dans la même veine, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou, a déclaré: «qu’au-delà des sanctions exemplaires qui devront être prises, ce drame permettra à tous les acteurs du football en Afrique de travailler main dans la main afin de combattre avec force, et d’éradiquer toute forme de violence au sein du football africain».

Albert Ebosse a rendu l’âme samedi soir, à l’issue d’une rencontre, après avoir été atteint par un projectile au moment où il s’apprêtait à regagner les vestiaires. Le match opposait son équipe, Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK), à l’USM Alger (USMA) sur la pelouse du stade du 1er novembre de Tizi Ouzou. Lors de cette rencontre, Albert Ebossé avait été le seul à marquer pour son équipe, battue sur le score de deux buts à un (2-1).


Une enquête du Sunday Times accable le président de la CAF

Le Camerounais Issa Hayatou est soupçonné d’avoir perçu des pots de vin pour soutenir la candidature du Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde 2022

Le Sunday Times, journal anglais paraissant le dimanche, a publié une enquête, le 1er juin 2014, faisant état d’un vaste réseau de corruption déployé par le Qatar pour se voir attribué l’organisation de la coupe du monde de football 2022. L’enquête intitulée « Plot to buy the World Cup : Huge email cache reveals secrets of Qatar’s shock victory », et signée par les journalistes Jonathan Calvert et Heidi Blake accable des présidents de fédération africaines ainsi que le président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou.

Dans les « faits », le Sunday Times révèle que l’ex-membre du comité exécutif de la FIFA, le Qatari Mohamed Bin Hammam, a effectué, de juin 2008 à décembre 2010, un lobbying auprès des présidents de fédérations africaines pour acheter leur soutien :Togo, Burundi, Bénin, Gambie, Maroc, Nigéria, Côte d’Ivoire, entre autres. Mohamed Bien Hammam payait cash ou indirectement à travers des agréments offerts à ces différents présidents de fédération. Au Togo par exemple, le Sunday Times révèle que le général Seyi Memene, vice-président de la CAF, aurait reçu, en novembre 2008, un virement de 22.400 dollars pour financer un pélerinage à La Mecque avec sa femme.

Au président de la Confédération africaine de Football, le Camerounais Issa Hayatou, il est reproché d’avoir reçu un financement de 400.000 dollars du Fonds « FIFA Goal Programme » dirigé à cette époque par Mohamed Bin Hammam, pour la fédération camerounaise de football. Somme qu’elle devait partager avec les fédérations nigériane et ivoirienne. A DOHA, en janvier 2010, le Comité de candidature du Qatar avait annoncé un accord pour parrainer le congrès annuel de la CAF le même mois en Angola, à hauteur d’un million de dollars. D’autres accusations sont également livrés autout du paiement de certaines factures d’hôtel et de soins en Afrique du Sud et au Qatar.

Le président de la CAF a réagi dans un communiqué publié hier, qualifiant les informations du Sunday Times d’ allégations « destinées encore une fois à jeter le discrédit non seulement sur sa personne mais aussi sur le continent Africain de manière générale. » Issa Hayatou se dit serein en attendant « comme en 2011 » les fameuses preuves décrites par le Sunday Times.

Le 10 mars 2013, Issa Hayatou a été réélu, après 25 ans de règne, pour un septième mandat à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), lors de la tenue de sa 35ème assemblée générale à Marrakech au Maroc. Son mandat s’achève en 2017.


africatopsports.com)/n

Mbankomo: Le Centre d’excellence de la CAF inauguré

A l’occasion, l’inauguration du complexe a vu la présence des plus hautes autorités du football mondial, dont le président de la FIFA

Petite localité située à l’entrée sud de Yaoundé, la capitale camerounaise, Mbakomo reçu le lundi 05 mai 2014, la visite des plus hautes autorités du football mondial. Ce, à l’occasion de l’inauguration du Centre d’excellence de la Confédération Africaine de Football (CAF) de Mbankomo par les Présidents Issa Hayatou de la CAF et Jospeh Sepp Blatter de la FIFA.

L’infrastructure ainsi inauguré est un joyau architectural construit sur 23 hectares et comprenant trois terrains de football dont deux en gazon synthétique, un terrain de handball, un terrain de volleyball, une piscine olympique, un gymnase bien équipé, une salle de conférence de 110 places, quatre salles de réunion d’une capacité de 30 places chacune, d’un restaurant de 104 places assises, des chambres à coucher du standing d’un hôtel de quatre étoiles. Sepp Blatter et sa suite y ont d’ailleurs séjourné durant sa visite au Cameroun.

Pour assurer un approvisionnement continu en eau et en électricité, le Centre de Mbankomo dispose de trois groupes électrogènes et d’un forage. Il est le premier du genre construit par la CAF. Deux autres suivront bientôt. Ils seront situés à Dakar au Sénégal et Addis Ababa en Ethiopie.

Prenant la parole lors de la cérémonie d’inauguration, le Maire de la commune de Mbankomo a exprimé à la CAF et M. Issa Hayatou les remerciements des populations pour le choix de leur localité pour abriter ce centre.

Le Président du Comite de normalisation de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), après avoir salué puis magnifié cette importante réalisation de la CAF a dit que l’inauguration de Centre en ce lundi 05 Mai 2014, fait de ce jour un jour spécial pour le football africain en général et camerounais en particulier.

Pour Sepp Blatter, le Président de la FIFA, ce centre est simplement «impressionnant et extraordinaire » au regard de toutes les installations sportives qui s’y trouvent et qui font de lui un centre qui n’est pas exclusivement réservé au football et aux footballeurs.

Opérationnel depuis 2010, le centre d’Excellence de la CAF de Mbankomo accueille régulièrement des séminaires et stages de formation organisés par la CAF et la FIFA. Il a également servi de camp de préparation à diverses sélections nationales notamment les Lions indomptables du Cameroun, les Etalons du Burkina Faso ou encore les Bayana Bayana d’Afrique du Sud.

De gauche à droite: Le président du comité de normalisation de la Fecafoot, Joseph Owona; le ministre des Sports, Adoum Garoua; le président de la FIFA, Sepp Blatter; le président de la CAF, Issa Hayatou
fecafoot-officiel.com)/n

Point de Presse

Dans la foulée de la cérémonie d’inauguration du Centre d’Excellence de la CAF de Mbankomo, les Présidents Joseph Sepp Blatter de la FIFA et Issa Hayatou de la CAF ont participé à un point de presse.

Au cours de celui-ci, M. Blatter a fait savoir qu’il a été reçu par le Président Biya et qu’avec ce dernier, il a échangé sur la valeur du football, en général et au Cameroun en particulier. Puis M. Blatter a précisé que le Président Biya lui a confirmé la construction par le Cameroun au cours des quatre prochaines années, de quatre stades dans quatre localités du pays dont Douala et Yaoundé.

Au sujet de la gestion des associations, M. Blatter a indiqué que pour la FIFA, les Associations doivent être autonomes mais que cette autonomie ne signifie pas indépendance. « La gestion des associations doit se faire en accord avec les lois du pays et les Statuts de la FIFA » a-t-il précisé. L’une des priorités de la FIFA aujourd’hui, a ajouté M. Blatter, est la formation des responsables des associations en gestion et en administration.

S’agissant de la prorogation du mandat du Comite de normalisation de la FECAFOOT, M. Blatter a fait savoir que cela a été une décision du Comité exécutif de la FIFA pour permettre au Comité de normalisation d’achever le travail qui lui été demandé. Issa Hayatou, sur le même sujet a exprimé son étonnement de voir qu’au Cameroun, cette décision du Comite exécutif de la FIFA est contestée. « La prorogation du mandat des comités de normalisation s’est toujours faite. Je ne me souviens pas d’un comité de normalisation dont le mandat n’a pas été prolongé aussi bien en Afrique, qu’en Asie ou en Europe. Nulle part, cette décision n’a été contesté, il n’y qu’au Cameroun qu’on voit ça » a-t-il conclu.

La pelouse de terrain synthétique du centre d’Excellence de la CAF
laminute.info)/n

Le centre d’excellence de Mbankomo inauguré le 5 mai 2014

L’annonce a été faite par la Confédération africaine de football (CAF). Ce sera en présence du président de la Fifa, Sepp Blater

La Confédération africaine de football procédera le lundi 5 mai 2014 à Mbankomo, à 30 kilomètres de ville de Yaoundé, la capitale du Cameroun, à l’inauguration officielle de son Centre d’excellence. Cette cérémonie aura lieu en présence du président de la Fédération internationale de football association (Fifa), Joseph Sepp Blatter, du président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou, et de l’ensemble du Comité exécutif de la Caf. Le Centre d’Excellence de Mbankomo, dont la première phase des travaux a été achevée en 2009, a été mis en service en 2010. Il dispose de trois terrains de football (deux pelouses synthétiques et une pelouse naturelle), d’un terrain multisports (basket-ball, handball, volley-ball), d’une piscine olympique, d’une salle de gymnastique équipée d’appareils de remise en forme à la pointe de la technologie, d’une salle de conférence de 110 places avec des cabines de traduction, de quatre salles sonorisées de 30 places chacune servant pour la préparation technique des joueurs et les séminaires ateliers, un restaurant de 104 places, une terrasse bar et des chambres luxueuses.

Bâti au milieu d’une végétation luxuriante, sur environ six hectares sur les 23 donnés en concession par le gouvernement camerounais à la Confédération Africaine de Football, le Centre d’excellence de Mbankomo dispose d’une autonomie en énergie électrique, avec trois groupes électrogènes, et d’une station de traitement et de pompage d’eau forée avec une capacité de stockage en eau de 120.000 litres.

Ce Centre d’excellence, qui accueille différents stages de la CAF et de la FIFA, est le lieu de retraite des Lions Indomptables du Cameroun pour la préparation de leur match à domicile. Il a été utilisé par les Etalons du Burkina Faso pour leur stage de préparation à la CAN Orange, Gabon – Guinée Equatoriale 2012. Il a également abrité certaines rencontres du championnat national de 1ère division du Cameroun au cours de l’année 2013. Après Mbankomo pour la zone Centre, la mise en service du Centre d’excellence d’Addis-Abeba (zone Centre-est) sera faite prochainement en attendant Dakar au Sénégal (zone ouest).

Une vue de l’entrée du Centre d’excellence de la Caf situé à dans la localité se Mbankomo
Droits réservés )/n

La Fondation Issa Hayatou décerne un trophée au chef de l’Etat togolais

Faure Gnassingbé a reçu ce vendredi le « trophée de la paix » de la Fondation internationale Issa Hayatou

L’annonce a été faite à Lomé, la capitale togolaise par le président de cette Fondation, Anoï Niniba, lors d’une conférence de presse vendredi, et le chargé de communication de la Fédération togolaise de football (FTF), Hervé Gagnon. « Le choix a été porté sur le président Faure Gnassingbé pour ses actions en faveur de la paix au Togo, dans la sous-région et en Afrique », a déclaré Anoi Niniba.

« Le président Faure Gnassingbé a également initié plusieurs actions dont le dialogue avec l’opposition togolaise, la liberté d’ expression au Togo. Ce sont des faits qui ont poussé ces africains à porter leur choix sur le président de la République togolaise. Toutes ces actions menées par Faure Gnassingbé ont été bénéfiques à la sous-région et à l’Afrique », a-t-il souligné. Selon Anoi Niniba, le président togolais incarne l’Afrique d’ aujourd’hui et de demain. « Il est jeune et il a une grande vision pour son pays et pour l’Afrique. Ce prix est la reconnaissance des mérites de ce digne fils d’Afrique, et c’est aussi un encouragement pour ses efforts », a-t-il précisé.

La Fondation internationale Issa Hayatou a été créée en 2009 à l’initiative de M. Anoi Niniba et de quelques amis. Elle a pour objectif notamment d’aider les jeunes africains à s’épanouir par la pratique du football en leur apportant le soutien matériel dont ils ont besoin.

La Fondation, qui porte le nom de l’actuel président de la Confédération Africaine de Football (CAF), a également pour ambition de sensibiliser – à travers des manifestations sportives – la jeunesse africaine sur les grandes pandémies et à offrir des médicaments aux enfants malades et déshérités qui rêvent de devenir des étoiles du football. Une identité floue aux frontières du sport et de la politique.

Faure Essozimna Gnassingbé, qui est récompensé par la fédération internationale Issa Hayatou, a été élu à la présidence du Togo en 2005 et en 2010 avec un peu plus de 60% de voix pour les deux scrutins, dans des conditions qui ont toujours été décriées par ses adversaires politiques. Il est le fils de Étienne Eyadéma Gnassingbé, dit Gnassingbé Eyadema, qui a occupé durant 38 ans, de 1967 à sa mort, le poste de président de la République togolaise.

Issa Hayatou, le président de la CAF
Droits réservés)/n

Jeune Afrique: Le magazine en campagne contre Issa Hayatou

A sept mois de l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football, les basses man uvres ont déjà commencé

Dans le N° 2692-2693 du 12 au 25 août 2012, l’hebdomadaire panafricain accuse le camerounais de vouloir se maintenir à tout prix à la tête de la Caf. En principe, l’élection du prochain président de la Caf aura lieu en mars 2013. Dans cette édition, Jeune Afrique s’est introduit dans les couloirs de la préparation d’une Assemblée générale extraordinaire de l’organisation qui aura lieu le 03 septembre aux Seychelles. Jeune Afrique révèle notamment que le patron du football africain Issa Hayatou, en poste depuis 1988 et « ses lieutenants », multiplient d’ores et déjà des man uvres pour s’y maintenir. Ainsi donc, ils tenteront de modifier au forceps les statuts de la Caf définissant les conditions d’éligibilité du président. A en croire le journal de Béchir Ben Yahmed, « l’initiative vient de la Fédération algérienne de football (Faf), dont le président, Mohamed Raouraoua, est un proche de Hayatou ».

Le projet de modification de la Faf proposerait notamment que « tout candidat aux élections à la présidence de la Confédération africaine de football, outre les compétences nécessaires, devra être ou avoir été membre du comité exécutif de la CAF ». Pour le journal, l’adoption de ce texte permettrait d’écarter la candidature de Jacques Anouma, ancien président de la Fédération ivoirienne de football et principal rival du Camerounais. Et le magazine précise que, aujourd’hui membre du comité exécutif de la Fifa, Jacques Anouma n’entend pas se laisser mettre sur la touche. Il aurait même déjà obtenu le soutien des autorités ivoiriennes. Les prochaines élections à la tête de l’instance faitière du football africain soulèvent déjà les passions, notamment dans la presse ivoirienne. Dans les colonnes du journal Soir-info paraissant à Abidjan, l’ancien international Camerounais, Joseph Antoine Bell, comme à son habitude, s’est montré assez violent vis-à-vis de son compatriote. Le chroniqueur d’Africa 24 indique que « la proposition de modification des statuts de la Caf, à quelques mois du terme du mandat d’Issa Hayatou, est fallacieuse et fait honte à l’Afrique. Elle démontre qu’il n’y a pas que les politiques qui tordent le cou à la démocratie ». Pour l’ancien portier des Lions : « ses lieutenants veulent transformer la Caf en un bunker. Ils sont convaincus que les Africains ne veulent plus d’eux à la tête de leur football, alors ils se barricadent avec des textes pour se maintenir au contrôle du football africain. Leur objectif est d’éloigner de la Caf toutes les intelligences africaines », dénonce-t-il. Et d’ajouter, « il a pris conscience de ce qu’il ne fait plus l’unanimité, il sait qu’il est vers la sortie, mais il y a autour de lui des gens qui se battent pour préserver leurs intérêts à travers son maintien à la présidence de la Caf. Voilà tout le problème ». Et l’ancien portier des Lions indomptables de soutenir : « Je ne vois pas quel président de Fédération lucide peut voter une telle loi ». Affaire à suivre.


Jeune Afrique)/n

Cameroun: Revue de la presse du vendredi 13 mai 2011

La présidentielle 2011, la réclamation des étudiants camerounais en Chine, les affaires Tsala Essomba et Issa Hayatou…

L’élection présidentielle d’octobre prochain arrive à grand pas. Pour ce, on note de grandes agitations dans la sphère politique. Le quotidien Le Jour annonce: « Le congrès du Sdf reporté sine die ». Le journal explique que: John Fru Ndi et ses camarades récusent à nouveau Elecam et exigent des conditions minimales de transparence. Conséquence: le Congrès du Social Democratic Front(Sdf) ne se tiendra pas dans les prochaines semaines comme initialement annoncé par certains responsables de ce parti politique de l’opposition. Le quotidien La Nouvelle Expression titre: « Elecam, congrès. : Un Nec de toutes les attentes». Pour le journal:la nouvelle position du Sdf attendue après les dernières modifications législatives sur Elections Cameroon. Tout comme l’agenda du parti en rapport avec la tenue du congrès reste à préciser. La réunion du comité exécutif national de ce week-end cristallise des impatiences. Le quotidien Mutations en politique s’est plutôt intéressé à la: « Présidentielle 2011: Des étudiantes formées à la gestion de la paix post électorale ». Il explique que: l’Ong Horizons femmes forme des leaders estudiantins pour sensibiliser la population sur la nécessité de voter. Le quotidien national bilingue Cameroon Tribune quant à lui titre: « Les femmes dans la bataille de la représentativité en politique». Il explique selon les propos de Justine Diffo Tchunkam, coordinatrice nationale de l’ONG More Women in Politics que: la femme camerounaise est née dans un environnement qui ne lui a pas enseigné l’affirmation de soi, la contribution à la gestion de la société. On lui rappelle tout le temps que la politique n’est pas pour elle, qu’elle doit s’occuper de sa famille. Tout ceci reste dans le subconscient si bien que, même lorsqu’elle en a les capacités, elle s’autocensure, à cause de la peur du regard de la société.

L’histoire qui a défrayé la chronique cette semaine concerne le Dr Tsala Essomba. En presse écrite, c’est Mutations qui l’annonce en scoop à sa grande une de la parution du lundi 9 mai: « Tsala Essomba est mort». Il précise: d’après des sources concordantes, le célèbre pasteur est décédé en début de week-end dernier hors du pays. A l’instar de l’apparition de la vierge Marie à Nsimalen, la nouvelle de la mort du pasteur Tsala Essomba s’est répandue comme une traînée de poudre le week-end dernier à Yaoundé et au-delà. Et toute la journée les autres rédactions courent après l’information pour finalement annoncer le lendemain: «Je ne suis pas mort» selon Le Jour. après de vaines tentatives pour l’avoir par vidéoconférence du fait de dérangements liés à la connexion Internet, une voix semblable à celle de Tsala Essomba est retransmise par téléphone. Les premiers mots indiquent : Je ne suis pas mort. Je suis en vie, en bonne forme en Belgique. Ceux qui racontent que je suis mort vont attendre longtemps. Je viendrai les accompagner. La Nouvelle Expression après avoir annoncé que: « Riposte: Le fantôme de Tsala Essomba parle» elle fait alors cette déclaration: Je rejoindrai le Cameroun dès que possible parole d’homme du supposé défunt Dr Tsala Essomba. Mutations dans ses éditions suivantes pense que: « Affaire Tsala Essomba: Des ouailles crient à la machination». Car: le temple du ministère Va et raconte grouillait de monde au quartier Mvan (Tropicana) à Yaoundé. Et pour cause, pris de panique suite à l’annonce par votre journal, du décès du pasteur Tsala Essomba, ils ont à démentir l’information. Ici donc, des fidèles de cette communauté encore appelée Eglise pentecôtiste chrétienne du Cameroun, ont craché leur indignation quant à l’article ayant suscité la Une du quotidien Mutations du lundi 09 mai 2011. Ce sont des envoyés du diable qui souhaitent ainsi la mort du docteur! clame un homme visiblement hors de lui.

Une autre affaire non moins importante que la précédente est celle des étudiants camerounais boursiers en Chine. Depuis quelques semaines, ils crient à l’abandon de la part du gouvernement. Réagissant à leur plainte, le ministre de l’Enseignement supérieur par voie de communiqué dit: « Les boursiers camerounais en Chine passent bientôt à la caisse ». Selon lui: le ministre de l’Enseignement supérieur a l’honneur d’informer l’opinion nationale et l’ensemble de la communauté universitaire de ce que, grâce à la politique de coopération prescrite par Monsieur le président de la République avec certains pays amis et organisations internationales, des étudiants camerounais poursuivent dans le calme et la sérénité leurs études dans les différents pays d’accueil suivants: l’Algérie, le Bangladesh, la Chine, le Cuba, le Maroc, la Russie, la Tunisie et la Turquie. Le Jour titre alors: « La vérité des étudiants de Chine». Car: les étudiants camerounais attendent de voir, mais ne font plus mystère de leur détermination à faire entendre leur voix. Nous maintenons nos revendications jusqu’à ce que nos 24 mois d’arriérés des compléments de bourses soient entièrement épongés. Il en va de même pour le paiement des indemnités de transport aux étudiants finissant cet été 2011. La menace de durcir le mouvement est brandie. Au cas où nous restons mal compris, alors nous seront obligés de manifester notre ras-le bol avec grève de la faim à l’ambassade du Cameroun à Beijing. Pour Mutations: «Etudiants de Chine: Fame Ndongo, sans bourses délier » Car:Les jeunes compatriotes de l’empire du Milieu battent en brèche les affirmations du Minesup.

Issa Hayatou revient sur la scène avec une nouvelle affaire de corruption. « Mondial 2018 et 2022: Issa Hayatou encore attaqué » titre La Nouvelle expression. selon le député britannique Damian Collins, des éléments non encore divulgués d’une enquête de l’hebdomadaire Sunday Times prouvent que le Camerounais Issa Hayatou, vice-président de la Fifa et président de la Confédération africaine (Caf), et un autre membre du comité exécutif, l’Ivoirien Jacques Anouma, ont monnayé leur vote pour le Qatar. Mutations pense qu’ «Issa Hayatou contre-attaque». Le Président de la Caf réfute catégoriquement les nouvelles accusations du quotidien britannique Sunday Times. Cameroon tribune affirme sur le sujet que le « Non, c’est faux de Issa Hayatou». Pour le journal qui l’a rencontré, C’est un homme stoïque, déterminé à laver son honneur sali par les médias anglais.

La Une de quelques quotidiens camerounais
Journalducameroun.com)/n

La Caf lève la suspension du Togo à la demande du Président Issa Hayatou

C’était ce vendredi, 14 mai à l’issue de la réunion de la confédération en Egypte

L’information passe presque inaperçue en raison de la focalisation des uns et des autres sur la prochaine coupe du monde de football, surtout, après les publications cette semaine des listes des joueurs présélectionnés. En effet, la confédération africaine de football, CAF, vient de lever la suspension pendant une période de quatre ans, de l’équipe nationale du Togo. C’était à l’issue de la réunion du comité exécutif de la confédération tenue à son siège au Caire, en Egypte. Cette levée de sanction, fait suite à la demande du président de l’instance dirigeante du football africain, Issa Hayatou, déclare l’organisation à la fin des travaux. Véritable soulagement pour les éperviers du Togo, qui pourront disputer à nouveau les prochaines coupes d’Afrique des nations, notamment celles de 2012 et de 2014. Le chronogramme des éliminatoires a directement été revu, et le Togo a été logé dans le groupe K, aux côtés de la Tunisie, du Botswana, du Tchad et du Malawi. Ce groupe est le seul à regrouper en son sein 5 clubs, contrairement aux autres groupes qui comptent 4 pays. Le premier match des éperviers est annoncé pour le 1er juillet.

Pression sur la Caf?
Le revirement de la Caf qui semble surprendre, peut aussi être le résultat des influences externes à la confédération africaine de football, selon certaines sources. En mars dernier, le président de la fédération internationale de football association, FIFA, Sepp Blatter, avait demandé à la Caf de revenir sur sa décision de suspendre le Togo pour 4 ans, suite à l’appel interjeté par celui-ci auprès du tribunal arbitral du sport, TAS. Et le 7 mai dernier au cours d’une concertation qui a eu lieu à Zurich en Suisse, le président de la Caf, Issa Hayatou, avait justement laissé entendre qu’il allait poser le problème sur le bureau du comité exécutif de son instance. Les membres de celle-ci, ont donné officiellement leur quitus ce vendredi, 14 mai 2010 en Egypte, pour la levée de la suspension de l’équipe togolaise. A titre de rappel, la suspension du Togo par la Caf, fait suite au retrait de l’équipe lors de la dernière coupe d’Afrique des nations disputée en Angola. Les éperviers avaient été victime d’une attaque dans l’enclave de Cabinda, au cours de laquelle, il y’avait eu des morts. Craignant d’autres attaques des rebelles, le gouvernement de Lomé avait rappelé sa délégation à la maison. La Caf qui estime que la politique ne doit pas se mêler au football, avait décidé de sanctionner le Togo en le suspendant pour 4 ans, dont pour les Can 2012 et 2014. Heureusement pour le Togo, il a été réhabilité ce vendredi. Reste à savoir si cette réhabilitation pourra amener leur joueur vedette Emmanuel Adebayor à revenir sur sa décision, lui qui a récemment annoncé la fin de sa carrière internationale, traumatisé par les évènements malencontreux de Cabinda.

Issa Hayatou
www.africaguinee.com)/n

Coupe de l’Uniffac : le Cameroun entre en stage dès ce mardi, 24 novembre 2009

40 joueurs viennent d’être appelés pour le stage préparatoire à Yaoundé

A quelques semaines du coup d’envoi de la nouvelle édition de la coupe de l’union des fédérations de l’Afrique centrale, « challenge Issa Hayatou 2009 », le Cameroun affûte déjà ses armes. A cet effet, la fédération camerounaise de football vient de convoquer quarante joueurs dans le cadre du stage préparatoire de l’équipe nationale des moins de 17 ans. Stage qui démarre ce mardi, 23 novembre et qui va se poursuivre jusqu’au 28 novembre 2009 à Yaoundé. Cette mise au vert va principalement se dérouler au centre technique de la fédération camerounaise de football, basé à Odza.

Les stagiaires viennent des différentes régions
Les 40 joueurs des moins de 17 ans convoqués pour le stage préparatoire sont attendus au siège de la Fécafoot, ce mardi, 23 novembre 2009 dès 08h. Ils viennent de plusieurs équipes évoluant au sein des championnats nationaux, ainsi que des centres de formations basés dans les différentes régions du pays. C’est par exemple le cas de Mbaynassé Jourdain, Olivier Draga de coton sport de Garoua, Nche Bovet du Nord-ouest, Ali Jean Otis de l’Adamaoua. Zeh Edima, Tchatchoua et autre Demanou de la région de l’ouest, ont été également appelés, tout comme Ebode André, Kouamedjo, Bitolo Rodrigue de Yaoundé, dans la région du centre. La région du littoral est représentée par les joueurs Bagnolack, Gaël Bekolo de Fundsport de Douala, Steve Keuni, Mbega Noukoue, Bassegue Owona de As Fortuna et autres Adong Nyama Guy de Daga Sport. De même, Kunde Melong et Joël Tata de Best star de Limbé dans région du sud-ouest, ont été aussi convoqués ainsi que plusieurs autres jeunes footballeurs âgés de moins de 17 ans. Rappelons qu’à l’issue du stage préparatoire, les quarante joueurs convoqués seront passés au tamis de l’encadrement technique, qui ne retiendra que ceux jugés capables d’aller défendre valablement les couleurs nationales à l’occasion de l’édition 2009 de la coupe de l’Uniffac. Compétition baptisée : « challenge Issa Hayatou 2009 ».

Issa Hayatou, président de la Caf
www.africaguinee.com)/n